Arrêt n° 1511 du 8 septembre 2016 (14-23.714) - Cour de cassation - Chambre sociale - ECLI:FR:CCASS:2016:SO01511

Travail règlementation, durée du travail

Rejet


Demandeur(s) : M. Jean X...

Défendeur(s) : la Société d’ exploitation du Cros, société à responsabilité limitée


Sur le moyen unique :

 

 Attendu, selon l’arrêt attaqué (Nîmes, 24 juin 2014), que M. X…, engagé à compter du 4 décembre 1992 en qualité de médecin résident, a été licencié le 17 février 2001 pour faute grave ;

 

 Attendu que le salarié fait grief à l’arrêt de le débouter de sa demande en paiement d’un rappel d’heures supplémentaires et de congés payés afférents, alors, selon le moyen :

 

 1°/ que constitue un travail effectif le temps pendant lequel le salarié est tenu de rester dans un local déterminé imposé par l’employeur, peu important les conditions d’occupation d’un tel local, afin de répondre à toute nécessité d’intervention sans pouvoir vaquer librement à des occupations personnelles ; qu’en retenant, cependant, que constitue, en l’espèce, une période d’astreinte et non un temps de travail effectif, le temps passé par le salarié dans un local déterminé imposé par son employeur, à proximité immédiate de son lieu de travail et lui permettant de répondre à toute nécessité d’intervention, son domicile personnel étant trop éloigné de l’établissement, la cour d’appel n’a pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations en violation des articles L. 3121-1 et L. 3121-5 du code du travail ;

 

 2°/ qu’en déduisant la qualification d’astreinte du seul fait que le local imposé par l’employeur et dans lequel le salarié effectuait ses permanences n’était pas situé dans l’établissement, mais hors de son enceinte, la cour d’appel s’est prononcée par un motif inopérant et a violé les mêmes textes ;

 

 3°/ que constitue un travail effectif le temps pendant lequel le salarié est tenu de rester dans un local déterminé imposé par l’employeur, peu important les conditions d’occupation d’un tel local, afin de répondre à toute nécessité d’intervention sans pouvoir vaquer librement à des occupations personnelles ; qu’en considérant, en l’espèce, que le salarié, pendant les permanences effectuées dans le local imposé par l’employeur, n’était tenu que de répondre aux urgences pour en déduire qu’il pouvait vaquer librement à ses obligations, quand le seul fait qu’il se trouvait dans un local imposé par l’employeur pour répondre à toute nécessité d’intervention démontrait nécessairement qu’il ne pouvait vaquer librement à ses occupations personnelles, la cour d’appel a de nouveau violé les articles L. 3121-1 et L. 3121-5 du code du travail ;

 

 4°/ que les permanences effectuées dans un local déterminé imposé par l’employeur constituent un temps de travail effectif, peu important la fréquence de la nécessité pour le salarié d’intervenir sur son lieu de travail ; qu’en retenant, en l’espèce, que l’employeur démontre que les « les médecins d’astreinte n’étaient en définitive que rarement sollicités » pour exclure tout temps de travail effectif, la cour d’appel, qui s’est prononcée par un motif inopérant, a violé les articles L. 3121-1 et L. 3121-5 du code du travail ;

 

 5°/ que les astreintes sont mises en place par convention ou accord collectif de travail étendu ou par accord d’entreprise ou d’établissement, qui en fixe le mode d’organisation ainsi que la compensation financière ou le repos auxquels elles donnent lieu, ou, à défaut, par décision unilatérale de l’employeur après information et consultation du comité d’entreprise ou, en l’absence de comité d’entreprise, des délégués du personnel s’il en existe, et après information de l’inspecteur du travail ; qu’en l’espèce, en décidant que le salarié avait effectué des périodes d’astreinte ayant fait l’objet d’une contrepartie, sans rechercher, comme il lui était pourtant demandé, si l’employeur avait mis en place ces astreintes en déterminant les conditions dans lesquelles elles sont organisées et les compensations auxquelles ont droit les salariés concernés après information des institutions représentatives du personnel et de l’administration du travail, la cour d’appel a privé sa décision de base au regard de l’article L. 3121-7 du code du travail ;

 

 Mais attendu que constitue un travail effectif au sens de l’article L. 3121-1 du code du travail, le temps pendant lequel le salarié est à la disposition de l’employeur et doit se conformer à ses directives sans pouvoir vaquer librement à des occupations personnelles ; que selon l’article L. 3121-5 du même code, constitue au contraire une astreinte la période pendant laquelle le salarié, sans être à la disposition permanente et immédiate de l’employeur, a l’obligation de demeurer à son domicile ou à proximité afin d’être en mesure d’intervenir pour effectuer un travail au service de l’entreprise, la durée de cette intervention étant considérée comme un temps de travail effectif ;

 

 Et attendu qu’ayant constaté que la sujétion imposée au salarié de se tenir, durant les permanences, dans un logement de fonction mis à disposition à proximité de l’établissement afin d’être en mesure d’intervenir en cas d’urgence, ne l’empêchait pas de vaquer à des occupations personnelles, la cour d’appel, qui, sans être tenue de procéder à une recherche que ses énonciations rendaient inopérante, en a exactement déduit que la période litigieuse ne constituait pas du temps de travail effectif ;

 D’où il suit que le moyen n’est pas fondé ;

 

 PAR CES MOTIFS :

 

 REJETTE le pourvoi ;

 


 Président : M. Frouin

Rapporteur : M. Belfanti, conseiller référendaire

Avocat général : Mme Robert

Avocat(s) : SCP Spinosi et Sureau ; SCP Lévis