Arrêt n°285 du 25 mars 2021 (20-10.947) - Cour de cassation - Troisième chambre civile - ECLI:FR:CCASS:2021:C300285

Propriété

Cassation

Sommaire :
L’action en expulsion d’un occupant sans droit ni titre, fondée sur le droit de propriété, constitue une action en revendication qui n’est pas susceptible de prescription.


Demandeur(s) : société Bpifrance financement, société anonyme

Défendeur(s) : Mme H...  Y...


Faits et procédure


1. Selon l’arrêt attaqué (Paris, 19 novembre 2019), le 21 septembre 1962, Mme Y...  a été embauchée par la Caisse centrale de crédit hôtelier, commercial et industriel, aux droits de laquelle vient la société Bpifrance Financement.

2. Le 13 janvier 1975, un logement a été mis à sa disposition par son employeur à titre d’accessoire à son contrat de travail.

3. Le 31 juillet 2004, Mme Y...  a pris sa retraite et a continué à occuper les lieux.

4. Le 25 juillet 2014, souhaitant vendre le logement libre d’occupation, la société Bpifrance Financement a délivré à Mme Y...  un congé à effet du 31 juillet 2015.

5. Mme Y...  ayant refusé de libérer les lieux, au motif qu’elle bénéficiait d’un bail d’habitation, la société Bpifrance Financement l’a assignée en expulsion.


Examen du moyen


Enoncé du moyen


6. La société Bpifrance Financement fait grief à l’arrêt de déclarer son action irrecevable comme prescrite, alors « que l’action du propriétaire tendant à l’expulsion d’un occupant sans droit ni titre est imprescriptible ; qu’est sans droit ni titre l’occupant qui se maintient dans son logement de fonction après le terme de son contrat de travail ; qu’en jugeant que l’action de la société Bpifrance Financement tendant à l’expulsion de Mme Y...  était une action personnelle soumise à la prescription quinquennale de droit commun dès lors qu’elle dérivait d’un contrat, quand elle constatait que cette action tendait à l’expulsion de l’occupante d’un logement de fonction constituant l’accessoire de son contrat de travail qui avait pris fin, ce dont il résultait que cette action avait pour objet l’expulsion d’un occupant sans droit ni titre et qu’elle était, par conséquent, imprescriptible, la cour d’appel, qui n’a pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations, a violé l’article 2227 du code civil. » Réponse de la Cour

Vu les articles 544 et 2227 du code civil :

7. Selon le premier de ces textes, la propriété est le droit de jouir et disposer des choses de la manière la plus absolue, pourvu qu’on n’en fasse pas un usage prohibé par les lois ou par les règlements. Selon le second, le droit de propriété est imprescriptible.

8. La revendication est l’action par laquelle le demandeur, invoquant sa qualité de propriétaire, réclame à celui qui la détient la restitution de son bien (3e Civ., 16 avril 1973, pourvoi n° 72-13.758, Bull., III, n° 297).

9. Pour déclarer irrecevable comme prescrite l’action de la société Bpifrance Financement, l’arrêt retient qu’elle tend à l’expulsion de l’occupante d’un logement de fonction constituant l’accessoire d’un contrat de travail qui a pris fin, le terme de la convention interdisant à l’ancienne salariée de se maintenir dans les lieux, de sorte qu’il ne s’agit pas d’une action de nature réelle immobilière, mais d’une action dérivant d’un contrat soumise à la prescription quinquennale de droit commun.

10. L’arrêt retient encore qu’en application de l’article 26 II de la loi du 17 juin 2008, un nouveau délai de cinq ans a commencé à courir le 19 juin 2008 pour expirer le 19 juin 2013, de sorte que l’action engagée le 24 septembre 2015 est atteinte par la prescription.

11. En statuant ainsi, alors que l’action en expulsion d’un occupant sans droit ni titre, fondée sur le droit de propriété, constitue une action en revendication qui n’est pas susceptible de prescription, la cour d’appel a violé les textes susvisés.

PAR CES MOTIFS, la Cour :

CASSE ET ANNULE, en toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 19 novembre 2019, entre les parties, par la cour d’appel de Paris ;


Président : M. Chauvin
Rapporteur : M. Parneix
Avocat général : Mme Morel-Coujard
Avocat(s) : SCP Gatineau, Fattaccini et Rebeyrol - SCP Thouvenin, Coudray et Grévy