Arrêt n°347 du 10 avril 2019 (18-16.514) - Cour de cassation - Première chambre civile - ECLI:FR:CCASS:2019:C100347

Renvoi devant le Tribunal des conflits, sursis à statuer

Demandeur : société EcoDDS
Défendeur : syndicat mixte Sud Rhône environnement


Vu l’article 35 du décret n° 2015-233 du 27 février 2015 relatif au Tribunal des conflits et aux questions préjudicielles ;

Attendu que, lorsque la Cour de cassation est saisie d’un litige qui présente à juger, soit sur l’action introduite, soit sur une exception, une question de compétence soulevant une difficulté sérieuse et mettant en jeu la séparation des ordres de juridiction, elle peut renvoyer au Tribunal des conflits le soin de décider sur cette question de compétence ; que l’instance est suspendue jusqu’à la décision de ce tribunal ;

Attendu que, suivant convention conclue le 15 juillet 2013, le syndicat mixte Sud Rhône environnement (le syndicat mixte) a confié à la société EcoDDS (la société), éco-organisme agréé, la prise en charge de la gestion de déchets diffus spécifiques ménagers ; qu’un litige relatif à l’exécution de la convention étant né entre les parties, la société a saisi la juridiction judiciaire aux fins d’annulation du titre exécutoire émis contre elle par le syndicat mixte ; que celui-ci a soulevé une exception d’incompétence au profit de la juridiction administrative ;

Attendu qu’aux termes de l’article L. 541-10-4 du code de l’environnement, toute personne physique ou morale qui fabrique, importe ou introduit sur le marché national des produits chimiques pouvant présenter un risque significatif pour la santé et l’environnement, est tenue de prendre en charge ou faire prendre en charge par des sociétés spécialisées, techniquement et financièrement, la collecte et le traitement des déchets ménagers desdits produits ; qu’il résulte de l’article R. 543-232 du même code que l’obligation de collecte séparée des déchets ménagers issus de tels produits pesant sur les metteurs sur le marché ayant adhéré à un organisme agréé est assurée par la mise en place, en collaboration avec les collectivités territoriales et les distributeurs, d’un dispositif de collecte desdits déchets sur des points d’apport volontaire qui couvre l’ensemble du territoire national, ainsi que par la prise en charge des coûts supportés par les collectivités territoriales et leurs groupements pour la collecte séparée ; que la convention litigieuse a été conclue en application de ces dispositions, fondées sur le principe de responsabilité élargie du producteur de produits, énoncé par l’article L. 541-10, II, du code de l’environnement, et destinées, notamment, à décharger des coûts de gestion de ces déchets les collectivités territoriales chargées d’assurer le service public de collecte et de traitement des déchets des ménages, conformément aux dispositions de l’article L. 2224-13 du code général des collectivités territoriales ; que le litige présente à juger une question de compétence soulevant une difficulté sérieuse, dès lors que, nonobstant la clause attributive de compétence au profit de la juridiction judiciaire stipulée dans la convention, celle-ci pourrait revêtir un caractère administratif tant en raison de son objet qu’en raison de ses clauses ; qu’il y a lieu, en conséquence, de renvoyer au Tribunal des conflits le soin de décider sur cette question de compétence, en application de l’article 35 du décret susvisé ;

PAR CES MOTIFS :


Ordonne le renvoi de l’affaire au Tribunal des conflits ;


Président : Mme Batut
Rapporteur : Mme Canas, conseiller référendaire rapporteur

Avocat général : M. Lavigne
Avocats : SARL Cabinet Briard, SCP Potier de La Varde, Buk-Lament et Robillot