Arrêt n° 85 du 24 janvier 2013 (11-27.389) - Cour de cassation - Deuxième chambre civile - ECLI:FR:CCASS:2013:C200085

Sécurité sociale, accident du travail

Cassation


Demandeur(s) : la société SLD Aix/Les Milles, société par actions simplifiée

Défendeur(s) : la caisse d’assurance retraite et de la santé au travail (CARSAT) du Sud-Est


Sur le moyen unique, pris en ses première et troisième à sixième branches :

 

 Vu l’article D. 242-6-13 du code de la sécurité sociale, dans sa rédaction applicable à l’espèce ;

 

 Attendu qu’il résulte de ce texte que les établissements nouvellement créés, dont le classement dans une catégorie de risque est effectué en fonction de l’activité exercée, sont redevables, au titre des accidents du travail et des maladies professionnelles, durant l’année de leur création et les deux années civiles suivantes, d’une cotisation affectée d’un taux collectif ; que selon son troisième alinéa, ne peut être considéré comme un établissement nouvellement créé celui issu d’un précédent établissement dans lequel a été exercée une activité similaire, avec les mêmes moyens de production et ayant repris au moins la moitié du personnel ;

 

 Attendu, selon l’arrêt attaqué et les productions, que la société SLD Aix-en-Provence, qui exerçait une activité principale de groupage, messagerie et fret express déterminant son classement dans la catégorie de risque 63.4 AA, a cédé le 1er avril 2005 l’activité de transport routier à la société Transports Navarro ; qu’après avoir changé au 1er janvier 2008 de dénomination sociale et de numéro Siret pour devenir la société SLD Aix, la société cédante a obtenu, à la suite d’une enquête réalisée le 5 mai 2008 par la caisse régionale d’assurance maladie du Sud-Est devenue la caisse d’assurance retraite et de la santé au travail du Sud-Est, son reclassement dans la catégorie de risque 63.1 DA correspondant à une activité d’entreposage frigorifique et de préparation de commandes ; qu’elle a contesté devant la Cour nationale de l’incapacité et de la tarification de l’assurance des accidents du travail que lui demeurent imputées pour les années 2008 à 2010 les conséquences financières d’accidents du travail ou de maladies professionnelles subis par des chauffeurs routiers désormais employés par la société cessionnaire ;

 

 Attendu que, pour rejeter le recours, l’arrêt énonce qu’il ne saurait être déduit du troisième alinéa de l’article D. 242-6-13 du code de la sécurité sociale qu’un établissement qui ne comporte pas l’un des critères énumérés par cet alinéa est nécessairement nouveau ; qu’en revanche, un établissement qui ne répond à aucun de ces trois critères est considéré comme un établissement nouvellement créé ; que la cession d’une activité secondaire n’entraîne pas la reprise par l’établissement cessionnaire des frais liés aux accidents du travail et maladies professionnelles concernant le personnel cédé et déclarés par lui antérieurement à la cession ;

 Qu’en statuant ainsi, alors, d’une part, que les critères énumérés par le troisième alinéa du texte susvisé ne sont pas alternatifs mais cumulatifs, de sorte que, s’ils ne sont pas réunis, l’établissement peut être considéré comme nouveau au regard de la tarification du risque d’accident du travail, d’autre part, qu’elle constatait que la société cédante n’exerçait plus l’activité de transport routier, mais celle d’entreposage frigorifique qui n’est pas similaire, la Cour nationale a violé ce texte ;

 

 PAR CES MOTIFS et sans qu’il y ait lieu de statuer sur la deuxième branche du moyen :

 

 CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le 29 septembre 2011, entre les parties, par la Cour nationale de l’incapacité et de la tarification de l’assurance des accidents du travail ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la Cour nationale de l’incapacité et de la tarification de l’assurance des accidents du travail, autrement composée ;

 


Président : Mme Flise

Rapporteur : M. Cadiot, conseiller

Avocat général : Mme de Beaupuis

Avocat(s) : SCP Gatineau et Fattaccini ; SCP Boutet