Arrêt n° 376 du 20 février 2013 (11-24.012) - Cour de cassation - Chambre sociale - ECLI:FR:CCASS:2013:SO00376

Contrat de travail, exécution

Rejet


Demandeur(s) : l’ association UNA pays d’ Argentan, et autres

Défendeur(s) : Mme Nathalie Z...


Donne acte à M. X…, ès qualités de liquidateur judiciaire de l’assocation UNA, de ce qu’il reprend l’instance ;

 

 Sur le moyen unique :

 

 Attendu, selon l’arrêt attaqué (Caen, 1er juillet 2011), que Mme Z… a été engagée à temps partiel par l’Association de services de soutien à domicile (ASSAD) du pays d’Argentan, qui a pris l’appellation de l’UNA du pays d’Argentan, en qualité d’agent à domicile à compter du 25 mars 2002, et suivant contrat écrit du 10 octobre 2002, après avoir travaillé pour le compte de ce même employeur en 1998 et 1999 dans le cadre de contrats à durée déterminée ; qu’elle a saisi la juridiction prud’homale le 12 novembre 2007 pour notamment obtenir la requalification des contrats à durée déterminée en contrat à durée indéterminée, de ses contrats de travail à temps partiel en contrats à temps plein et le paiement de rappels de salaire à ce titre ; que l’association l’UNA du pays d’Argentan, ayant été placée en liquidation judiciaire par jugement du tribunal de grande instance d’Argentan le 13 mars 2012, l’instance a été reprise par M. X…, désigné par ce même jugement, liquidateur judiciaire de l’association ;

 

 Attendu que l’employeur fait grief à l’arrêt de faire droit à ces demandes, alors, selon le moyen :

 

 1°/ que les juges doivent faire respecter en toutes circonstances le principe de la contradiction ; qu’en soulevant d’office le moyen selon lequel les plannings produits par l’employeur avaient été réédités, sans inviter les parties à présenter leurs observations sur ce point, la cour d’appel a violé l’article 16 du code de procédure civile ;

 

 2°/ que si une association d’aide à domicile est tenue d’informer ses salariés de ses horaires de travail une fois par mois, aucune disposition ne précise que cette information doit intervenir le premier jour de chaque mois ; qu’en énonçant, pour requalifier le contrat de travail en contrat à temps plein, que l’employeur n’avait pas communiqué à la salariée ses plannings au plus tard le 1er jour de chaque mois, la cour d’appel a ajouté une condition à la loi et a ainsi violé l’article L. 3123-14 3° du code du travail ;

 

 3°/ que subsidiairement, l’absence de communication mensuelle par une association d’aide à domicile à son salarié de ses horaires de travail fait seulement présumer que l’emploi est à temps complet ; que l’employeur a la faculté de contester cette présomption et de rapporter la preuve, d’une part, de la durée exacte hebdomadaire ou mensuelle convenue, d’autre part, que le salarié n’était pas placé dans l’impossibilité de prévoir à quel rythme il devait travailler et qu’il n’avait pas à se tenir constamment à la disposition de l’employeur ; qu’en déduisant l’impossibilité pour la salariée de prévoir à quel rythme elle allait travailler et le fait qu’elle se trouvait à la disposition de l’employeur de la seule absence de communication au 1er du mois de ses horaires de travail, la cour d’appel a tiré de cette omission une présomption irréfragable de contrat à temps complet là où la loi ne prévoit qu’une présomption simple et a ainsi violé l’article L. 3123-14 3° du code du travail ;

 

 4°/ que plus subsidiairement, lorsqu’il existe un contrat de travail écrit, il appartient au salarié d’établir que son contrat de travail conclu à temps partiel est en réalité à temps plein et partant d’établir qu’il se trouvait dans l’impossibilité de prévoir à quel rythme il allait travailler et qu’il devait se tenir constamment à la disposition de l’employeur, le respect de l’obligation de communication des horaires du salarié étant sans incidence sur cette charge de la preuve ; qu’en énonçant, pour requalifier le contrat de travail de la salariée en contrat à temps plein, après avoir relevé qu’un contrat de travail écrit avait été conclu entre l’UNA et Mme Z…, que “les éléments produits ne permettent pas de retenir que Mme Z… a été avisée dans un délai raisonnable avant juillet 2005 et au plus tard au premier jour du mois à partir de cette date, de ses plannings de travail” et qu’il n’était pas établi “qu’elle ait bénéficié d’un quelconque délai de prévenance”, la cour d’appel a fait peser la charge de la preuve de l’existence d’un contrat à temps partiel sur l’employeur et a ainsi violé l’article 1315 du code civil ;

 

 5°/ qu’en tout état de cause, les juges doivent faire respecter le principe de la contradiction ; qu’en soulevant d’office le fait que Mme Z… ne travaillait pas pour d’autres employeurs, pour requalifier son contrat en contrat à temps plein et calculer ses rappels de salaire subséquents, tout en relevant que “l’UNA ne soutenait pas que la salariée aurait travaillé pour d’autres employeurs”, sans inviter les parties à présenter leurs observations sur ce point, la cour d’appel a violé l’article 16 du code de procédure civile ;

 

 Mais attendu, d’abord, que selon l’article L. 3123-14, 3° du code du travail, le contrat écrit doit mentionner les modalités selon lesquelles les horaires de travail pour chaque journée travaillée sont communiqués par écrit au salarié ; que dans les associations et entreprises d’aide à domicile, les horaires de travail sont communiqués par écrit chaque mois au salarié ; qu’il en résulte qu’en l’absence de stipulations relatives au jour du mois auxquels sont communiqués par écrit les horaires de travail des salariés des entreprises et association d’aide à domicile, ceux-ci doivent l’être avant le début de chaque mois ; que l’absence d’une telle communication fait présumer que l’emploi est à temps complet et il incombe alors à l’employeur de rapporter la preuve, d’une part, de la durée exacte hebdomadaire ou mensuelle convenue, d’autre part, que le salarié n’était pas placé dans l’impossibilité de prévoir à quel rythme il devait travailler et qu’il n’avait pas à se tenir constamment à la disposition de l’employeur ;

 

 Et attendu qu’ayant constaté que l’employeur n’avait pas avisé la salariée de ses plannings de travail avant le premier jour du mois, lesquels étaient régulièrement modifiés en cours de mois, et que le nombre d’heures travaillées variait d’un mois à l’autre, la cour d’appel qui a retenu que la salariée se trouvait dans l’impossibilité de connaître son rythme de travail et se trouvait à la disposition constante de l’employeur, n’encourt pas les griefs du moyen en ses deuxième, troisième et quatrième branches ;

 

 Attendu, ensuite, qu’il n’y a pas lieu de statuer sur les autres griefs qui ne seraient pas de nature à permettre l’admission du pourvoi ;

 

 D’où il suit que le moyen n’est pas fondé ;

 

 PAR CES MOTIFS :

 

 REJETTE le pourvoi ;

 


Président : M. Lacabarats

Rapporteur : M. Héron, conseiller référendaire

Avocat général : M. Aldigé

Avocat(s) : Me Le Prado ; Me Foussard