Arrêt n°1551 du 20 décembre 2018 (17-26.952) - Cour de cassation - Deuxième chambre civile - ECLI:FR:CCASS:2018:C201551

Sécurité sociale

Cassation partielle

Sommaire :
Il résulte de l’article R. 243-59, dernier alinéa, du code de la sécurité sociale, dans sa rédaction antérieure au décret n° 2016-941 du 8 juillet 2016 que l’absence d’observations vaut accord tacite concernant les seules pratiques ayant donné lieu à vérification, dès lors que l’organisme de recouvrement a eu les moyens de se prononcer en toute connaissance de cause, le redressement ne pouvant porter sur des éléments qui, ayant fait l’objet d’un précédent contrôle dans la même entreprise ou le même établissement, n’ont pas donné lieu à observations de la part de cet organisme.
Par suite, encourt la cassation, l’arrêt qui, pour dire que la société cotisante était fondée à se prévaloir d’un accord tacite de l’URSSAF, interdisant tout redressement motivé par l’absence de caractère aléatoire de la formule de calcul de l’intéressement, se fonde sur un précédent accord d’intéressement ne retenant pas le même critère de pondération de l’efficacité des lignes de production que le nouvel accord en vigueur lors de la période objet du contrôle concerné, de sorte que l’absence d’observations formulées par l’inspecteur du recouvrement lors du précédent contrôle ne pouvait valoir approbation des pratiques soumises au contrôle litigieux.


Demandeur : URSSAF Provence-Alpes-Côte d’Azur
Défendeur(s) : Société Orangina Suntory France production ; et autre


Donne acte à l’URSSAF Provence-Alpes-Côte d’Azur de ce qu’elle se désiste de son pourvoi en ce qu’il est dirigé contre le ministre chargé de la sécurité sociale ;

Sur le moyen unique, pris en ses deux premières branches :


Vu l’article R. 243-59, dernier alinéa, du code de la sécurité sociale, dans sa rédaction antérieure au décret n° 2016-941 du 8 juillet 2016, applicable au litige ;

Attendu, selon ce texte, que l’absence d’observations vaut accord tacite concernant les pratiques ayant donné lieu à vérification, dès lors que l’organisme de recouvrement a eu les moyens de se prononcer en toute connaissance de cause, le redressement ne pouvant porter sur des éléments qui, ayant fait l’objet d’un précédent contrôle dans la même entreprise ou le même établissement, n’ont pas donné lieu à observations de la part de cet organisme ;

Attendu, selon l’arrêt attaqué, qu’à la suite d’un contrôle portant sur les années 2010 à 2012, l’URSSAF Provence-Alpes-Côte d’Azur (l’URSSAF) a notifié à la société L’Européenne d’Embouteillage, devenue Orangina Suntory France production (la société) un redressement portant notamment réintégration dans l’assiette des cotisations du montant de l’intéressement versé aux salariés de son agence de Donnery en application d’un accord d’intéressement du 7 août 2009 et d’un avenant du 28 mai 2010 ; que la société a saisi d’un recours une juridiction de sécurité sociale ;

Attendu que, pour dire que la société était fondée à se prévaloir d’un accord tacite de l’URSSAF, lequel interdit tout redressement motivé par l’absence de caractère aléatoire de la formule de calcul de l’intéressement, l’arrêt relève que l’accord du 7 août 2009 stipulait, en ce qui concerne le critère d’efficacité des lignes "calculé comme la moyenne des efficacités financières de l’ensemble des lignes rapportées aux efficacités financières budget et pondérées selon le nombre de cols produits" ; que la société avait conclu un précédent accord d’intéressement le 29 juin 2006, qui stipulait en ce qui concerne le critère d’efficacité des lignes "calculé comme la moyenne des efficacités financières de l’ensemble des lignes rapportées aux efficacités financières budget et pondérées selon le nombre d’heures de fonctionnement de chaque ligne", que lors d’un contrôle opéré sur les années 2005 à 2007, l’URSSAF avait pris connaissance de l’accord d’intéressement du 29 Juin 2006 et n’avait formulé aucune observation, que ces faits ne sont pas discutés et confirmés par la lettre d’observation du 27 octobre 2008 et qu’ainsi, la formule de calcul adoptée en 2006 a été reprise en 2009, que l’URSSAF a eu connaissance de la formule de calcul de 2006 lors de son précédent contrôle et n’a pas formulé d’observation sur cette formule ;

Qu’en statuant ainsi, alors qu’il ressortait de ses constatations que les deux accords d’intéressement successivement conclus en 2006 et en 2009 ne retenaient pas le même critère de pondération du calcul d’efficacité des lignes de production choisi pour la fixation de l’intéressement, de sorte que l’absence d’observations formulées par l’inspecteur du recouvrement lors du précédent contrôle ne pouvait valoir approbation implicite des pratiques soumises au contrôle litigieux, la cour d’appel a violé le texte susvisé ;

PAR CES MOTIFS
, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur les autres branches du moyen unique :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu’il a annulé le redressement portant sur l’accord d’intéressement, l’arrêt rendu le 25 août 2017, entre les parties, par la cour d’appel d’Aix-en-Provence ; remet, en conséquence, sur ce point, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence, autrement composée ;


Président : Mme Flise
Rapporteur : Mme Coutou

Avocat général : M. de Monteynard
Avocat(s) : SCP Célice, Soltner, Texidor et Périer, SCP Gatineau et Fattaccini