Arrêt n° 197 du 9 février 2012 (10-31.057) - Cour de cassation - Deuxième chambre civile

Assurance responsabilité

Cassation partielle


Demandeur(s) : la société Esportec, Eco industriel, société anonyme

Défendeur(s) : la Société audoise de viabilité et d’assainissement (Savia), société à responsabilité limitée, et autre


Sur le moyen unique :

 

 Vu l’article L. 113-1 du code des assurances ;

 

 Attendu, selon l’arrêt attaqué que la société Esportec (la société), assurée auprès de la société AGF, aux droits de laquelle se trouve la société Allianz (l’assureur), a livré à la Société audoise de viabilité et d’assainissement (société Savia) un produit de revêtement de voirie ; que des désordres étant apparus peu après la mise en oeuvre de ce produit, la société Savia a obtenu en référé une expertise qui a conclu à une dessication du produit frais livré en raison d’une fabrication incorrectement réalisée ; que la société Savia a assigné la société en sa qualité de fabricant du produit litigieux et son assureur en responsabilité et réparation de ces désordres ;

 

 Attendu que pour débouter la société de ses demandes à l’encontre de l’assureur, l’arrêt énonce que la garantie est invoquée exclusivement en référence aux articles 5.3.2 et 5.3.2.1. des conventions spéciales qui concernent une extension de garantie pour les risques “après livraison des produits” et “après achèvement des travaux ou prestations” ; que selon l’article 5.3.2.1., cette garantie s’applique également aux frais de transport, de pose ou de repose des produits livrés dont l’assureur se prévaut de l’exclusion dans le cadre de la garantie de base ; qu’à cette extension est associée une exclusion formelle des frais engagés pour réparer les produits livrés, les travaux ou prestations exécutés par l’assuré ou son sous-traitant”, transporter ou reposer les produits livrés “si le transport ou la pose a été effectuée initialement par l’assuré ou par ses sous-traitants” ; que la société ne conteste pas avoir assumé en la circonstance la livraison et le transport des produits elle-même ou par ses sous-traitants au sens de la police d’assurance, ce dont il suit que l’exclusion doit recevoir application ;

 

 Qu’en statuant ainsi, alors que l’exclusion stipulée vidait l’extension de garantie de sa substance, la cour d’appel a violé le texte susvisé ;

 

 PAR CES MOTIFS :

 

 CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu’il a jugé que la garantie de la société Allianz IARD n’était pas due à raison des réparations allouées qui font l’objet d’une exclusion formelle dans le cadre de l’extension de garantie résultant de l’article 5.3.2.1. des conventions spéciales, l’arrêt rendu le 6 septembre 2010, entre les parties, par la cour d’appel de Toulouse ; remet, en conséquence, sur ce point, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel d’Agen ;

 


Président : M. Loriferne

Rapporteur : M. Grellier, conseiller

Avocat général : M. Lautru

Avocat(s) : SCP Hémery et Thomas-Raquin ; SCP Baraduc et Duhamel