Arrêt n° 963 du 22 septembre 2016 (15-18.858) - Cour de cassation - Première chambre civile - ECLI:FR:CCASS:2016:C100963

Protection des consommateurs

Cassation partielle


Demandeur(s) : les époux X...

Défendeur(s) : la société Nordea Bank, et autre


Sur le moyen unique, pris en sa quatrième branche :

 

 Vu l’article L. 137-2 du code de la consommation ;

 

 Attendu, d’abord, qu’en vertu de l’article L. 137-2 du code de la consommation, l’action des professionnels, pour les biens ou les services qu’ils fournissent aux consommateurs, se prescrit par deux ans ; qu’ensuite, ne perd pas la qualité de consommateur la personne physique qui, agissant à des fins qui n’entrent pas dans le cadre de son activité commerciale, industrielle, artisanale ou libérale, souscrit un prêt de nature spéculative ;

 

 Attendu, selon l’arrêt attaqué, que, suivant offre préalable acceptée le 13 décembre 2006, la société Nordea Bank (la banque) a consenti à M. et Mme X… un prêt d’un montant de 550 000 euros, assorti d’un taux d’intérêt variable et garanti par une hypothèque ; que la banque a notifié aux emprunteurs la déchéance du terme, avant de leur délivrer un commandement de payer valant saisie immobilière, puis de les assigner devant le juge de l’exécution ;

 

 Attendu que, pour déclarer prescrite l’action en recouvrement de la banque, l’arrêt retient que le prêt litigieux devait être financé grâce à une opération spéculative, l’acceptation de l’aléa au coeur du marché boursier conduisant à exclure les dispositions favorables d’une prescription abrégée dérogatoire au droit commun, réservée à des contrats énumérés par le législateur souscrits pour des besoins ordinaires ;

 

 Qu’en statuant ainsi, alors qu’il résultait de ses énonciations que le prêt litigieux avait été souscrit à des fins étrangères à l’activité professionnelle de M. et Mme X…, la cour d’appel a violé le texte susvisé ;

 

 PAR CES MOTIFS et sans qu’il y ait lieu de statuer sur les trois premières branches du moyen :

 

 CASSE ET ANNULE, sauf en ce qu’il rejette la demande en nullité du commandement de payer valant saisie immobilière délivré le 10 juillet 2013, l’arrêt rendu le 17 avril 2015, entre les parties, par la cour d’appel d’Aix-en-Provence ; remet, en conséquence, sur les autres points, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Montpellier ;


 Président : Mme Batut

Rapporteur : M. Vitse, conseiller référendaire

Avocat(s) : SCP Odent et Poulet ; SCP Nicolaÿ, de Lanouvelle et Hannotin ; SCP Capron