Arrêt n°632 du 27 mai 2021 (20-81.804) - Cour de cassation - Chambre criminelle - ECLI:FR:CCAS:2021:CR00632

Indemnisation du préjudice – Action civile

Rejet

Demandeur(s) : L’Agent judiciaire de l’État, partie civile

Défendeur(s) : M. [C] , et autre(s)


Faits et procédure

1. Il résulte de l’arrêt attaqué et des pièces de procédure ce qui suit.

2. Le 2 novembre 2013, MM. [C] [P] et [O] [L], avec la complicité de M. [G] [V], ont détruit un portique écotaxe installé sur la commune [Localité 1] dans le Morbihan.

3. Après les avoir condamnés pénalement, le tribunal correctionnel, par jugement du 29 septembre 2017, a, sur l’action civile de l’Agent judiciaire de l’État, prononcé à l’encontre des susnommés une condamnation solidaire au paiement à l’État des sommes de 555 506,66 euros au titre de la remise en état du portique, 13 492,50 euros au titre des dépenses engagées pour la protection et l’évacuation des portiques, 2 640 euros au titre de la réparation d’une glissière en béton, et condamné chacun en application de l’article 475-1 du code de procédure pénale.

4. MM. [P], [L] et [V], ainsi que l’Agent judiciaire de l’État, ont relevé appel de cette décision.

Examen du moyen

Enoncé du moyen

5. Le moyen critique l’arrêt attaqué en ce qu’il a condamné solidairement MM. [P], [L] et [V] à payer à l’Agent judiciaire de l’État la somme de 462 922,22 euros, seulement, au titre de la remise en état du portique, alors « qu’il est soutenu qu’en décidant que les frais de reconstruction du portique devront faire l’objet d’une réparation hors taxe au motif que l’État n’effectuera pas la remise en état du portique quand, pour réparer le préjudice subi à la suite de la dégradation d’un bien, le juge doit allouer une somme destinée à permettre de faire exécuter les travaux nécessaires à la remise en état, qui comprend la taxe sur la valeur ajoutée, peu important que la victime décide ou non de faire exécuter les travaux, la cour d’appel a violé le principe de la réparation intégrale du préjudice et les articles 1240 du code civil, 2 du code de procédure pénale, ensemble l’article 591 du code de procédure pénale.  »

Réponse de la Cour

6. Pour condamner les prévenus, en réparation du préjudice subi par l’État, à la suite de la destruction d’un portique routier, au paiement d’une somme n’incluant pas la taxe sur la valeur ajoutée, la cour d’appel énonce que les frais demandés pour la reconstruction de l’ouvrage devront faire l’objet d’une réparation hors taxe, puisque l’Etat n’effectuera pas la remise en état du portique, ayant abandonné le projet de l’écotaxe au mois d’octobre 2014.

7. En excluant du dommage résultant de l’infraction le montant correspondant à une somme dont elle a constaté que la victime ne la dépenserait pas et qui ne constitue pas un gain dont elle sera privée, la cour d’appel n’a fait qu’user de son pouvoir d’apprécier souverainement, dans la limite des conclusions des parties, l’indemnité propre à réparer le préjudice né du délit.

8. Ainsi, le moyen n’est pas fondé.

9. Par ailleurs l’arrêt est régulier en la forme.

PAR CES MOTIFS, la Cour :

REJETTE le pourvoi ;

FIXE à 2 500 euros la somme globale que l’Agent judiciaire de l’État devra payer aux parties représentées par la SCP Spinosi et Sureau, avocat à la Cour, en application de l’article 618-1 du code de procédure pénale ;


Président : M. Soulard
Rapporteur : M. Turbeaux
Avocat général : Mme Mathieux
Avocat(s) : SARL Meier-Bourdeau, Lécuyer et associés - SCP Spinosi et Sureau