Arrêt n° 6424 du 15 janvier 2014 (13-84.533) - Cour de cassation - Chambre criminelle - ECLI:FR:CCASS:CR06424

Prescription

Cassation


Demandeur(s) : L’officier du ministère public près la juridiction de proximité de Paris

Défendeur(s) : M. Ange X...


Sur le moyen unique de cassation, pris de la violation des articles 7, 9, 133-4 du code pénal et 530 du code de procédure pénale ;

Vu lesdits articles ;

Attendu qu’en matière de contraventions donnant lieu au recouvrement de l’amende forfaitaire majorée prévue par l’article 529-2, alinéa 2, du code de procédure pénale, il suffit, pour que la prescription de l’action publique ne soit pas acquise, que le délai soit interrompu par la délivrance du titre exécutoire, qui fait courir la prescription de la peine, puis, après la réclamation du contrevenant, que la citation soit délivrée avant l’expiration du nouveau délai de prescription de l’action publique ouvert à la suite de cette réclamation ;

Attendu qu’il résulte du jugement attaqué et des pièces de procédure que l’infraction au code de la route reprochée à M. Ange X..., a été constatée le 27 juin 2009 ; que l’amende n’ayant pas été payée, le titre exécutoire de l’amende forfaitaire majorée a été émis le 9 septembre 2009 ; qu’à la suite de la réclamation contre l’ amende forfaitaire majorée formée par le contrevenant le 15 novembre 2011 et l’annulation du titre exécutoire le 6 mars 2012, après régularisation de sa réclamation, M. X... a été cité par acte d’huissier de justice en date du 6 janvier 2013 à comparaître à l’audience de la juridiction de proximité ;

Attendu que, pour déclarer l’action publique éteinte par l’effet de la prescription , le jugement énonce qu’il n’est justifié d’aucun acte de poursuite dans le délai d’un an suivant la survenance des faits ;

Mais attendu qu’en statuant ainsi, alors que le titre exécutoire de l’amende forfaitaire majorée avait été manifestement émis moins d’un an après la constatation de l’infraction et que la réclamation du contrevenant, en date du 15 novembre 2011, avait entraîné, conformément aux dispositions de l’article 530 du code de procédure pénale, l’annulation, le 6 mars 2012,du titre exécutoire et la reprise des poursuites, résultant du soit transmis du 8 mars 2012 de l’officier du ministère public de Rennes adressé à l’officier du ministère public de Paris, la juridiction de proximité a méconnu les textes susvisés et les principes ci-dessus rappelés ;

D’où il suit que la cassation est encourue ;

Par ces motifs :

CASSE et ANNULE, en toutes ses dispositions le jugement de la juridiction de proximité de Paris en date du 14 mai 2013, et pour qu’il soit à nouveau jugé, conformément à la loi,

RENVOIE la cause et les parties devant la juridiction de proximité de Paris, autrement composée, à ce désignée par délibération spéciale prise en chambre du conseil ;

ORDONNE l’impression du présent arrêt, sa transcription sur les registres du greffe la juridiction de proximité de Paris et sa mention en marge ou à la suite du jugement annulé


Président : M. Louvel

Rapporteur : M. Moreau, conseiller

Avocat général : M. Lacan