Arrêt n°1502 du 17 octobre 2018 (16-26.729 ; 16-26.731) - Cour de cassation - Chambre sociale - ECLI:FR:CCASS:2018:SO01502

Travail réglementation, rémunération

Cassation partielle

Sommaire :
Le principe d’égalité de traitement ne fait pas obstacle à ce que les salariés embauchés postérieurement à l’entrée en vigueur d’un nouveau barème conventionnel soient appelés dans l’avenir à avoir une évolution de carrière plus rapide dès lors qu’ils ne bénéficient à aucun moment d’une classification ou d’une rémunération plus élevée que celle des salariés embauchés antérieurement à l’entrée en vigueur du nouveau barème et placés dans une situation identique ou similaire.

Viole, en conséquence, le principe d’égalité de traitement, ensemble la convention collective du personnel des organismes de la sécurité sociale et des allocations familiales du 8 février 1957 et le protocole du 14 mai 1992 la cour d’appel qui dit que deux salariés ont été victimes d’une différence de traitement en ce que l’Urssaf leur a refusé le bénéfice de l’article 32 de la convention collective du personnel des organismes de la sécurité sociale et des allocations familiales, sans constater que des salariés engagés après l’entrée en vigueur du nouveau barème conventionnel et placés dans une situation identique ou similaire avaient bénéficié d’une classification ou d’une rémunération supérieures à celles de ces deux salariés.


Demandeur : URSSAF Aquitaine
Défendeur(s) : M. X... et autre(s)


Sur le moyen unique :

Vu le principe d’égalité de traitement, ensemble la convention collective du personnel des organismes de la sécurité sociale et des allocations familiales du 8 février 1957 et le protocole du 14 mai 1992 ;

Attendu que le principe d’égalité de traitement ne fait pas obstacle à ce que les salariés embauchés postérieurement à l’entrée en vigueur d’un nouveau barème conventionnel soient appelés dans l’avenir à avoir une évolution de carrière plus rapide dès lors qu’ils ne bénéficient à aucun moment d’une classification ou d’une rémunération plus élevée que celle des salariés embauchés antérieurement à l’entrée en vigueur du nouveau barème et placés dans une situation identique ou similaire ;

Attendu, selon les arrêts attaqués, que M. X... et Mme Y... , engagés par des URSSAF aux droits desquelles vient l’URSSAF Aquitaine et respectivement nommé inspecteur à l’URSSAF de Pau le 1er juin 1989 et promue agent de contrôle à l’URSSAF de Paris le 1er mars 1987, ont saisi la juridiction prud’homale de demandes de rappels de salaires en invoquant l’application de l’article 32 de la convention collective du personnel des organismes de sécurité sociale du 8 février 1957 ;

Attendu que pour dire que les salariés ont été victimes d’une différence de traitement en ce que l’URSSAF leur a refusé le bénéfice de l’article 32 de la convention collective du personnel des organismes de la sécurité sociale et des allocations familiales, les arrêts retiennent que les salariés relèvent, au regard de la date de leur entrée en fonction en qualité d’agent de contrôle, de la convention collective applicable de 1976 au 31 décembre 1992, qu’ils n’ont cependant bénéficié d’aucun des échelons prévus à l’article 32 de la convention collective, que le protocole du 14 mai 1992 a en partie remanié les articles 29 à 33 de la convention collective, principalement l’article 33, que dès lors et au terme d’une lecture littérale de cet article, la Cour de cassation a dit que les agents relevant de l’application du protocole de 1992, devaient continuer à bénéficier des échelons qualifiés par l’article 32 « d’échelons d’avancement conventionnel » acquis du fait de l’obtention du diplôme précité, à la suite de leur promotion, puisque seuls « les échelons supplémentaires d’avancement conventionnel » de l’article 29 étaient concernés par l’application de l’article 33, que cette analyse du protocole du 14 mai 1992 a été acceptée par l’URSSAF qui l’a en conséquence mise en oeuvre et a procédé aux régularisations qui en découlaient, qu’il en est résulté une différence de traitement manifeste entre les inspecteurs de recouvrement de l’URSSAF recrutés avant et après l’application du protocole de 1992 puisque les premiers ne pouvaient prétendre à un complément de rémunération accordé - en considération d’un événement dont ils justifiaient les uns comme les autres (obtention du même diplôme) - aux seuls inspecteurs entrés en fonction après 1993, qui exerçaient pourtant les mêmes fonctions que leurs collègues plus anciens, que pour justifier la différence de traitement l’employeur ne peut opposer le principe selon lequel les différences de traitement entre catégories professionnelles opérées par voie de conventions ou d’accords collectifs négociés et signés par des organisations syndicales représentatives sont présumées justifiées et qu’il appartient à celui qui les conteste de démontrer qu’elles sont étrangères à toute considération de nature professionnelle, dès lors qu’en l’espèce, la différence de traitement a lieu au sein d’une même catégorie professionnelle et pour des agents occupant exactement le même emploi et travaillant dans des conditions identiques, qu’il a été jugé qu’au regard du respect du principe à travail égal, salaire égal, la seule circonstance que les salariés aient été engagés avant ou après l’entrée en vigueur d’un accord collectif ne saurait suffire à justifier des différences de traitement entre eux, pour autant que cet accord collectif n’a pas pour objet de compenser un préjudice subi par les salariés présents dans l’entreprise lors de son entrée en vigueur, ce qui n’est manifestement pas le cas en l’espèce, puisque ce sont les seuls agents engagés après l’entrée en vigueur du protocole qui bénéficient de l’avantage litigieux, qu’en l’espèce, force est de constater qu’aucun élément objectif ne justifie cette différence ;

Qu’en statuant ainsi, sans constater que des salariés engagés après l’entrée en vigueur du nouveau barème conventionnel et placés dans une situation identique ou similaire avaient bénéficié d’une classification ou d’une rémunération supérieures à celles de M. X... et Mme Y... , la cour d’appel a violé le principe et les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu’ils disent que M. X... et Mme Y... ont été victimes d’une différence de traitement en ce que l’URSSAF Aquitaine leur a refusé le bénéfice de l’article 32 de la convention collective du personnel des organismes de la sécurité sociale et des allocations familiales, dit que M. X... et Mme Y... ne sont pas fondés à évaluer le préjudice subi à ce titre par application d’une clause conventionnelle n’ayant plus cours à la date de sa mise en oeuvre, ordonne la réouverture des débats de ce chef et invite M. X... et Mme Y... à réévaluer leur demande fondée sur la différence de traitement, conformément à ce qui est dit dans les motifs des présents arrêts, les arrêts rendus le 29 septembre 2016, entre les parties, par la cour d’appel de Pau ; remet, en conséquence, sur ces points, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant lesdits arrêts et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel d’Agen ;


Président : M. Frouin
Rapporteur : M. Rinuy

Avocat général : Mme Trassoudaine-Verger
Avocat(s) : SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Rousseau et Tapie