Arrêt n°2915 du 11 décembre 2018 (18-82.628) - Cour de cassation - Chambre criminelle
- ECLI:FR:CCASS:2018:CR02915

Circulation routière

Cassation

Sommaire :
L’article L. 121-6 du code de la route, sur le fondement duquel le représentant légal d’une personne morale peut être poursuivi pour n’avoir pas satisfait, dans le délai qu’il prévoit, à l’obligation de communiquer l’identité et l’adresse de la personne physique qui, lors de la commission d’une infraction constatée selon les modalités prévues à l’article L. 130-9 du même code, conduisait le véhicule détenu par cette personne morale, n’exclut pas qu’en application de l’article 121-2 du code pénal, la responsabilité pénale de la personne morale soit aussi recherchée pour cette infraction, commise pour son compte, par ce représentant.


Demandeur : Officier du ministère public près le tribunal de police de Saintes
Défendeur : SCA Optimmo 17


Sur le moyen unique de cassation, pris de la violation des articles L. 121-6 du code de la route et 593 du code de procédure pénale ;

Vu l’article L. 121-6 du code de la route, ensemble l’article 121-2 du code pénal ;

Attendu que le premier de ces textes, sur le fondement duquel le représentant légal d’une personne morale peut être poursuivi pour n’avoir pas satisfait, dans le délai qu’il prévoit, à l’obligation de communiquer l’identité et l’adresse de la personne physique qui, lors de la commission d’une infraction constatée selon les modalités prévues à l’article L. 130-9 du code de la route, conduisait le véhicule détenu par cette personne morale, n’exclut pas qu’en application du second, la responsabilité pénale de la personne morale soit aussi recherchée pour cette infraction, commise pour son compte, par ce représentant ;

Attendu qu’il résulte du jugement attaqué et des pièces de procédure qu’après le contrôle, le 8 juillet 2017, pour excès de vitesse, d’un véhicule détenu par la société Optimmo 17 et le refus de satisfaire à la demande de transmission de l’identité et de l’adresse du conducteur, un avis de contravention a été adressé à cette société, qui a contesté l’infraction, puis a été citée du chef susénoncé devant le tribunal de police ;

Attendu que, pour renvoyer la société Optimmo 17 des fins de la poursuite, le tribunal énonce que les faits ne peuvent être imputés à la personne morale mais à son représentant légal ;

Mais attendu qu’en statuant ainsi, le tribunal de police a méconnu les textes susvisés et le principe précédemment rappelé ;

D’où il suit que la cassation est encourue ;


Par ces motifs :

CASSE et ANNULE, en toutes ses dispositions, le jugement susvisé du tribunal de police de Saintes, en date du 19 mars 2018, et pour qu’il soit à nouveau jugé, conformément à la loi,


Président : M. Soulard
Rapporteur : M. Parlos
Avocat général : M. Desportes