Arrêt n° 798 du 20 juin 2012 (11-15.199) - Cour de cassation - Troisième chambre civile

Assurance dommages

Cassation


Demandeur(s) : la société Allianz IARD

Défendeur(s) : le syndicat des copropriétaires de l’immeuble La Croix du Sud, représenté par son syndic M. Jean X...


Sur le premier moyen :

 

 Vu l’article 55 du décret du 17 mars 1967, ensemble les articles L. 114-1, L. 242-1, et A. 243-1 du code des assurances ;

 

 Attendu, selon l’arrêt attaqué (Aix-en-Provence, 23 septembre 2010), que la société civile immobilière Beau de Rochas (SCI), assurée selon police dommages-ouvrage par la société La Préservatrice foncière assurances (PFA), aux droits de laquelle vient la société Allianz IARD, a fait édifier un bâtiment à usage de commerces et bureaux, vendu sous le régime de la copropriété après réception sans réserve le 15 avril 1990 ; qu’à la suite d’une déclaration de sinistre le 28 octobre 2004, le syndicat des copropriétaires (le syndicat) a informé l’assureur le 30 décembre 2004, de son intention d’engager les travaux nécessaires à la réparation des dommages subis et l’a assigné, le 30 septembre 2005 en indemnisation des désordres, sur le fondement des sanctions attachées à l’inobservation de la procédure d’indemnisation ;

 

 Attendu que pour déclarer recevable l’action du syndicat, l’arrêt retient que l’action introduite le 30 septembre 2005 par le syndic a été approuvée par l’assemblée générale du 3 mars 2006 l’ayant habilité à engager toutes procédures utiles, tant en référé qu’au fond, en première instance et en appel s’il y a lieu, à l’encontre de l’assureur dommages-ouvrage pour les désordres affectant l’immeuble et que cette ratification n’est pas tardive, puisqu’elle n’est pas une action fondée sur la garantie décennale, mais une action indemnitaire à l’encontre de l’assureur dommages ouvrage au titre des sanctions pour inobservation du délai de soixante jours, engagée dans les deux ans du jour où la garantie de l’assureur a été acquise automatiquement à titre de sanction, soit le 2 janvier 2005, que, dans ces conditions, l’action du syndicat des copropriétaires introduite le 30 septembre 2005 est recevable ;

 

 Qu’en statuant ainsi, après avoir constaté que la réception était intervenue le 15 avril 1990, et alors que l’assureur dommages-ouvrage n’était pas tenu de répondre à une réclamation présentée plus de deux ans après l’expiration de la garantie décennale et qu’en conséquence l’habilitation donnée au syndic était inopérante, la cour d’appel a violé les textes susvisés ;

 

 PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur le second moyen :

 

 CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 23 septembre 2010, entre les parties, par la cour d’appel d’Aix-en-Provence ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence, autrement composée ;

 


Président : M. Terrier

Rapporteur : M. Nivôse, conseiller

Avocat général : M. Bailly, avocat général référendaire

Avocat(s) : SCP Baraduc et Duhamel ; SCP Boutet