Arrêt n° 1296 du 19 septembre 2018 (17-11.638) - Cour de cassation - Chambre sociale - ECLI:FR:CCASS:2018:SO01296

Cassation partielle

Demandeur(s) : M. Pierre X... ; et autre
Défendeur(s) : la Société de véhicules automobiles de Batilly (SOVAB)


Attendu, selon l’arrêt attaqué, que M. X... , salarié de la Société de véhicules automobiles de Batilly depuis 1980, a été élu membre du comité d’entreprise en 1984 et en est devenu secrétaire à temps complet à compter de 1990 ; qu’il a saisi la juridiction prud’homale le 15 mars 2010 pour que soit constatée la discrimination syndicale dont il disait avoir été victime dans son déroulement de carrière, et en diverses demandes indemnitaires ;

Sur le moyen unique du pourvoi incident de l’employeur, qui est préalable et sur le second moyen du pourvoi principal du salarié :

Attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer par une décision spécialement motivée sur ces moyens, ci-après annexés, qui ne sont manifestement pas de nature à entraîner la cassation ;

Mais sur le premier moyen du pourvoi principal du salarié :

Vu les articles L. 2325-7 dans sa rédaction alors applicable et L. 2143-17 du code du travail, ensemble les articles L. 1132-1 et L. 2141-5 du même code ;

Attendu que l’utilisation des heures de délégation ne doit entraîner aucune perte de salaire pour le représentant du personnel ou le représentant syndical ; qu’en conséquence, celui-ci ne peut être privé du fait de l’exercice de son mandat du paiement d’une indemnité compensant une sujétion particulière de son emploi qui constitue un complément de salaire ;

Attendu que pour débouter le salarié de ses demandes en paiement de dommages-intérêts pour perte des primes d’équipe et de temps repas versées aux membres de son équipe, la cour d’appel retient que les primes litigieuses sont versées exclusivement aux salariés travaillant en horaire posté avec alternance afin de compenser les sujétions particulières liées à ces horaires, ce dont il résulte qu’elles ne peuvent être réclamées par le salarié qui n’est pas soumis aux mêmes contraintes ;

Qu’en statuant ainsi, alors que seules sont exclues de la rémunération due au représentant du personnel au titre des heures de délégation les sommes correspondant au remboursement de frais professionnels qu’il n’a pas exposés, la cour d’appel a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu’il déboute M. X... de ses demandes au titre des primes d’équipe et de temps repas, l’arrêt rendu le 2 décembre 2016, entre les parties, par la cour d’appel de Nancy ; remet, en conséquence, sur ce point, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Metz ;


Président : M. Frouin
Rapporteur : Mme Pécaut-Rivolier

Avocat général : M. Boyer
Avocat(s) :
SCP Thouvenin, Coudray et Grévy - SCP Célice, Soltner, Texidor et Périer