Arrêt n° 894 du 14 septembre 2017 (15-19.753) - Cour de cassation - Troisième chambre civile - ECLI:FR:CCASS:2017:C300894

Construction immobilière

Rejet

Sommaire :
Ayant relevé qu’une société avait vendu des lots en l’état de locaux industriels désaffectés, que le coût des travaux, non inclus dans le prix de vente, était à la charge des acquéreurs, qu’aucune obligation de versement de fonds au titre des travaux n’avait été souscrite au profit du vendeur qui n’avait pas à assurer la charge de leur maîtrise d’ouvrage et retenu souverainement que les parties s’étaient accordées en connaissance de cause pour que les acquéreurs bénéficiassent d’avantages fiscaux et qu’il ne pouvait être reproché au vendeur d’avoir participé à un montage artificiel ou frauduleux, la cour d’appel a pu en déduire qu’il ne s’agissait pas de ventes en l’état futur d’achèvement et que les demandes en nullité devaient être rejetées.


Demandeur(s) : les époux X... ; et autres

Défendeur(s) : M. Christophe H... ; et autres


Attendu, selon l’arrêt attaqué (Riom, 9 avril 2015 ), que, suivant acte reçu, le 8 novembre 2005, par M. H… (le notaire), la société Sogimm, membre, avec les sociétés Lyonnaise de Rénovation (LDR) et SLM maîtrise d’ouvrage (SLM), d’un groupe éponyme constitué sous l’égide d’une société holding, a acquis de la communauté de communes Riom Communauté un ensemble immobilier constituant l’ancienne Manufacture des tabacs, composée de bâtiments à usage industriel désaffectés inscrits, en partie, à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques ; qu’elle leur a confié leur commercialisation « en l’état », par lots, dans la perspective d’une opération de réhabilitation et de transformation en résidences locatives présentée comme éligible aux dispositifs de défiscalisation dits « loi Malraux » et « loi de Robien », à la société Ufifrance Patrimoine, chargée de collationner les actes de réservation et les promesses unilatérales de vente de lots ; qu’après levée de l’option, celles-ci ont été réitérées en la forme authentique au profit de diverses personnes (les acquéreurs) entre le 18 novembre 2005 et le 27 juin 2007 ; que les travaux de rénovation, confiés à la société LDR, selon des marchés à forfait conclus avec quatre associations syndicales libres (ASL), auxquelles les acquéreurs avaient délégué la maîtrise d’ouvrage, avec l’assistance de la société SLM, ont été retardés et ont donné lieu à des actions directes des sous-traitants ; que les emplacements de stationnement à construire en sous-sol des bâtiments, s’étant avérés irréalisables, ont été remplacés par des parcs de stationnement aériens, objet d’un permis de construire modificatif ; que, soutenant principalement que cette opération immobilière dissimulait une vente d’immeuble à construire, vingt-neuf acquéreurs de lots ont assigné les sociétés du groupe Sogimm, la société Ufifrance Patrimoine et sa société mère, l’Union financière de France banque (l’UFF), ainsi que les ASL, en nullité de leur acte de vente et subsidiairement, en indemnisation des préjudices nés des retards de délivrance ou du défaut de conformité des lots ; que, les sociétés du groupe Sogimm ayant été mises en liquidation judiciaire en cours d’instance, leurs mandataires liquidateurs ont été attraits à l’instance ; que les sociétés Ufifrance et UFF ont assigné en garantie le notaire et la SCP au sein de laquelle il exerce ;

 Sur les premier, troisième et quatrième moyens du pourvoi principal des acquéreurs et sur le moyen unique du pourvoi incident du mandataire liquidateur de la société Sogimm, ci-après annexés :

 Délibéré par la première chambre civile de la Cour de cassation, après débats à l’audience publique du 10 janvier 2017, où étaient présentes : Mme Batut, président, Mme Verdun, conseiller rapporteur, Mme Kamara, conseiller doyen, Mme Randouin, greffier de chambre ;

 Attendu que ces moyens ne sont manifestement pas de nature à entraîner la cassation ;

 Sur le deuxième moyen du pourvoi principal des acquéreurs, ci-après annexé :

 Attendu que les acquéreurs font grief à l’arrêt de rejeter leurs demandes en nullité des actes de vente ;

 Mais attendu qu’ayant relevé que la société SOGIMM avait vendu des lots en l’état de locaux industriels désaffectés, que le coût des travaux, non inclus dans le prix de vente, était à la charge des acquéreurs, qu’aucune obligation de versement de fonds au titre des travaux n’avait été souscrite au profit du vendeur qui n’avait pas à assurer la charge de leur maîtrise d’ouvrage et retenu souverainement que les parties s’étaient accordées en connaissance de cause pour que les acquéreurs bénéficiassent d’avantages fiscaux et qu’il ne pouvait être reproché au vendeur d’avoir participé à un montage artificiel ou frauduleux, la cour d’appel a pu en déduire qu’il ne s’agissait pas de ventes en l’état futur d’achèvement et que les demandes de nullité devaient être rejetées ;

D’où il suit que le moyen n’est pas fondé ;

 Sur le cinquième moyen du pourvoi principal des acquéreurs, ci-après annexé :

 Attendu que ce moyen n’est manifestement pas de nature à entraîner la cassation ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur les autres pourvois incidents qui ne sont qu’éventuels :

REJETTE les pourvois ;


 Président : M. Chauvin

Rapporteur : Mme Guillaudier, conseiller référendaire

Avocat général : M. Kapella

Avocat(s) : SCP Thouin-Palat et Boucard ; SCP Baraduc, Duhamel et Rameix ; SCP Bénabent et Jéhannin ; SCP Boré, Salve de Bruneton et Mégret