04-11.100 
Arrêt n° 75 du 17 janvier 2006
Cour de cassation - Chambre commerciale

Prêt

Cassation


Demandeur(s) à la cassation : M. Hassen Ben Sadok X...
Défendeur(s) à la cassation : Crédit lyonnais SA


Sur le moyen unique, pris en ses deux branches :

Vu l’article 1907 du Code civil, ensemble les articles L. 313-1, L.313-2, et R. 313-1 du Code de la consommation :

Attendu, selon l’arrêt attaqué, que M. X... a acquis un fonds de commerce au moyen d’un prêt d’équipement consenti par le Crédit lyonnais (la banque), le 18 février 1994 ; que l’acte de prêt mentionne un taux d’intérêt annuel de 9,78%, et un taux effectif global de 10,67 % ; que l’emprunteur a cessé de régler les échéances de ce prêt à compter du mois de novembre 1997 ; que la banque l’a alors poursuivi en paiement ; qu’il a contesté la validité de la stipulation de l’intérêt conventionnel au motif que cet intérêt n’avait pas été appliqué à une année civile de trois cent soixante cinq jours, mais à une année de trois cent soixante jours ;

Attendu que, pour se borner à ordonner la restitution des sommes trop perçues, l’arrêt retient que la banque a seulement commis une erreur dans l’application du taux d’intérêt en calculant les intérêts sur la base de 360 jours au lieu de l’année civile ;

Attendu qu’en statuant ainsi, alors qu’elle avait constaté que la banque était redevable à son client d’une somme de 235,55 euros perçue par elle au titre des intérêts calculés par référence à l’année bancaire de 360 jours au lieu de l’avoir été par référence à l’année civile, ce dont il se déduisait que le taux d’intérêt indiqué n’avait pas été effectivement appliqué de sorte que les exigences légales relatives à l’indication préalable et par écrit du taux effectif global n’avaient pas été respectées, la cour d’appel, qui n’a pas tiré les conséquences légales de ses constatations, a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 29 avril 2003, entre les parties, par la cour d’appel de Paris ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Paris, autrement composée ;


Président : M. Tricot
Rapporteur : Mme Favre, conseiller
Avocat général : M. Feuillard
Avocat(s) : la SCP Vuitton, la SCP Vier, Barthélemy et Matuchansky