Arrêt n°1906 du 13 octobre 2020 (20-82.322) - Cour de cassation - Chambre criminelle
-ECLI:FR:CCAS:2020:CR01906

Détention provisoire

Cassation sans renvoi

Demandeur(s) : M. A... X...


Faits et procédure

1. Il résulte de l’arrêt attaqué et des pièces de la procédure ce qui suit.

2. M. X..., mis en examen pour tentative de meurtre, a été placé en détention provisoire le 6 avril 2019.

3. Le 16 mars 2020, le juge d’instruction a saisi le juge des libertés et de la détention aux fins de prolongation de la détention provisoire de l’intéressé.

4. Par ordonnance en date du 2 avril 2020, le juge des libertés et de la détention a déclaré sans objet sa saisine et a constaté la prolongation de plein droit de la détention provisoire, en application de l’article 16 de l’ordonnance n° 2020-303 du 25 mars 2020.

5. La personne mise en examen a relevé appel de cette décision.

Examen des moyens

Sur le premier moyen du mémoire ampliatif, pris en sa troisième branche, et les premier et troisième moyens du mémoire personnel

6. Les griefs ne sont pas de nature à permettre l’admission du pourvoi au sens de l’article 567-1-1 du code de procédure pénale.

Sur les premier et second moyen du mémoire ampliatif, pris en leur première branche

Enoncé des moyens

7. Le premier moyen du mémoire ampliatif critique l’arrêt attaqué en ce qu’il a déclaré l’appel de M. X... irrecevable, alors :

« 1°/ que l’article 16 de l’ordonnance n° 2020-303 du 25 mars 2020 qui prolonge la détention provisoire pour des durées comprises entre deux et six mois sans de plein de droit et de manière systématique prévoir l’intervention d’un juge pour en apprécier la nécessité méconnaît la liberté individuelle et le principe corollaire exigeant le contrôle du juge judiciaire à toute atteinte à celle-ci dans le plus bref délai possible garanti par l’article 66 de la Constitution ; que la déclaration d’inconstitutionnalité à intervenir privera l’arrêt attaqué de tout fondement légal.  »

8. Le second moyen du mémoire ampliatif critique l’arrêt attaqué en ce qu’il a refusé de se prononcer sur la demande de mainlevée de la détention provisoire présentée par M. X..., alors :

«  1°/ que l’article 16 de l’ordonnance n° 2020-303 du 25 mars 2020 qui prolonge la détention provisoire pour des durées comprises entre deux et six mois sans de plein de droit et de manière systématique sans prévoir l’intervention d’un juge pour en apprécier la nécessité méconnaît la liberté individuelle et le principe corollaire exigeant le contrôle du juge judiciaire à toute atteinte à celle-ci dans le plus bref délai possible garanti par l’article 66 de la Constitution ; que la déclaration d’inconstitutionnalité à intervenir privera l’arrêt attaqué de tout fondement légal. »

Réponse de la Cour

9. Les moyens sont réunis.

10. Par arrêt en date du 15 septembre 2020, la Cour de cassation a dit n’y avoir lieu de transmettre au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité, posée par le demandeur et portant sur les dispositions de l’article 16 de l’ordonnance n°2020-303 du 25 mars 2020.

11. Cette décision rend sans objet les moyens tirés de l’inconstitutionnalité de ces dispositions.

Mais sur le premier moyen du mémoire ampliatif, pris en sa deuxième branche, et le quatrième moyen du mémoire personnel

Enoncé des moyens

12. Le premier moyen du mémoire ampliatif critique l’arrêt attaqué en ce qu’il a déclaré l’appel de M. X... irrecevable, alors :

« 2°/ qu’une ordonnance du juge des libertés et de la détention refusant de statuer sur la saisine du juge d’instruction, prétendant constater la prolongation de plein droit du titre de détention en précisant, du reste illégalement, la date d’expiration du titre de détention, et s’abstenant de se prononcer, à la demande du mis en examen, sur l’éventuelle mainlevée de la mesure constitue une décision juridictionnelle susceptible d’appel devant la chambre de l’instruction ; qu’en jugeant que l’ordonnance "déclarant sans objet la saisine du juge d’instruction aux fins de prolongation de la détention provisoire" par laquelle le juge des libertés et de la détention du tribunal judiciaire de Dijon a constaté, d’une part, qu’il n’y avait pas lieu à statuer sur cette demande et précisé, d’autre part, que la détention provisoire de ce dernier était prolongée de plein droit jusqu’au 5 octobre 2016 n’était pas une décision juridictionnelle susceptible d’appel, la chambre de l’instruction a violé les articles 145-2 et 186 et 591 du code de procédure pénale, ensemble les articles 5 et 6 de la convention européenne des droits de l’homme. »

13. Le quatrième moyen du mémoire personnel critique l’arrêt attaqué en ce qu’il a déclaré irrecevable l’appel de la personne mise en examen alors qu’en énonçant que l’ordonnance du juge des libertés et de la détention était dépourvue de caractère juridictionnel et n’entrait pas dans les prévisions de l’article 186 du code de procédure pénale, la chambre de l’instruction a méconnu les articles 6.1 et 13 de la Convention européenne des droits de l’homme et 186 du code de procédure pénale.

Réponse de la Cour

14. Les moyens sont réunis.

Vu les articles 6, § 1, de la Convention européenne des droits de l’homme et 186 du code de procédure pénale, tel qu’interprété par le Conseil constitutionnel dans sa décision n° 2011-153 QPC du 13 juillet 2011 :

15. Il se déduit de ces articles que le droit d’appel appartient à la personne mise en examen contre toute ordonnance du juge des libertés et de la détention faisant grief à ses droits et dont elle ne pourrait remettre en cause les dispositions ni dans les formes prévues par les articles 186 à 186-3 du code de procédure pénale ni dans la suite de la procédure.

16. Pour déclarer irrecevable l’appel de la personne mise en examen, l’arrêt énonce que l’ordonnance du juge des libertés et de la détention ne présente aucune caractéristique d’une décision juridictionnelle et ne crée en elle-même aucun grief à l’appelant, la détention n’étant pas poursuivie du fait de cette décision mais du fait d’un changement de dispositions à valeur législative.

17. En prononçant ainsi, la chambre de l’instruction a méconnu le texte susvisé et le principe ci-dessus rappelé.

18. En effet, d’une part, la décision du juge des libertés et de la détention qui constate que la détention provisoire de la personne mise en examen, dont le titre vient à expiration, est prolongée d’une durée de six mois, fût-ce par l’effet de la loi, lui cause nécessairement grief.

19. D’autre part, ni l’article 16 de l’ordonnance précitée ni aucune autre disposition du code de procédure pénale ne permettent à la personne mise en examen de contester la prolongation de plein droit de sa détention provisoire.

20. La cassation est dès lors encourue de ce chef.

Portée et conséquences de la cassation

21. La prolongation sans intervention judiciaire du titre de détention venant à expiration prévue à l’article 16 de l’ordonnance du 25 mars 2020 est régulière si la juridiction qui aurait été compétente pour prolonger la détention rend, en matière criminelle, dans les trois mois de la date d’expiration du titre ayant été prolongé de plein droit, une décision par laquelle elle se prononce sur le bien-fondé du maintien en détention (Crim., 26 mai 2020, pourvoi n° 20-81.910).

22. Il résulte des pièces de la procédure que, par arrêt en date du 3 juin 2020, la chambre de l’instruction a confirmé l’ordonnance du juge des libertés et de la détention ayant rejeté la demande de mise en liberté de la personne mise en examen.

23. Dès lors, la prolongation de plein droit de la détention provisoire de l’intéressé est régulière.

24. En conséquence, n’impliquant pas qu’il soit à nouveau statué sur le fond, la cassation aura lieu sans renvoi, ainsi que le permet l’article L. 411-3, alinéa 3, du code de l’organisation judiciaire.

PAR CES MOTIFS, la Cour, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur le second moyen, en sa seconde branche, du mémoire ampliatif et sur le deuxième moyen du mémoire personnel :

CASSE et ANNULE, en toutes ses dispositions, l’arrêt susvisé de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Dijon, en date du 22 avril 2020,

CONSTATE que la détention provisoire de M. X... a été prolongée régulièrement de six mois, à compter du 5 avril 2020 ;

DIT n’y avoir lieu à renvoi ;

ORDONNE l’impression du présent arrêt, sa transcription sur les registres du greffe de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Dijon et sa mention en marge ou à la suite de l’arrêt annulé ;


Président : M. Soulard
Rapporteur : Mme Labrousse
Avocat général : M. Lagauche
Avocat(s) : SCP Gaschignard