06-20.820
Arrêt n° 1005 du 26 juin 2007
Cour de cassation - Chambre commerciale

Entreprise en difficulté (loi du 26 juillet 2005)

Rejet


Demandeur(s) à la cassation : société Euler Hermes SFAC crédit, société par actions simplifiée
Défendeur(s) à la cassation : société N. Schlumberger société par actions simplifiée et autres

 

Attendu, selon l’arrêt déféré (Colmar, 26 septembre 2006), que la société N. Schlumberger, dont le capital est détenu par la société Euroshor, elle-même contrôlée à parité par le groupe NSC et le groupe Orlandi, a sollicité, le 22 janvier 2006, l’ouverture d’une procédure de sauvegarde ; que le 7 février 2006, le tribunal a accueilli sa demande ; que la société Euler Hermes Sfac (la société Euler Hermes) a fait tierce opposition au jugement ;

 

Sur le moyen unique, pris en sa première branche :

 

Attendu que la société Euler Hermes fait grief à l’arrêt d’avoir rejeté la tierce opposition, alors, selon le moyen, que le débiteur sollicitant l’ouverture d’une procédure de sauvegarde doit justifier de difficultés qu’il n’est pas en mesure de surmonter, de nature à la conduire à la cessation des paiements ; qu’en considérant que la situation devait s’apprécier au regard des seules ressources propres de la société N. Schlumberger SAS, excluant le soutien que le groupe était prêt à apporter à la société, pourtant de nature à rendre les difficultés surmontables, la cour d’appel, ajoutant une condition au texte, a violé l’article L. 620-1 du code de commerce ;

 

Mais attendu qu’ayant retenu que, pour l’ouverture de la procédure de sauvegarde d’une filiale, il est indifférent de savoir quelle sera la position que prendra la société mère dans le cadre de la période d’observation et l’éventuelle élaboration d’un plan de sauvegarde et que la situation de la société débitrice doit être appréciée en elle-même, sans que soient prises en compte les capacités financières du groupe auquel elle appartient, la cour d’appel, qui n’a pas relevé l’existence d’un engagement de la société mère en faveur de sa filiale, a légalement justifié sa décision ; que le moyen n’est pas fondé ;

 

Et sur la seconde branche du moyen :

 

Attendu que la société Euler Hermes fait encore le même grief à l’arrêt, alors, selon le moyen, que, pour apprécier l’existence de difficultés insurmontables de nature à conduire à la cessation des paiements, la juridiction doit se placer au jour où elle statue ; qu’en se plaçant au jour de la demande d’ouverture de procédure, la cour d’appel, qui n’a pas pris en considération la situation véritable et objective du débiteur, s’est fondée sur des considérations hypothétiques qui se sont révélées fausses en l’espèce ; qu’en statuant ainsi, la cour d’appel a violé l’article L. 620-1 du code de commerce ;

 

Mais attendu que les conditions d’ouverture de la procédure de sauvegarde doivent être appréciées au jour où il est procédé à cette ouverture ; qu’ayant relevé que, même si la débitrice disposait de lignes de crédit non négligeables à la date de saisine du tribunal lui permettant d’envisager le financement d’un nouveau plan social dont la décision avait été prise au début de l’année 2006, l’épuisement prévu de ces lignes de crédit dans un avenir proche et l’existence d’un passif échu notable la plaçaient dans une situation extrêmement fragile de nature à la conduire à la cessation des paiements, la cour d’appel, qui ne s’est pas déterminée seulement d’après les éléments existants à la date de la demande d’ouverture de la sauvegarde mais a apprécié la situation au jour du jugement d’ouverture, a pu en déduire que la société Schlumberger justifiait de difficultés qu’elle ne pouvait surmonter de nature à la conduire à la cessation des paiements ; que le moyen n’est pas fondé ;

 

PAR CES MOTIFS :

 

REJETTE le pourvoi ;


 

Président : M. Tricot
Rapporteur : Mme Bélaval, conseiller référendaire
Avocat général : M. Jobard
Avocat(s) : la SCP Defrenois et Levis, Me Cossa