Arrêt n° 658 du 29 février 2012 (11-10.904) - Cour de cassation - Chambre sociale

Syndicat professionnel

Cassation


Demandeur(s) : Mme Lydia X..., et autre

Défendeur(s) : la société Printemps, société par actions simplifiée


Sur le moyen unique :

 

 Vu les articles L. 1111-2 et L. 2142-1-1 du code du travail ;

 

 Attendu que les travailleurs mis à disposition d’une entreprise, qui, intégrés de façon étroite et permanente à la communauté de travail, remplissent les conditions pour être inclus dans le calcul des effectifs en application de l’article L. 1111-2-2° du code du travail, peuvent, à ce même titre, en l’absence de dispositions légales y faisant obstacle, être désignés représentants de la section syndicale au sein de cette entreprise ;

 

 Attendu, selon le jugement attaqué, que Mme X…, salariée de la société Rosenthal France, exerce ses fonctions de démonstratrice au sein de la société Printemps depuis 2001 ; qu’elle a été désignée représentante de la section syndicale de l’établissement de Strasbourg de cette société par le syndicat UNSA Printemps le 18 novembre 2010 ;

 

 Attendu que pour annuler cette désignation, le tribunal d’instance énonce que ni la loi du 20 août 2008, à présent applicable et rendant obsolète la jurisprudence antérieure, ni la convention collective applicable aux démonstrateurs et démonstratrices employés dans les grands magasins ne prévoient la possibilité, pour un salarié extérieur, mis à disposition, comme l’est un démonstrateur, d’exercer des mandats syndicaux au sein de l’entreprise utilisatrice et que dès lors, il convient de retenir que le représentant de la section syndicale doit appartenir au personnel de l’entreprise ou de l’établissement ;

 

 Qu’en statuant ainsi, le tribunal, qui a ajouté au texte une condition qu’il ne comportait pas, a violé les textes susvisés ;

 

 PAR CES MOTIFS :

 

 CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, le jugement rendu le 5 janvier 2011, entre les parties, par le tribunal d’instance de Strasbourg ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit jugement et, pour être fait droit, les renvoie devant le tribunal d’instance de Schiltigheim ;

 


Président : M. Lacabarats

Rapporteur : Mme Pécaut-Rivolier, conseiller référendaire

Avocat général : Mme Taffaleau

Avocat(s) : SCP Masse-Dessen et Thouvenin ; SCP Célice, Blancpain et Soltner