Arrêt n°189 du 11 mars 2020 (18-26.789) - Cour de cassation - Première chambre civile - ECLI:FR:CCASS:2020:C100189

Procédure civile

Rejet

Sommaire :
Ayant constaté qu’un Office public de l’habitat avait, sans recourir préalablement à un conciliateur choisi d’un commun accord, adressé à une société une facture correspondant à une indemnité contractuelle, puis émis un titre exécutoire, et que la société avait contesté son bien-fondé en formant un recours gracieux en annulation, une cour d’appel retient à bon droit que, si la stipulation contractuelle subordonnant la saisine du juge à la mise en oeuvre d’une procédure préalable de conciliation fait obstacle à ce que la société saisisse directement le juge d’une contestation, elle s’oppose également à ce qu’un Office public de l’habitat émette directement un titre exécutoire pour le règlement de sommes en exécution du contrat.


Demandeur(s) : Office public de l’habitat de la communauté urbaine du Mans

Défendeur(s) : société Mancelle d’habitation à loyer modéré, société anonyme


Faits et procédure

1. Selon l’arrêt attaqué (Angers, 20 février 2018, rectifié le 19 septembre suivant), le 30 août 2013, l’Office public de l’habitat de Le Mans métropole Le Mans habitat, devenu l’Office public de l’habitat de la communauté urbaine du Mans (l’OPH), a émis un titre exécutoire à l’encontre de la société d’économie mixte de la ville du Mans « Mancelière logement », devenue la société Mancelle d’habitation à loyer modéré (la société), pour obtenir paiement de sommes dues, selon lui, en exécution d’une convention de management de société du 28 décembre 2010.

2. La société l’a assigné en contestation du bien-fondé du titre émis.

Examen du moyen

Énoncé du moyen

3. L’OPH fait grief à l’arrêt du 20 février 2018 de dire que le titre de recettes ne peut être exécuté à l’encontre de la société, faute de respect de la procédure préalable de conciliation stipulée dans la convention, alors :

« 1°/ que le juge a l’obligation de ne pas dénaturer l’écrit qui lui est soumis ; qu’il résulte du contrat conclu entre les parties qu’en cas de désaccord sur son exécution, les parties conviennent de faire appel à un conciliateur choisi d’un commun accord et que si le désaccord persiste, c’est le tribunal de grande instance du Mans qui sera compétent pour juger le différend ; que si le contrat institue ainsi une procédure de conciliation obligatoire préalable qui s’applique à toutes les parties, elle ne s’impose à elles que comme préalable à la saisine d’un juge ; qu’en décidant que cette clause imposerait également une conciliation préalable à l’émission par l’établissement public d’un titre de recettes individuel exécutoire, qui ne suppose ni désaccord ni litige, la cour d’appel en a dénaturé les termes clairs et précis en violation du principe susvisé ;

2°/ que le moyen tiré du défaut de mise en oeuvre de la clause du contrat selon laquelle en cas de désaccord sur son exécution les parties conviennent de faire appel à un conciliateur choisi d’un commun accord, constitue une fin de non-recevoir qui tend à faire déclarer l’adversaire irrecevable en sa demande en justice sans examen au fond ; que cette fin de non-recevoir ne peut faire obstacle à l’émission d’un titre de recettes individuel par l’établissement public créancier, quand bien même il s’agirait d’un titre exécutoire pour le règlement des sommes dues en exécution du contrat ; qu’en décidant le contraire, la cour d’appel a violé les articles 1134 du code civil dans sa rédaction antérieure à l’ordonnance du 10 février 2016, 122 du code de procédure civile et L. 1617-5 du code général des collectivités territoriales. »

Réponse de la Cour

4. L’article 26, alinéas 2 et 3, de la convention énonce :
« En cas de désaccord sur son exécution, les parties conviennent de faire appel à un conciliateur choisi d’un commun accord. Si le désaccord persiste, c’est le tribunal de grande instance du Mans qui sera compétent pour juger du différend. »

5. Après avoir constaté que l’OPH avait, sans recourir préalablement à un conciliateur choisi d’un commun accord, adressé à la société une facture correspondant à l’indemnité de transfert de dossiers visée à l’article 16 de la convention, puis émis un titre exécutoire, et que la société avait contesté son bien-fondé en formant un recours gracieux en annulation, la cour d’appel a retenu à bon droit, sans dénaturation, que, si la stipulation contractuelle subordonnant la saisine du juge à la mise en oeuvre d’une procédure préalable de conciliation faisait obstacle à ce que la société saisisse directement le juge d’une contestation, elle s’opposait également à ce que l’OPH émette directement un titre exécutoire pour le règlement de sommes correspondant à l’exécution du contrat, ce dont elle a exactement déduit que le titre de recettes ne pouvait être exécuté.

6. Le moyen n’est donc pas fondé.

PAR CES MOTIFS, la Cour :

REJETTE le pourvoi ;


Président : Mme Batut
Rapporteur : Mme Champs, conseiller référendaire
Avocat général : M. Chaumont
Avocat(s) : la SCP Waquet, Farge et Hazan - SCP Colin-Stoclet