Arrêt n°844 du 30 septembre 2020 (18-24.909 ; 18-24.910 ; 18-24.912) - Cour de cassation - Chambre sociale - ECLI:FR:CCASS:2020:SO00844

Travavail réglementation, durée du travail

Cassation partielle


Sommaire 1 :
Selon l’article L. 3123-33 du code du travail dans sa réaction antérieure à la loi n° 2016-1088 du 8 août 2016, le contrat de travail intermittent est un contrat écrit qui comporte notamment la durée annuelle minimale de travail du salarié, les périodes de travail, la répartition des heures de travail à l’intérieur de ces périodes. Il en résulte que les dispositions de l’article L. 3123-14 du code du travail dans sa réaction antérieure à la loi n° 2016-1088 du 8 août 2016, qui prévoient que le contrat de travail à temps partiel précise la durée hebdomadaire ou mensuelle prévue ainsi que la répartition de la durée du travail entre les jours de la semaine ou les semaines du mois, ne sont pas applicables au contrat de travail intermittent.

Doit être cassé l’arrêt qui requalifie un contrat de travail intermittent en contrat de travail à temps complet et alloue un rappel de salaire en conséquence, aux motifs que le contrat de travail ne détermine ni le temps de travail hebdomadaire ou mensuel, ni la répartition du temps de travail entre les jours de la semaine ou les semaines du mois et que l’employeur ne rapporte pas la preuve qu’il s’agissait d’un emploi défini par la durée exacte mensuelle ou hebdomadaire convenue avec répartition du temps de travail entre les jours de la semaine et les semaines du mois et que le salarié n’était pas placé dans l’impossibilité de prévoir à quel rythme il devait travailler et qu’il n’était pas tenu de se tenir constamment à la disposition de l’employeur.


Sommaire 2  :
Les contrats de travail de travail intermittent des chargés d’enquête intermittents à garantie annuelle conclus en application de l’annexe enquêteurs du 16 décembre 1991 à la convention collective nationale des bureaux d’études techniques, des cabinets d’ingénieurs-conseils et des sociétés de conseil du 15 décembre 1987, qui comporte des mesures d’adaptations prévues par l’annexe 4-2 maintenues en vigueur par l’article 43 de la loi n° 93-1313 du 20 décembre 1993, n’ont pas à mentionner les périodes travaillées.

 
Doit être cassé l’arrêt qui requalifie le contrat de travail intermittent d’un salarié chargé d’enquête intermittent à garantie annuelle au motif qu’en violation des dispositions de l’article L. 3123-33 du code du travail, le contrat de travail ne précise pas les périodes de travail et les périodes de suspension d’activité.


Demandeur(s) : société Taylor Nelson Sofres, société par actions simplifiée

Défendeur(s) : M. E... K... ; et autres


Jonction

1. En raison de leur connexité, les pourvois n° X 18-24.909, Y 18-24.910 et A 18-24.912 sont joints.

Faits et procédure

2. Selon les arrêts attaqués (Versailles, 4 octobre 2018), MM. K... , T... et Q... ont été engagés par la société Taylor Nelson Sofres par contrats à durée déterminée d’usage. Ils ont ensuite chacun conclu un contrat de chargé d’enquête intermittent à garantie annuelle (dit CEIGA).

3. Le 12 juillet 2012, les salariés ont saisi la juridiction prud’homale de demandes de requalification des contrats en contrat à durée indéterminée à temps complet, de demandes en paiement d’une indemnité de requalification, de rappels de salaires et congés payés afférents. Ils ont été licenciés pour motif économique le 2 janvier 2014.

Examen des moyens

[...]

Mais sur le premier moyen, pris en sa troisième branche

Enoncé du moyen

5. L’employeur fait grief aux arrêts de le condamner à verser aux salariés des sommes au titre de l’indemnité de requalification, de rappels de salaires outre congés payés afférents, d’indemnité de licenciement et d’indemnité au titre de l’article L. 1235-16 du code du travail, alors « que ni l’article L. 3123-32 du code du travail, ni le titre I de l’annexe relative aux enquêteurs de la convention collective des bureaux d’études techniques qui régit le contrat de "chargé d’enquête intermittent à garantie annuelle" n’imposent de fixer, dans le contrat de travail intermittent, une durée hebdomadaire ou mensuelle de travail ; qu’en jugeant que le contrat de travail intermittent, dit contrat CEIGA (chargé d’enquête intermittent à garantie annuelle), est présumé à temps complet, faute de définir la durée de travail mensuelle ou hebdomadaire, la cour d’appel a violé l’article L. 3123-32 du code du travail, ensemble l’article 8 du titre I de l’annexe relative aux enquêteurs du 16 décembre 1991 de la convention collective des bureaux d’études techniques du 15 décembre 1987. »

Réponse de la Cour

Vu les articles L. 3123-14 du code du travail et L. 3123-33 du code du travail, dans leur version antérieure à la loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 :

6. Selon le second de ces textes, le contrat de travail intermittent est un contrat écrit qui comporte notamment la durée annuelle minimale de travail du salarié, les périodes de travail, la répartition des heures de travail à l’intérieur de ces périodes. Il en résulte que les dispositions de l’article L. 3123-14 du code du travail, qui prévoient que le contrat de travail à temps partiel précise la durée hebdomadaire ou mensuelle prévue ainsi que la répartition de la durée du travail entre les jours de la semaine ou les semaines du mois, ne sont pas applicables au contrat de travail intermittent.

7. Pour requalifier les contrats de travail intermittent en contrat de travail à temps complet, les arrêts retiennent qu’il est stipulé dans le contrat de travail intermittent ‘’vos horaires de travail, qui impliquent un travail, soit pendant la journée, le soir et/ou le samedi, seront variables en fonction de la charge d’enquêtes. Vous vous engagez à accepter indifféremment des études de journée, du soir et du samedi ‘’, qu’ainsi n’étaient déterminés, ni le temps de travail hebdomadaire ou mensuel, ni la répartition du temps de travail entre les jours de la semaine et les semaines du mois, qu’il importe peu que l’employeur établisse que le salarié au moins sur certaines périodes remplissait un planning dans lequel il indiquait les périodes durant lesquelles il était indisponible, que la société ne rapporte pas la preuve qu’en pratique, sinon selon les termes du contrat, il s’agissait d’un emploi défini par la durée exacte mensuelle ou hebdomadaire convenue avec répartition du temps de travail entre les jours de la semaine et les semaines du mois et que le salarié n’était pas placé dans l’impossibilité de prévoir à quel rythme il devait travailler et qu’il n’était pas tenu de se tenir constamment à la disposition de son employeur.

8. En statuant ainsi, la cour d’appel a violé les textes susvisés.

Et sur le premier moyen, pris en sa quatrième branche

Enoncé du moyen

9. L’employeur formule le même grief, alors « que si l’article L. 3123-33 du code du travail prévoit que le contrat de travail intermittent définit les périodes de travail et la répartition des heures de travail à l’intérieur de ces périodes, l’article L. 3123-35 prévoit que, dans les secteurs d’activité où la nature de l’activité ne permet pas de fixer avec précision les périodes de travail et la répartition des heures de travail au sein de ces périodes, la convention ou l’accord collectif de travail détermine les adaptations nécessaires et notamment les conditions dans lesquelles le salarié peut refuser les dates et les horaires de travail ; que l’annexe relative aux enquêteurs, étendue par arrêté du 27 avril 1992, de la convention collective des bureaux d’études techniques prévoit que "La nature des activités d’enquête et de sondage ne permet pas de connaître avec précision les périodes de travail et la répartition des heures de travail au sein de ces périodes. Les périodes de travail n’étant pas définies au contrat, l’employeur devra respecter un délai de prévenance de trois jours ouvrables. Toutefois, l’employeur pourra faire appel aux chargés d’enquêtes intermittents à garantie annuelle pour toutes les enquêtes qui ne permettent pas le respect de ce délai, mais dans ces cas, la non-acceptation du salarié ne pourra pas être considérée comme un refus de travail et sera sans conséquence sur la relation contractuelle entre le salarié et son employeur" ; qu’il est constant que le contrat de travail intermittent litigieux a été conclu en application de ces dispositions conventionnelles étendues ; qu’il en résulte que l’absence de définition, dans ce contrat de travail intermittent, des périodes de travail et de la répartition des heures de travail dans ces périodes n’est pas contraire aux dispositions légales relatives au contrat intermittent ; qu’en affirmant le contraire, la cour d’appel a encore violé les articles L. 3123-35 du code du travail et l’article 3 de l’annexe 4-2 relative aux enquêteurs de la convention collective nationale des bureaux d’études techniques du 15 décembre 1987. »

Réponse de la Cour

Vu les articles L. 212-4-8 et L. 212-4-9 du code du travail dans leur version applicable au litige, l’article 43 de la loi n° 93-1313 du 20 décembre 1993, les articles L. 3123-33 et L. 3123-35 du code du travail dans leur version antérieure à la loi n° 2016-1088 du 8 août 2016, l’article préambule de l’annexe enquêteurs du 16 décembre 1991 à la convention collective nationale des bureaux d’études techniques, des cabinets d’ingénieurs-conseils et des sociétés de conseils du 15 décembre 1987, les articles 3 et 8 de l’annexe 4-2 se rapportant aux chargés d’enquête intermittents à garantie annuelle :

10. Il résulte de l’article préambule de l’annexe enquêteurs du 16 décembre 1991 à la convention collective nationale des bureaux d’études techniques, des cabinets d’ingénieurs-conseils et des sociétés de conseils du 15 décembre 1987, dont les dispositions ont été maintenues en vigueur par l’article 43 de la loi n° 93-1313 du 20 décembre 1993, que les chargés d’enquête intermittents à garantie annuelle (CEIGA) exercent leur activité dans le cadre du travail intermittent tel qu’il est défini aux articles L. 212-4-8 et suivants du code du travail, dans leur rédaction alors applicable.

11. Selon l’article L. 212-4-9 du code du travail alors en vigueur, auquel renvoie l’accord collectif, le contrat de travail intermittent doit faire mention des périodes pendant lesquelles le salarié travaille. Dans le cas où la nature de l’activité ne permet pas de fixer avec précision les périodes de travail et la répartition des heures de travail au sein de ces périodes, la convention collective ou l’accord étendu détermine les adaptations nécessaires.

12. En application de ces dispositions, l’article 3 de l’annexe précitée dispose que la nature des activités d’enquête et de sondage ne permet pas de connaître avec précision les périodes de travail et la répartition des heures de travail au sein de ces périodes. Les périodes de travail n’étant pas définies au contrat, l’employeur devra respecter un délai de prévenance de trois jours ouvrables. Toutefois, l’employeur pourra faire appel aux chargés d’enquête intermittents à garantie annuelle pour toutes les enquêtes qui ne permettent pas le respect de ce délai, mais dans ces cas, la non-acceptation du salarié ne pourra pas être considérée comme un refus de travail et sera sans conséquence sur la relation contractuelle entre le salarié et son employeur. L’article 8 de cette même annexe prévoit que l’engagement d’un chargé d’enquête intermittent à garantie annuelle doit être constaté par un écrit faisant référence aux dispositions de la présente convention. Cet écrit précise notamment la qualification du salarié, les éléments de sa rémunération, le montant de sa garantie annuelle, le délai de prévenance de trois jours ouvrables prévus à l’article 3 de la présente annexe.

13. Il en résulte que les contrats de travail intermittent conclus en application de cet accord collectif n’ont pas à mentionner les périodes travaillées.

14. Pour requalifier les contrats de travail intermittent en contrat de travail à temps complet, les arrêts retiennent qu’en ce qui concerne la requalification du contrat CEIGA en contrat à temps complet, aux termes de l’article L. 3123-31 du code du travail dans sa rédaction applicable, dans les entreprises pour lesquelles une convention ou un accord collectif ou une convention ou un accord d’entreprise ou d’établissement le prévoit, des contrats de travail intermittent peuvent être conclus afin de pourvoir les emplois permanents, définis par cette convention ou cet accord, qui par nature comportent une alternance de périodes travaillées ou de périodes non travaillées, que selon l’article L. 3123-33 du même code, le contrat de travail intermittent est un contrat à durée indéterminée, qui mentionne notamment la qualification du salarié, les éléments de rémunération, la durée annuelle minimale de travail du salarié, les périodes de travail et la répartition des heures de travail à l’intérieur de ces périodes, que la requalification s’impose faute d’avoir prévu dans le contrat intermittent les périodes de travail et les périodes de suspension d’activité.

15. En statuant ainsi, la cour d’appel a violé les textes susvisés.

PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur le second moyen, la Cour :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu’ils condamnent la société Taylor Nelson Sofres à verser à MM. K... , T... et Q... des sommes au titre de l’indemnité de requalification, de rappels de salaires outre congés payés afférents, d’indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, d’indemnité au titre de l’article L. 1235-16 du code du travail, les arrêts rendus le 4 octobre 2018 entre les parties, par la cour d’appel de Versailles ;

Remet, sur ces points, les affaires et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ces arrêts et les renvoie devant la cour d’appel de Versailles autrement composée ;


Président : M. Cathala
Rapporteur : Mme Ala, conseiller référendaire
Avocat général : M. Desplan
Avocat(s) : SCP Célice, Texidor, Périer - SCP Boulloche - Me Célice - Me Boulloche