Communiqué relatif à l’arrêt n° 553 rendu le 2 mars 2007 par l’assemblée plénière

 


 

La Cour de cassation, réunie en assemblée plénière, s’est prononcée par arrêt de ce jour sur l’étendue des obligations, envers son client, qui pèsent sur le banquier qui consent un prêt, en ce qui concerne l’assurance souscrite à la même occasion. L’hypothèse est celle où le banquier propose également à l’emprunteur d’adhérer au contrat d’assurance de groupe qu’il a lui-même souscrit.

L’affaire concernait un exploitant agricole qui n’avait pu, pour des raisons de santé, honorer ses engagements envers son banquier mais dont l’assurance ne couvrait que l’invalidité totale et définitive et ne s’appliquait pas à la seule inaptitude à la profession d’agriculteur.

Cet exploitant avait alors réclamé en justice à sa banque des dommages-intérêts en invoquant le manquement du banquier à un devoir d’information et de conseil.

Les juges du fond avaient rejeté cette demande, et, après un premier arrêt de cassation de la chambre commerciale, financière et économique, la cour d’appel de renvoi avait également décidé que la banque n’avait pas manqué à son obligation d’information et de conseil en présence d’une clause claire et précise des contrats d’assurance.

Censurant cette décision, la Cour de cassation pose en principe que le banquier qui propose à son client auquel il consent un prêt, d’adhérer au contrat d’assurance de groupe qu’il a souscrit à l’effet de garantir, en cas de survenance de divers risques, l’exécution de tout ou partie de ses engagements, est tenu de l’éclairer sur l’adéquation des risques couverts à sa situation personnelle d’emprunteur, sans que la remise d’une notice, par ailleurs requise, suffise à satisfaire cette obligation.

Cet arrêt a été rendu sur les conclusions conformes de l’avocat général, lequel avait versé aux débats les éléments d’information produits sur cette question par la Fédération bancaire française et des associations de consommateurs.

Source : Service de documentation et d’études de la Cour de cassation