Arrêt n° 279 du 21 février 2019 (18-10.030) - Cour de cassation – Deuxième chambre civile – ECLI:FR:CCASS:2019:C200279

Cassation partielle

Demandeur(s) : Société Credit immobilier de France développement
Défendeur(s) : M. T... U... ; et autre


Sur le moyen unique, pris en sa seconde branche, qui est recevable :

Vu l’article R. 131-1, alinéa 1er, du code des procédures civiles d’exécution, ensemble l’article 503 du code de procédure civile ;

Attendu qu’il résulte de ces textes qu’en cas d’infirmation de la décision, exécutoire de plein droit par provision en application de l’article R. 131-4 du code des procédures civiles d’exécution, ayant supprimé une astreinte précédemment ordonnée, celle-ci ne recommence à courir qu’à compter de la notification de l’arrêt ;

Attendu, selon l’arrêt attaqué, que la société Crédit immobilier de France Ouest, aux droits de laquelle se trouve la société Crédit immobilier de France développement (la banque), a été condamnée sous astreinte, par un jugement du 14 mars 2014, à recalculer le montant des échéances de remboursement d’un prêt consenti à M. et Mme U... en faisant application du seul taux d’intérêt légal ; qu’après que l’astreinte avait été liquidée par deux jugements des 21 avril et 23 octobre 2015, M. et Mme U... ont saisi à nouveau un juge de l’exécution en liquidation de l’astreinte ; que, par jugement du 3 janvier 2017, ce dernier les a déboutés de leur demande et a supprimé l’astreinte ;

Attendu qu’en liquidant l’astreinte pour la période courant du 3 janvier au 21 septembre 2017, après avoir infirmé le jugement en ce qu’il avait supprimé l’astreinte, la cour d’appel a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS et sans qu’il y ait lieu de statuer sur l’autre branche du moyen :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu’il a liquidé l’astreinte prononcée par le tribunal de grande instance d’Évreux par jugement du 14 mars 2014 à la somme de 15 755 euros pour la période du 27 avril 2016 au 21 septembre 2017 et condamné la société Crédit immobilier de France développement à payer cette somme à M. et Mme U... , l’arrêt rendu le 30 octobre 2017, entre les parties, par la cour d’appel de Rouen


Président : Mme Flise
Rapporteur :
M. Cardini
Avocat général : M. Girard
Avocat(s) : SCP Thouin-Palat et Boucard- SCP Foussard et Froger