Arrêt n° 247 du 2 mars 2017 (16-11.986) - Cour de cassation - Deuxième chambre civile - ECLI:FR:CCASS:2017:C200247

Accident de la circulation

Rejet


Demandeur(s) : la société Mutuelle des transports assurances

Défendeur(s) : la Caisse autonome de retraite des chirurgiens-dentistes et des sages-femmes, et autres


 Donne acte à la société Mutuelle des transports assurances du désistement de son pourvoi en ce qu’il est dirigé contre les sociétés LCL Crédit lyonnais et Generali assurances IARD ;

 

 Sur le moyen unique :

 

 Attendu, selon l’arrêt attaqué (Chambéry, 10 décembre 2015), que le 15 février 2012, Mme Eglantine X…, assise à l’arrière d’un taxi de la société Transports prestige, assurée auprès de la société Mutuelle des transports assurances (l’assureur), dans lequel avait aussi pris place sa soeur Iris, assise à l’avant, a ouvert la porte coulissante latérale droite arrière du véhicule qui circulait sur une autoroute à une vitesse d’environ 90 km/h, et a basculé sur la chaussée, se blessant grièvement ; que l’assureur ayant refusé de prendre en charge le sinistre en invoquant la faute inexcusable de la victime, celle-ci, M. Luc X… et Mme Sylvie X…, ses deux parents, ainsi que Mmes Iris et Capucine X…, et MM. Honoré, Théophile, Hector, Quentin X…, ses six frères et soeurs (les consorts X…), l’ont assigné en indemnisation de leurs préjudices en présence de la Caisse autonome de retraite des chirurgiens-dentistes et des sages-femmes et de la caisse primaire d’assurance maladie de la Loire ;

 

 Attendu que l’assureur fait grief à l’arrêt de le condamner à réparer l’intégralité des préjudices subis par les consorts X… et de le condamner à payer à titre provisionnel diverses sommes, alors, selon le moyen :

 

 1°/ qu’est inexcusable, au sens de l’article 3 de la loi du 5 juillet 1985, la faute volontaire, d’une exceptionnelle gravité, exposant sans raison valable son auteur à un danger dont il aurait dû avoir conscience ; que le comportement de la victime doit donc être apprécié in abstracto, par comparaison avec le comportement d’une personne normalement avisée ; qu’en jugeant, par une appréciation in concreto, que Mme Eglantine X… était dans un état de confusion mentale ou à tout le moins d’absence momentanée de discernement privant sa faute de caractère volontaire, sans rechercher si elle aurait dû avoir conscience du danger, la cour d’appel a entaché sa décision d’un défaut de base légale en violation de l’article 3 de la loi du 5 juillet 1985 ;

 

 2°/ que l’état mental de la victime d’un accident de la circulation qui n’invoque aucun titre lui reconnaissant un taux d’invalidité au moins égal à 80 %, ne peut être pris en considération pour apprécier sa faute civile et ne suffit pas à exclure sa faute inexcusable ; qu’en l’espèce, après avoir constaté que Mme Eglantine X…, installée à la place arrière côté passager du taxi qui circulait sur l’autoroute, avait brutalement ouvert la porte coulissante du véhicule, basculé de tout son poids et chuté sur la chaussée se blessant grièvement, la cour d’appel a estimé que la victime était, au moment de l’accident, dans un état de confusion mentale ou à tout le moins d’absence momentanée de discernement privant sa faute de caractère volontaire permettant de la qualifier d’inexcusable ; qu’en statuant de la sorte, alors que l’état mental de Mme Eglantine X…, qui n’invoquait aucun titre lui reconnaissant un taux d’invalidité au moins égal à 80 %, ne pouvait être pris en considération pour apprécier sa faute civile, la cour d’appel a violé l’article 3 de la loi du 5 juillet 1985 ;

 

 3°/ que les juges d’appel sont tenus de s’expliquer sur les motifs du jugement dont la confirmation est demandée ; qu’en l’espèce, pour infirmer le jugement, la cour a estimé que l’état de confusion mentale de Mme Eglantine X… et à tout le moins l’absence momentanée de discernement privant sa faute du caractère volontaire permettant de la qualifier d’inexcusable, étaient largement établis par les auditions et attestations des membres de la famille de la victime dont elle a repris les grandes lignes ; qu’en statuant de la sorte, sans s’expliquer sur les motifs du jugement ayant relevé que les consorts X… produisaient une feuille de soins d’un médecin de la station de sports d’hiver en date de la veille de l’accident, ne comportant aucun nom de patient ; qu’ils ne produisaient aucun autre document émanant de ce praticien indiquant qu’il aurait bien prodigué des soins à Mme Eglantine X…, que ces soins étaient liés à un problème de comportement et qu’il aurait délivré lui-même à sa soeur et sans ordonnance plusieurs comprimés de Tranxène, médicament pourtant soumis à des règles de prescription et de délivrance particulières ; que le comportement anormal de Mme Eglantine X… ne résulte que des dires de sa soeur Iris, repris par l’ami de celle-ci et par son frère et ce, alors même que ce comportement aurait pu être constaté, au moins en partie, par des tiers, Mme Iris X… disant que les difficultés s’étaient produites au restaurant de l’hôtel ; que les difficultés de comportement le jour même de l’accident décrites par Mme Iris X…, qui ne pouvaient passer inaperçues, sont contredites par le chauffeur de taxi ; qu’il est en outre difficilement compréhensible, en présence d’un tel comportement, que Mme Iris X… ait pris place non à l’arrière du taxi avec sa soeur pour contrôler son comportement, mais à l’avant du véhicule, emplacement rendant très difficile toute intervention de sa part en cas de comportement déplacé ou à risque ; qu’ainsi la cour d’appel a violé les articles 455 et 954 du code de procédure civile ;

 

 4°/ que celui qui invoque l’absence de discernement de la victime d’un accident de la circulation à laquelle est opposée sa faute inexcusable, doit en rapporter la preuve ; qu’en l’espèce, pour retenir que la victime était au moment de l’accident dans un état de confusion mentale ou à tout le moins d’absence momentanée de discernement privant sa faute de caractère volontaire permettant de la qualifier d’inexcusable, la cour d’appel a énoncé que Mme Iris X… avait exposé lors de son audition par les services de gendarmerie, qu’après un départ en taxi à 12 heures, il lui était apparu que l’état de sa soeur Eglantine se dégradait, celle-ci ayant les yeux révulsés, la tête enfoncée dans sa capuche et ne répondant à aucune question, ce dont il résultait que Mme Eglantine X… était dans un état de confusion mentale ou à tout le mois d’absence momentanée de discernement ; qu’en statuant de la sorte, sans relever, comme elle y était pourtant invitée, l’incompatibilité entre cette première version et celle qu’elle a présentée dans son attestation du 2 septembre 2014, selon laquelle sa soeur installée à l’arrière du taxi était « de plus en plus instable », lui « donnait des claques » et faisait preuve de familiarité avec le chauffeur de taxi qu’elle appelait « Sam », version reprise par son compagnon dans son attestation du 2 septembre 2014 indiquant qu’ « Iris m’a tenu au courant par sms du comportement désinvolte de sa soeur sur la plage arrière du taxi », puis par son frère dans son attestation du 3 septembre 2014 qui précise que, selon Mme Iris X… jointe au téléphone, Eglantine « pose des problèmes à l’arrière du véhicule, elle est arrogante, elle nargue Iris, la fréquence radio ne convient pas (...) et que parfois elle lui met des claques », de sorte qu’aucune des deux versions des faits, totalement contradictoires, ne pouvait être retenue, la cour d’appel a violé l’article 1315 du code civil ;

 

 5°/ que les juges ne peuvent dénaturer les pièces versées aux débats ; qu’en l’espèce, la cour d’appel a énoncé que le chauffeur de taxi a été entendu dans le cadre de l’enquête de gendarmerie et qu’aucune de ses déclarations ne contredit le déroulement des faits présenté par les auditions et attestations des membres de la famille de la victime ; qu’en statuant de la sorte, alors que le chauffeur de taxi a indiqué lors de son audition du 15 février 2012, jour de l’accident, que « de temps en temps, les deux soeurs discutaient entre elles » et qu’ « au cours du trajet, il n’y avait pas eu d’altercation », cette version des faits venant contredire les deux versions successivement présentées par Mme Iris X… selon laquelle sa soeur avait tantôt les yeux révulsés, la tête enfoncée dans la capuche et ne répondant à aucune question, tantôt la narguait et lui « donnait des claques », la cour d’appel a violé l’article 4 du code de procédure civile ;

 

 Mais attendu qu’ayant relevé que, d’abord, selon la mère de Mme Eglantine X…, celle-ci avait souffert en 2001 puis à nouveau en 2011 de crises de “bouffées délirantes”, qu’ensuite, selon le témoignage de Mme Iris X…, corroboré par ceux de sa mère et de son frère aîné, Hector, Mme Eglantine X… avait, durant les deux jours passés à l’hôtel à …, manifesté de manière de plus en plus caractérisée des signes d’une nouvelle crise : nombreux réveils au cours de la nuit en tenant des propos confus, état de prostration et impossibilité de dialoguer avec elle, ce qui avait rendu nécessaire son examen par un médecin qui lui avait donné du Tranxène, qu’enfin, Mme Iris X… avait ajouté que, dans le taxi emprunté pour quitter la station, il lui était apparu que l’état de sa soeur se dégradait, celle-ci ayant les yeux révulsés, la tête enfoncée dans sa capuche et ne répondant à aucune question, et qu’après l’entrée sur l’autoroute, elle avait dit avoir besoin d’air, avait ouvert brusquement la porte du véhicule et avait basculé sur la chaussée, c’est par une appréciation souveraine que la cour d’appel, qui n’était pas tenue de s’expliquer sur les éléments de preuve qu’elle décidait de ne pas retenir et qui n’a ni dénaturé la pièce visée par la cinquième branche du moyen, ni inversé la charge de la preuve, a estimé que Mme Eglantine X… était dans un état de confusion mentale ou, à tout le moins, d’absence momentanée de discernement au moment de l’accident, ce dont elle a exactement déduit que celle-ci n’avait pas commis de faute inexcusable ; qu’elle a ainsi légalement justifié sa décision ;

 

 PAR CES MOTIFS :

 

 REJETTE le pourvoi ;


Président : Mme Flise

Rapporteur : M. Boiffin, conseiller

Avocat général : M. Grignon-Dumoulin

Avocat(s) : SCP Baraduc, Duhamel et Rameix ; SCP Foussard et Froger ; SCP Potier de La Varde, Buk-Lament et Robillot ; SCP Rocheteau et Uzan-Sarano