Arrêt n° 1260 du 29 octobre 2014 (13-23.506) - Cour de cassation - Première chambre civile - ECLI:FR:CCASS:2014:C101260

Assurance responsabilité

Cassation


Demandeur(s) : M. Gérard X...

Défendeur(s) : la société Axa assurances France IARD, société anonyme, et autre


Sur le moyen unique, pris en sa première branche :

 

 Vu l’article L. 113-5 du code des assurances ;

 

 Attendu que, pour l’application de ce texte, la décision judiciaire condamnant l’assuré à raison de sa responsabilité constitue pour l’assureur de cette responsabilité la réalisation, tant dans son principe que dans son étendue, du risque couvert et lui est, dès lors opposable, à moins de fraude à son encontre ;

 

 Attendu, selon l’arrêt attaqué, que M. X… se prévalant d’une condamnation irrévocable prononcée contre la société Agence Axe associés, agent immobilier auquel il avait confié, par lettre, la location saisonnière d’une villa, à l’indemniser de pertes de loyers consécutives à l’annulation d’une réservation, en réparation de la faute que cet intermédiaire avait commise en entretenant l’illusion que l’opération serait couverte par une assurance spécifique garantissant ce type de risque, a exercé l’action directe prévue à l’article L. 124-3 du code des assurances afin de recouvrer sa créance indemnitaire contre l’assureur de responsabilité civile professionnelle de l’intermédiaire, la société Axa assurances France IARD ;

 

 Attendu que, pour rejeter cette demande, l’arrêt, après avoir relevé que le mandat de gestion confié à l’intermédiaire était nul faute de satisfaire aux exigences impératives des articles 6 de la loi du 2 janvier 1970 et 72 du décret du 20 juillet 1972, retient que l’assureur est recevable et fondé à opposer au tiers lésé l’absence de garantie qui découle de la nullité absolue de ce mandat dont l’exécution défaillante fonde la responsabilité de son assuré ;

 

 Qu’en statuant ainsi alors que la dette de responsabilité de l’assuré, acquise en son principe comme en son montant, était opposable à l’assureur lequel ne pouvait plus contester sa garantie qu’au regard des stipulations de sa police, la cour d’appel a violé le texte susvisé ;

 PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur les autres branches du moyen :

 

 CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 27 juin 2013, entre les parties, par la cour d’appel d’Aix-en-Provence ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Montpellier ;

 


 Président : Mme Batut

Rapporteur : Mme Verdun, conseiller

Avocat général : M. Chevalier, avocat général référendaire

Avocat(s) : SCP Waquet, Farge et Hazan ; SCP Boutet-Hourdeaux