Arrêt n° 969 du 11 juin 2015 (14-21.867) - Cour de cassation - Deuxième chambre civile - ECLI:FR:CCASS:2015:C200969

Indemnisation des victimes d’infraction

Cassation partielle


Demandeur(s) : les consorts Y...

Défendeur(s) : le Fonds d’ indemnisation des victimes de l’ amiante (FIVA)


Attendu, selon l’arrêt attaqué, que Jean-Jacques Y… étant décédé d’une maladie occasionnée par l’amiante dont l’organisme de sécurité sociale a reconnu l’origine professionnelle, son épouse, Mme X… épouse Y…, ses enfants, M. Jean-Sébastien Y…, Mme Y… épouse A… et Mme Y… épouse B…, ont saisi d’une demande d’indemnisation le Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante (le FIVA) qui leur a présenté une offre portant, notamment, sur la réparation du préjudice économique de Mme Y…, qu’ils ont contestée devant une cour d’appel ;

 

 Attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer par une décision spécialement motivée sur la première branche du moyen annexé qui n’est manifestement pas de nature à entraîner la cassation ;

 

 Mais sur le moyen unique, pris en sa seconde branche :

 

 Vu l’article 53 I et 53 IV de la loi n° 2000-1257 du 23 décembre 2000 ;

 

 Attendu que, pour fixer le préjudice économique de Mme Y… à une certaine somme sous réserve de la déduction de l’éventuel capital décès versé par la mutuelle de Jean-Jacques Y…, l’arrêt énonce que c’est à juste titre que le FIVA invoque les dispositions de l’article 53 IV de la loi du 23 décembre 2000 aux termes duquel le FIVA indique au demandeur l’évaluation retenue pour chaque chef de préjudice ainsi que le montant des indemnités qui lui reviennent compte tenu des prestations énumérées à l’article 29 de la loi n° 85-677 du 5 juillet 1985 et des indemnités de toute nature reçues ou à recevoir d’autres débiteurs du même préjudice ; que le capital décès versé par une mutuelle ou tout autre organisme de prévoyance doit être déduit du montant du préjudice économique ;

 

 Qu’en se déterminant ainsi, sans rechercher si le capital décès versé par la mutuelle revêtait un caractère indemnitaire ou forfaitaire, alors que celui-ci, ne relevant pas des prestations indemnitaires par détermination de la loi, ne réparait le préjudice économique du conjoint survivant que s’il dépendait des revenus du défunt, la cour d’appel n’a pas donné de base légale à sa décision ;

 

 PAR CES MOTIFS :

 

 CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu’il a fixé le préjudice économique de Mme Y… pour la période du 31 mai 2002 au 31 décembre 2007 à la somme de 32 321,15 euros sous réserve de la déduction d’un éventuel capital décès versé par la mutuelle de M. Y…, l’arrêt rendu le 27 mai 2014, entre les parties, par la cour d’appel d’Aix-en-Provence ; remet, en conséquence, sur ce point, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence, autrement composée ;

 


Président : Mme Flise

Rapporteur : Mme Vannier, conseiller

Avocat général : M. Maitre

Avocat(s) : SCP Lyon-Caen et Thiriez ; Me Le Prado