Arrêt n° 1130 du 26 juin 2014 (13-22.013) - Cour de cassation - Deuxième chambre civile - ECLI:FR:CCASS:2014:C201130

Appel civil

Rejet


Demandeur(s) : la société Les Aubaines magasins, société par actions simplifiée

Défendeur(s) : la société Prifix, société à responsabilité limitée


Sur le moyen unique :

 

 Attendu, selon l’arrêt attaqué (Paris, 15 mai 2013, RG n° 12/22085) que, par deux déclarations d’appel des 26 et 28 juin 2012, la société Les Aubaines magasins (la société) a relevé appel du jugement d’un tribunal de commerce ayant prononcé la résiliation à ses torts d’un contrat conclu avec la société Prifix et l’ayant condamnée à payer des dommages-intérêts à cette dernière ; qu’elle a déféré à la cour d’appel l’ordonnance du conseiller de la mise en état qui avait constaté la caducité de la déclaration d’appel du 26 juin 2012 en l’absence de conclusions déposées par l’appelante dans le délai de trois mois ;

 

 Attendu que la société fait grief à l’arrêt de déclarer caduque la déclaration d’appel alors, selon le moyen :

 

 1°/ que le juge doit apprécier in concreto les circonstances de chaque espèce susceptibles d’expliquer un « retard procédural » d’une partie et, partant, de justifier la poursuite de l’instance ; que la société Les Aubaines magasins, qui avait successivement effectué deux déclarations d’appel les 26 et 28 juin 2012, la seconde déclaration ayant pour seul objet de corriger une erreur matérielle relatif au libellé des parties dans la première déclaration, provoquée par un dysfonctionnement technique du procédé de dématérialisation, avait expliqué que son erreur, qui résultait d’une confusion des deux avis adressés simultanément par le greffe était compréhensible eu égard aux circonstances très spéciales liées à la coexistence de deux déclarations d’appel successivement déposées pour une même affaire ; qu’en retenant néanmoins que la déclaration d’appel du 28 juin était caduque, motif pris qu’aucune circonstance ne justifiait les erreurs commises, sans prendre en compte la spécificité de l’espèce, tenant à l’existence de deux déclarations d’appel successives destinées à régulariser une stricte erreur matérielle, la cour d’appel d’avoir privé sa décision de base légale au regard des articles 902 et 908 du code de procédure civile  ;

 

 2°/ que l’automaticité de la sanction prévue tant par l’article 902 que par l’article 908 du code de procédure civile, ainsi que le refus du juge d’exercer tout pouvoir modérateur en fonction des circonstances de chaque, ont porté atteinte au droit de la société Les Aubaines magasins d’exercer un recours effectif ; qu’en prononçant ainsi une sanction excessive et disproportionnée à la nature de l’erreur matérielle commise par la société Les Aubaines magasins, la cour d’appel a méconnu les exigences de l’article 6 § 1 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales ;

 

 3°/ que le fait d’appliquer des dispositions réglementaires ne constitue pas, en soi, une garantie du respect des règles du procès équitable ; qu’en se contentant d’affirmer que les délais édictés par les articles 902 et 908 du code de procédure civile ne privent nullement les parties de leurs droits et d’un procès équitable, dès lors qu’elles respectent les dispositions réglementaires, sans s’expliquer sur l’absence de toute atteinte au principes posés par la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, la cour d’appel a statué par des motifs inopérants et a privé sa décision de base légale au regard de l’article 6 § 1 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales ;

 

 Mais attendu qu’ayant relevé que la société avait régularisé deux déclarations d’appel dont l’une en date du 26 juin 2012 enrôlée sous le numéro RG 12/11812 et qu’elle n’avait pas conclu dans le délai de trois mois prescrit à l’article 908 du code de procédure civile à peine de caducité de la déclaration, la cour d’appel a, par ces seuls motifs, légalement justifié sa décision ; 

 

 Et attendu qu’ayant retenu qu’il incombait à l’appelante d’accomplir les actes nécessaires à la régularité de la procédure d’appel et que les délais prescrits aux parties pour les effectuer ne les privaient pas de leur droit d’accès au juge et à un procès équitable ou à un recours effectif, c’est sans méconnaître les exigences de l’article 6 § 1 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales que la cour d’appel a décidé que le non-respect des prescriptions réglementaires justifiait la sanction édictée par l’article 908 du code de procédure civile ;

 

 D’où il suit que le moyen ne peut être accueilli ;

 

 PAR CES MOTIFS :

 

 REJETTE le pourvoi ;

 


 Président : Mme Flise

Rapporteur : M. Pimoulle, conseiller

Avocat général : M. Mucchielli

Avocat(s) : SCP Orscheidt ; SCP Monod, Colin et Stoclet