Arrêt n° 575 du 23 mai 2012 (11-17.183) - Cour de cassation - Troisième chambre civile

Bail (règles générales)

Rejet


Demandeur(s) : la société Aviva assurances, société anonyme

Défendeur(s) : la société Mutuelle assurances des commerçants et industriels de France (MACIF), et autres


Sur le premier et le second moyen, réunis  :

 

 Attendu, selon l’arrêt attaqué (Riom, 24 février 2011), que la société Amélie Jonathan a donné à bail à usage commercial à la société L’Aquarium un immeuble dont elle est propriétaire ; que la société L’Aquarium a sous-loué à M. Z… une partie des locaux à usage d’habitation ; qu’à la suite d’un incendie survenu dans l’appartement occupé par M. Z…, la Compagnie d’assurances mutuelle assurances des commerçants et industriels de France (la MACIF), assureur de la société L’Aquarium, subrogée dans les droits de celle-ci, a demandé remboursement à la société Aviva assurances, assureur de M. Z…, des sommes déboursées pour indemniser la société L’Aquarium et la société Amélie Jonathan ;

 

 Attendu que la société Aviva assurances fait grief à l’arrêt d’accueillir cette demande, alors, selon le moyen :

 

 1°/ que dans ses rapports avec le locataire, le sous-locataire n’est soumis à la présomption de responsabilité instituée par les dispositions de l’article 1733 du code civil que dans la limite des locaux faisant l’objet de la sous-location et qu’il occupe exclusivement ; qu’en retenant en l’espèce la responsabilité du sous-locataire au titre des dommages subis par le propriétaire dans l’ensemble de l’immeuble, alors qu’il résultait de ses propres constatations, selon lesquelles M. Z… n’avait sous-loué qu’une partie des locaux incendiés et que la société L’Aquarium ne s’était substituée que partiellement au bailleur, que celui-ci n’en avait pas la jouissance exclusive, la cour d’appel a violé l’article 1733 du code civil ;

 

 2°/ que le locataire, substitué partiellement au bailleur, ne peut invoquer à l’encontre du sous-locataire, la présomption de responsabilité instituée par les dispositions de l’article 1733 du code civil que pour les dommages occasionnés dans les locaux objets de la sous-location ; qu’en condamnant au cas présent le sous-locataire au titre des dommages matériels subis par le locataire dans une partie de l’immeuble située en dehors des locaux sous-loués, la cour d’appel a violé l’article 1733 du code civil ;

 

 Mais attendu, d’une part, qu’ayant constaté que l’incendie avait pris naissance dans l’appartement loué à M. Z… et qu’aucune cause d’exonération de sa responsabilité n’était établie, et exactement retenu que la sous-locataire dans ses rapports avec le locataire principal était soumise à la présomption de responsabilité édictée par l’article 1733 du code civil, la cour d’appel a retenu à bon droit que l’assureur du locataire, subrogé dans ses droits après avoir indemnisé son assurée et le bailleur, pouvait agir à l’encontre du sous-locataire et de son assureur ;

 

 Et attendu, d’autre part, que le sous-locataire responsable étant tenu de réparer l’entier préjudice subi par la locataire principale, la cour d’appel a exactement retenu que la société Aviva assurances devait rembourser les sommes allouées au titre du préjudice matériel subi par la société l’Aquarium dans les locaux qu’elle occupait pour l’exploitation de son fonds de commerce ;

 

 D’où il suit que le moyen n’est pas fondé ;

 

 PAR CES MOTIFS :

 

 REJETTE le pourvoi ;

 


Président : M. Terrier

Rapporteur : Mme Fossaert, conseiller

Avocat général : M. Bailly, avocat général référendaire

Avocat(s) : SCP Delaporte, Briard et Trichet ; SCP Boré et Salve de Bruneton