Arrêt n° 1886 du 28 avril 2011 (10-83.371) - Cour de cassation - Chambre criminelle

Peines

Rejet


Demandeur(s) : Le procureur général près la cour d’appel d’Aix-en-Provence



Sur le moyen unique de cassation, pris de la violation de l’article 132-38, alinéa 2, du code pénal ;

Attendu qu’il résulte de l’arrêt attaqué et des pièces de procédure que M. X... a sollicité l’aménagement de deux peines, l’une, prononcée par le tribunal correctionnel de Marseille le 19 juin 2009, de trois mois d’emprisonnement et l’autre, prononcée par le même tribunal, le 10 janvier 2006, de deux mois d’emprisonnement avec sursis, ledit sursis ayant été révoqué par la peine d’emprisonnement ferme résultant du jugement du 19 juin 2009 ; que le juge de l’application des peines a ordonné la conversion en jours-amende de la peine de trois mois d’emprisonnement prononcée le 19 juin 2009 mais a dit n’y avoir lieu à statuer sur la peine prononcée le 10 janvier 2006, au motif que le sursis était rétabli de plein droit du fait de la conversion ; que, sur appel du ministère public, la chambre de l’application des peines a confirmé le jugement ;

Attendu que, pour dire n’y avoir lieu à statuer sur la requête en aménagement de la peine d’emprisonnement avec sursis prononcée le 10 janvier 2006 et révoquée, l’arrêt énonce qu’il résulte de l’article 132-36, alinéa 1, du code pénal, que seule une peine d’emprisonnement ferme peut révoquer un sursis simple antérieurement prononcé ; que les juges ajoutent que, dès lors que la peine d’emprisonnement du 19 juin 2009 est convertie en jours-amende, le sursis assortissant la peine d’emprisonnement de deux mois prononcée le 10 janvier 2006 n’est pas révoqué par ladite peine et conserve sa nature de sursis simple ;
Attendu qu’en statuant ainsi, la chambre de l’application des peines n’a pas méconnu le sens et la portée du texte susvisé ;

Qu’il résulte en effet de l’article 132-35 du code pénal que seule une peine ferme d’emprisonnement peut révoquer un sursis simple antérieurement prononcé ;

D’où il suit que le moyen ne saurait être accueilli ;

Et attendu que l’arrêt est régulier en la forme ;

REJETTE le pourvoi ;


Président : M. Louvel

Rapporteur :Mme Leprieur, conseiller référendaire

Avocat général : M. Salvat