Arrêt n° 6023 du 18 décembre 2013 (13-80.918) - Cour de cassation - Chambre criminelle - ECLI:FR:CCASS:2013:CR06023

Cassation ; Peines

Cassation


Demandeur(s) : M. Ibrahima X...


Sur sa recevabilité :

Attendu que ce mémoire, transmis par lettre au greffe de la juridiction qui a rendu la décision attaquée, est irrecevable en application de l’article 584 du code de procédure pénale ;

Mais, sur le moyen relevé d’office, pris de la violation de l’article 712-9 du code de procédure pénale ;

Vu ledit article ;

Attendu que, selon ce texte, lorsque le juge de l’application des peines ou le tribunal a statué en l’absence du condamné sur la révocation d’une mesure dont il bénéficiait, son audition par la chambre de l’application des peines est de droit ;

Attendu qu’il résulte de l’arrêt attaqué que M. X... a été condamné le 14 septembre 2009 par le tribunal correctionnel d’Evreux à quatre mois d’emprisonnement avec sursis et mise à l’épreuve pour violences suivies d’incapacité de plus de huit jours ; que, par jugement du 17 février 2012, le juge de l’application des peines a ordonné la révocation de ce sursis sans que le condamné ait pu être entendu ; que celui-ci, interjetant appel de cette décision, a signalé sa nouvelle adresse ; que la convocation pour l’audience de la chambre de l’application des peines a été adressée à l’ancienne adresse ;

Attendu que, par l’arrêt attaqué, la chambre de l’application des peines, hors la présence du condamné, a confirmé le jugement dont appel ;

Mais attendu qu’en statuant ainsi, sans que le condamné ait été mis en mesure d’exercer son droit de demander à être entendu, la chambre de l’application des peines a méconnu le texte susvisé ;

D’où il suit que la cassation est encourue de ce chef ;

Par ces motifs :

CASSE et ANNULE, en toutes ses dispositions, l’arrêt susvisé de la chambre de l’application des peines de la cour d’appel de Rouen, en date du 17 décembre 2012, et pour qu’il soit à nouveau jugé, conformément à la loi,

RENVOIE la cause et les parties devant la chambre de l’application des peines de la cour d’appel de Rouen, autrement composée, à ce désignée par délibération spéciale prise en chambre du conseil ;

ORDONNE l’impression du présent arrêt, sa transcription sur les registres du greffe de la chambre de l’application des peines de la cour d’appel de Rouen et sa mention en marge ou à la suite de l’arrêt annulé


Président : M. Louvel

Rapporteur : M. Raybaud, conseiller

Avocat général : M. Lacan