Arrêt n° 504 du 9 mai 2012 (11-12.551) - Cour de cassation - Troisième chambre civile

Urbanisme

Rejet


Demandeur(s) : la commune de Quetigny, représentée par son maire en exercice

Défendeur(s) : les consorts X...


Sur le moyen unique :

 

 Attendu, selon l’arrêt attaqué (Dijon, 4 octobre 2010), que dans le cadre d’un projet d’aménagement d’un nouveau quartier, la commune de Quetigny a, aux fins d’exercer son droit de préemption sur une parcelle appartenant aux consorts X…, consigné une somme correspondant à 15 % de l’évaluation faite par le directeur des services fiscaux, qu’elle a procédé à la notification d’une copie du récépissé de consignation à la juridiction dans le délai de trois mois à compter de la saisine de cette juridiction, et qu’elle a effectué cette notification aux propriétaires, et notamment aux consorts X…, postérieurement à l’expiration de ce délai de trois mois ;

 

 Attendu que la commune de Quetigny fait grief à l’arrêt de dire qu’elle est réputée avoir renoncé à l’exercice du droit de préemption, alors, selon le moyen :

 

 1°/ que l’article L. 213-4-1 du code de l’urbanisme énonce une présomption selon laquelle, à défaut de notification d’une copie du récépissé de consignation à la juridiction et aux propriétaires dans le délai de trois mois suivant la saisine de cette juridiction, le titulaire du droit de préemption est réputé avoir renoncé à l’acquisition ou à l’exercice de son droit ; que cette présomption est susceptible d’être renversée par la preuve contraire ; quen refusant de rechercher si la commune n’établissait pas avoir renversé cette présomption en consignant une somme suffisante dans le délai de trois mois, et en notifiant le récépissé de cette consignation au juge de l’expropriation et aux propriétaires, fût-ce, pour ces derniers, postérieurement au délai de trois mois, la cour d’appel a violé le texte susvisé ;

 

 2°/ que le moyen tiré du défaut de notification aux propriétaires du récépissé de consignation constitue une fin de non-recevoir susceptible d’être régularisée ; que l’irrecevabilité doit être écartée si sa cause a disparu au moment où le juge statue ; que la cour d’appel a constaté que le récépissé de la consignation effectuée par la commune de Quetigny a été notifié aux propriétaires le 8 juin 2009, soit bien avant qu’elle ne statue par arrêt en date du 4 octobre 2010 ; quen refusant néanmoins d’écarter la fin de non-recevoir soulevée par les propriétaires et tirée de l’absence de notification de ce récépissé, a violé, par refus d’application, l’article 126 du code de procédure civile ;

 

 Mais attendu qu’ayant constaté que si le juge de l’expropriation saisi le 19 décembre 2008 avait reçu copie du récépissé de consignation le 2 mars 2009 soit dans le délai légalement imparti, les propriétaires n’en avaient reçu copie que le 8 juin 2009 soit postérieurement à l’expiration de ce délai, la cour d’appel, qui n’était pas tenue d’effectuer une recherche que ses constatations rendaient inopérante, afférente à la preuve qu’aurait rapportée la commune, de son intention de ne pas renoncer à l’exercice de son droit de préemption, en a exactement déduit que la commune de Quetigny était réputée avoir renoncé à exercer son droit de préemption ;

 

 D’où il suit que le moyen n’est pas fondé ;

 

 PAR CES MOTIFS :

 

 REJETTE le pourvoi ;

 


Président : M. Terrier

Rapporteur : Mme Vérité, conseiller référendaire

Avocat général : M. Petit

Avocat(s) : SCP Gaschignard ; SCP Célice, Blancpain et Soltner