Arrêt n°924 du 12 juin 2019 (17-26.197) - Cour de cassation - Chambre sociale - ECLI:FR:CCASS:2019:SO00924

Entreprise en difficulté (loi du 26 juillet 2005)

Rejet

Sommaires :
1 - L’action en nullité d’une transaction, fondée sur l’article L. 632-1, I, 2°, du code de commerce selon lequel est nul tout contrat commutatif dans lequel les obligations du débiteur excèdent notablement celles de l’autre partie, est née de la procédure collective et soumise à son influence juridique et relève, par conséquent, de la compétence spéciale et d’ordre public du tribunal de la procédure collective édictée à l’article R. 662-3 du code de commerce.


2 - Lorsque le liquidateur judiciaire demande la nullité d’un acte sur le fondement des dispositions de l’article L. 632-1, I, 2°, du code de commerce, il ne se substitue pas au débiteur dessaisi ayant la qualité d’employeur pour agir en son nom mais exerce une action au nom et dans l’intérêt collectif des créanciers de sorte que cette dernière ne peut relever de la compétence du conseil de prud’hommes fondée sur la qualité d’employeur d’une des parties.


Demandeur(s) :M. Z... X...
Défendeur(s) : société G... et associés, société d’exercice libéral à responsabilité limitée


Sur le moyen unique :

Attendu, selon l’arrêt attaqué rendu sur contredit (Colmar, 19 juillet 2017), que M. X... a été engagé le 1er avril 2011 par l’Union des coopérateurs d’Alsace en qualité de directeur des ressources humaines ; que le 21 mars 2014, le salarié s’est vu notifier son licenciement pour motif économique et par accord transactionnel conclu fin mars 2014, il a bénéficié d’une indemnité de 267 000 euros ; que l’Union des coopérateurs d’Alsace a été placée en redressement judiciaire le 20 octobre 2014, puis en liquidation judiciaire le 30 mars 2015, la date de cessation des paiements étant fixée au 20 avril 2013 et Mme G... étant désignée en qualité de liquidateur ; qu’elle a fait citer le salarié devant le tribunal de grande instance de Strasbourg pour obtenir la nullité de la transaction et sa condamnation à rembourser l’indemnité versée ;

Attendu que le salarié fait grief à l’arrêt de rejeter son exception d’incompétence alors, selon le moyen :

1°/ que l’article L. 1411-1 du code du travail instaure une compétence exclusive d’attribution au profit du conseil de prud’hommes pour les différends pouvant s’élever à l’occasion de tout contrat de travail entre les employeurs ou leurs représentants, et les salariés qu’ils emploient ; que le différend relatif au déséquilibre des obligations des parties à un accord transactionnel réglant les conséquences de la rupture du contrat de travail relève de la compétence exclusive du conseil de prud’hommes ; qu’en l’espèce, l’action de Mme G... , ès qualités de mandataire liquidateur, tendait à faire prononcer la nullité de la transaction conclue à l’occasion du licenciement économique de M. X... et, par voie de conséquence, à voir condamner ce dernier à rembourser la somme de 267 000 euros sur le fondement des articles L. 632-1 et L. 641-14 du code de commerce dont il résulte que sont nuls, lorsqu’ils sont intervenus depuis la date de la cessation des paiements, les contrats commutatifs dans lesquels les obligations du débiteur excèdent notablement celles de l’autre partie ; qu’en statuant comme elle l’a fait, quand le conseil de prud’hommes restait exclusivement compétent pour apprécier le prétendu déséquilibre des obligations prévues dans l’accord transactionnel conclu entre M. X... et l’UCA, la cour d’appel a violé les articles L. 1411-1 du code du travail et R. 662-3 du code de commerce ;

2°/ qu’indépendamment de la nullité relative qu’elle encourt lorsqu’elle est conclue avant la notification du licenciement et dont le salarié est seul à pouvoir se prévaloir, la transaction peut aussi être annulée à la demande de l’une ou l’autre des parties, notamment en cas d’erreur sur la personne ou sur l’objet de la contestation ainsi que dans tous les cas où il y a dol ou violence ; qu’en l’espèce, l’action de Mme G... , ès qualités de mandataire liquidateur, tendait à faire prononcer la nullité de la transaction conclue à l’occasion du licenciement économique de M. X... et, par voie de conséquence, à voir condamner ce dernier à rembourser la somme de 267 000 euros sur le fondement des articles L. 632-1 et L. 641-14 du code de commerce dont il résulte que sont nuls, lorsqu’ils sont intervenus depuis la date de la cessation des paiements, les contrats commutatifs dans lesquels les obligations du débiteur excèdent notablement celles de l’autre partie ; qu’en retenant, pour rejeter l’exception d’incompétence au profit du conseil de prud’hommes, que Mme G... , mandataire liquidateur de la société qui a employé M. X... , n’ayant pas la qualité de salarié, elle serait irrecevable à saisir le conseil de prud’hommes de sa demande en nullité, et ne pouvait donc agir que devant le tribunal de la faillite, la cour d’appel a violé l’article 2044 du code civil, dans sa rédaction applicable en la cause, ensemble les articles L. 1411-1 du code du travail et R. 662-3 du code de commerce ;

Mais attendu, d’une part, que l’arrêt énonce exactement que l’action en nullité de la transaction, fondée sur l’article L. 632-1 I 2°, du code de commerce selon lequel est nul tout contrat commutatif dans lequel les obligations du débiteur excèdent notablement celles de l’autre partie, est née de la procédure collective et soumise à son influence juridique et qu’elle relève, par conséquent de la compétence spéciale et d’ordre public du tribunal de la procédure collective édictée à l’article R. 662-3 du code de commerce, qui déroge aux règles de compétence de droit commun ;

Attendu, d’autre part, que le liquidateur qui demande à titre principal la nullité d’un acte sur le fondement des dispositions de l’article L. 632-1 I 2°, du code de commerce ne se substitue pas au débiteur dessaisi pour agir en son nom mais exerce une action au nom et dans l’intérêt collectif des créanciers de sorte que le moyen qui soutient que le liquidateur a agi en qualité de représentant de l’employeur, partie à la transaction, est inopérant ;

D’où il suit que le moyen n’est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi ;


Président : M. Chauvet, conseiller doyen faisant fonction de président
Rapporteur : M. Pietton
Avocat(s) : SCP Rocheteau et Uzan-Sarano - SCP Gadiou et Chevallier