Arrêt n°1695 du 11 décembre 2019 (18-11.792) - Cour de cassation - Chambre sociale - ECLI:FR:CCASS:2019:SO01695

Contrat de travail, exécution

cassation partielle

Sommaire :
Selon l’article L. 2323-32 du code du travail, antérieur à la loi n°2015-994 du 17 août 2015, le comité d’entreprise est informé et consulté, préalablement à la décision de mise en œuvre dans l’entreprise, sur les moyens ou les techniques permettant un contrôle de l’activité des salariés.

Ayant constaté que l’outil de traçabilité d’un établissement bancaire, destiné au contrôle des opérations et procédures internes, à la surveillance et la maîtrise des risques, permettait également de restituer l’ensemble des consultations effectuées par un employé et était utilisé par l’employeur afin de vérifier si le salarié procédait à des consultations autres que celles des clients de son portefeuille, une cour d’appel en déduit exactement que l’employeur aurait dû informer et consulter le comité d’entreprise sur l’utilisation de ce dispositif à cette fin et qu’à défaut, il convenait d’écarter des débats les documents résultant de ce moyen de preuve illicite.


Demandeur(s) : caisse régionale de Crédit agricole mutuel (CRCAM) du Nord Est, société coopérative de crédit

Défendeur(s) : M. K... V... et autres


Attendu, selon l’arrêt attaqué, qu’engagé le 1er octobre 1976 par la caisse régionale de Crédit agricole mutuel, (CRCAM), du Nord Est en qualité de prospecteur et au dernier état de la relation contractuelle en qualité de formateur, M. V... , convoqué à un entretien préalable à son licenciement et mis à pied à titre conservatoire le 6 décembre 2012, a été licencié pour faute grave le 20 décembre 2012 ; qu’il a contesté son licenciement devant la juridiction prud’homale ;

Sur le premier moyen :

Attendu que la CRCAM du Nord Est fait grief à l’arrêt de dire le licenciement du salarié dépourvu de cause réelle et sérieuse et de la condamner au paiement de diverses sommes, alors, selon le moyen, qu’un établissement de crédit est libre, sans avoir à en informer préalablement le comité d’entreprise, d’utiliser un système informatique destiné à assurer la sécurité des données bancaires et une maîtrise des risques, serait-il doté d’un système de traçabilité, pour vérifier si un salarié a procédé à des consultations autres que celles des clients de son portefeuille ; qu’en l’espèce, la cour d’appel a relevé que l’employeur était un établissement de crédit tenu de se doter d’un système interne de vérification des opérations et procédures internes, de surveillance et de maîtrise des risques ; qu’en affirmant ensuite que cet « outil » permettait aussi de restituer l’ensemble des consultations effectuées par un employé et que dès lors, l’employeur aurait dû informer et consulter le comité d’entreprise avant d’utiliser le dispositif litigieux pour vérifier si le salarié procédait à des consultations autres que celles des clients de son portefeuille, sans mieux caractériser que le système informatique et sa traçabilité avaient été introduits dans l’entreprise avec pour objectif de contrôler l’activité des salariés, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard de l’article L. 2323-22 du code du travail dans sa rédaction applicable au litige, ensemble les articles 9 du code civil et 9 du code de procédure civile ;

Mais attendu que selon l’article L. 2323-32 du code du travail, antérieur à la loi n°  2015-994 du 17 août 2015, le comité d’entreprise est informé et consulté, préalablement à la décision de mise en oeuvre dans l’entreprise, sur les moyens ou les techniques permettant un contrôle de l’activité des salariés ;

Et attendu qu’ayant constaté que l’outil de traçabilité GC45, destiné au contrôle des opérations et procédures internes, à la surveillance et la maîtrise des risques, permettait également de restituer l’ensemble des consultations effectuées par un employé et était utilisé par l’employeur afin de vérifier si le salarié procédait à des consultations autres que celles des clients de son portefeuille, la cour d’appel en a exactement déduit que l’employeur aurait dû informer et consulter le comité d’entreprise sur l’utilisation de ce dispositif à cette fin et qu’à défaut, il convenait d’écarter des débats les documents résultant de ce moyen de preuve illicite ;

D’où il suit que le moyen n’est pas fondé ;

Mais sur le deuxième moyen :

Vu l’article 1147 du code civil dans sa rédaction antérieure à celle issue de l’ordonnance n° 2016-131 du 10 février 2016 ;

Attendu que pour condamner la CRCAM du Nord Est à payer au salarié la somme de 500 euros à titre de dommages-intérêts pour préjudice moral la cour d’appel retient que le salarié justifie d’un préjudice résultant des circonstances entourant la rupture de son contrat de travail, puisqu’il a été appelé au siège rémois pour se voir remettre en main propre sa convocation à l’entretien préalable, assortie de sa mise à pied ;

Qu’en se déterminant ainsi, sans caractériser une faute dans les circonstances de la rupture de nature à justifier l’allocation d’une indemnité distincte des dommages-intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, la cour d’appel n’a pas donné de base légale à sa décision ;

Et sur le troisième moyen :

Vu l’article 1147 du code civil dans sa rédaction antérieure à celle issue de l’ordonnance n° 2016-131 du 10 février 2016 ;

Attendu que pour condamner la CRCAM du Nord Est à payer au salarié la somme de 10 000 euros au titre de la perte de chance de percevoir l’indemnité de fin de carrière, l’arrêt retient qu’en l’absence de licenciement, le salarié aurait pu prendre sa retraite en septembre 2015, et prétendre à une indemnité de retraite, calculée sur la base de 1/10e par année de présence et qu’en raison de son licenciement abusif, il a perdu une chance élevée de percevoir une telle indemnité alors qu’il se trouvait à moins de trois ans de la retraite ; qu’au vu de ces éléments, il lui sera octroyé une somme de 10 000 euros en réparation de ce préjudice, distinct des dommages-intérêts alloués au titre du licenciement sans cause réelle et sérieuse et de l’indemnité de licenciement ;

Qu’en statuant ainsi, alors que l’indemnité de départ à la retraite ne pouvant se cumuler avec l’indemnité de licenciement, la cour d’appel, qui a condamné l’employeur au paiement d’une somme à titre d’indemnité conventionnelle de licenciement, ne pouvait retenir l’existence d’une perte de chance d’obtenir le paiement de l’indemnité conventionnelle de mise à la retraite, et a violé le texte susvisé ;

PAR CES MOTIFS :


CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu’il condamne la CRCAM du Nord Est à payer à M. V...  les sommes de 500 euros à titre de dommages et intérêts pour préjudice moral et de 10 000 euros au titre de la perte de chance de percevoir l’indemnité de fin de carrière, l’arrêt rendu le 6 décembre 2017, entre les parties, par la cour d’appel de Reims ; remet, en conséquence, sur ces points, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Nancy ;


Président : M. Cathala
Rapporteur : Mme Richard, conseiller doyen Mme Leprieur

Avocat général référendaire : M. Weissman
Avocat(s) :
SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Didier et Pinet