Arrêt n° 530 du 27 mars 2019 (17-23.314 ; 17-23.375) - Cour de cassation – Chambre sociale - ECLI:FR:CCASS:2019:SO00530

Travail réglementation, rémunération

Rejet

Sommaire :
Le salarié, dont la demande de rappel de salaire au titre des heures supplémentaires n’est pas prescrite, est recevable à contester la validité de la convention de forfait annuel en jours stipulée dans son contrat de travail.
Doit en conséquence être approuvée une cour d’appel qui, ayant constaté que la demande de rappel d’heures supplémentaires se rapportait à une période non prescrite, en a déduit que le salarié était recevable à contester la validité de la convention de forfait annuel en jours contenue dans son contrat de travail.


Pourvoi n° 17-23.314
Demandeur : M. D... W...
Défendeur : Société Boucheron

Pourvoi n° 17-23.375
Demandeur : Société Boucheron


Vu la connexité, joint les pourvois n° T 17-23.314 et J 17-23.375 ;

Attendu, selon l’arrêt attaqué (Paris, 16 juin 2017), que M. W... a été engagé à compter du 15 janvier 2006 en qualité de responsable de zone export sur le territoire du Moyen-Orient, statut cadre, par la société Boucheron ; que son contrat de travail, comportait une convention de forfait en jours ; que, le 19 mai 2014, il a saisi la juridiction prud’homale d’une demande de résiliation judiciaire du contrat de travail et de demandes se rapportant à son exécution ; qu’il a été licencié le 23 mai 2014 ;

Sur le premier moyen du pourvoi de l’employeur  :

Attendu que l’employeur fait grief à l’arrêt de le condamner à payer au salarié un rappel de salaire au titre des heures supplémentaires outre les congés payés afférents, alors, selon le moyen, que le point de départ du délai de prescription de l’action en nullité d’une convention de forfait en jours, qui peut être engagée lorsque la convention est prévue par un accord collectif dont les stipulations n’assurent pas la garantie du respect des durées maximales de travail ainsi que des repos, journaliers et hebdomadaires, est la signature de la convention de forfait ; qu’en l’espèce, la cour d’appel a conclu que la demande du salarié pour voir constater que sa convention de forfait en jours était nulle n’était pas prescrite, après avoir relevé que la clause litigieuse avait continué à régir la relation contractuelle jusqu’au licenciement du salarié ; qu’en jugeant ainsi que le délai de prescription d’une action en nullité d’une convention de forfait en jours ne courait pas tant que cette convention était en vigueur, la cour d’appel a violé les articles L. 1471-1 du code du travail et 1304 du code civil dans leur version applicable au litige ;

Mais attendu que le salarié, dont la demande de rappel de salaire au titre des heures supplémentaires n’est pas prescrite, est recevable à contester la validité de la convention de forfait annuel en jours stipulée dans son contrat de travail ;

Et attendu qu’ayant constaté que la demande de rappel d’heures supplémentaires se rapportait à une période non prescrite, la cour d’appel en a exactement déduit que le salarié était recevable à contester la validité de la convention de forfait annuel en jours contenue dans son contrat de travail ;

D’où il suit que le moyen, qui en ses deuxième et troisième branches, ci-après annexé, n’est manifestement pas de nature à entraîner la cassation, n’est pas fondé ;

Sur le deuxième moyen du pourvoi de l’employeur :

Attendu que l’employeur fait le même grief à l’arrêt, alors, selon le moyen, que toute convention de forfait en jours doit être prévue par un accord collectif dont les stipulations assurent la garantie du respect des durées maximales raisonnables de travail ainsi que des repos, journaliers et hebdomadaires ; qu’en l’espèce, en jugeant que l’accord collectif du 15 mars 2000, auquel renvoyait le contrat de travail, se limitait à prévoir dans son article 3.2.2 que les jours travaillés et les jours de repos devaient faire l’objet d’un décompte à partir d’un état mensuel mis en place et conservé trois ans par la DRH, de sorte qu’elles ne garantissaient pas que l’amplitude et la charge de travail restent raisonnables et assurent une bonne répartition, dans le temps, du travail de l’intéressé, sans rechercher si l’article 3.2.3 de cet accord, intitulé « Suivi de la réduction du temps de travail des cadres autonomes » ne prévoyait pas par ailleurs que « l’organisation du travail, l’amplitude des journées de travail et la charge de travail qui en résulte feront l’objet d’un suivi par la hiérarchie des cadres concernés de telle sorte, notamment, que soient respectées les dispositions relatives au repos quotidien, au nombre de jour de travail maximum et à la durée minimale du repos hebdomadaire », ce qui était de nature à garantir le respect des durées maximales raisonnables de travail ainsi que des repos, journaliers et hebdomadaires, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard de l’alinéa 11 du préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, de l’article 151 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne se référant à la Charte sociale européenne et à la Charte communautaire des droits sociaux fondamentaux des travailleurs, de l’article L. 3121-45 du code du travail dans sa rédaction alors applicable, interprété à la lumière de l’article 17, §§ 1 et 4, de la directive 93/104/CE du Conseil du 23 novembre 1993, des articles 17, § 1, et 19 de la directive 2003/88/CE du Parlement européen et du Conseil du 4 novembre 2003 et de l’article 31 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, et de l’article 3.2.3 de l’accord du 15 mars 2000 sur l’aménagement et la réduction du temps de travail ;

Mais attendu qu’ayant constaté que l’employeur n’avait assuré aucun suivi de la charge de travail du salarié, faisant ainsi ressortir qu’il n’avait pas respecté les dispositions de l’accord collectif destinées à assurer la protection de la sécurité et de la santé des salariés soumis au régime du forfait en jours, la cour d’appel a, par ces seuls motifs, légalement justifié sa décision ;

Sur les troisième et quatrième moyens du pourvoi de l’employeur et sur les moyens du pourvoi du salarié :

Attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer par une décision spécialement motivée sur les moyens annexés qui ne sont manifestement pas de nature à entraîner la cassation ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE les pourvois ;


Président : M. Cathala
Rapporteur : Mme Aubert-Monpeyssen

Avocat général : Mme Grivel
Avocat(s) :
SCP Thouvenin, Coudray et Grévy-SCP Rocheteau et Uzan-Sarano