Arrêt n° 622 du 24 mars 2010 (09-40.339) - Cour de cassation - Chambre sociale

Contrat de travail, exécution

Cassation partielle

 

 


 

Demandeur(s) : M. C... X...

Défendeur(s) : la société LTS, exploitant à l’enseigne Lovefrance logistique et véhicules

 


 

Attendu, selon l’arrêt attaqué, que M. X… a été engagé à compter du 25 juin 1997 en qualité de chauffeur par la société LTS Lovefrance exploitant à l’enseigne "Lovefrance logistique et véhicules ; qu’il a été victime d’un accident du travail, le 7 février 2005, et en arrêt de travail jusqu’au 15 mars 2005, puis de nouveau du 25 juillet 2005 au 26 septembre 2005 à la suite d’une rechute ; qu’ayant été déclaré apte à la reprise à l’issue du second examen médical de reprise par le médecin du travail, le 26 octobre 2005, il a été licencié pour faute grave le 5 décembre 2005 sans avoir repris le travail, après avoir refusé la modification du sens de la tournée qu’il devait effectuer dans la région Provence Alpes Côte d’Azur (PACA) et des propositions d’affectation dans les régions Ile de France et Pays de la Loire ; que, contestant le bien-fondé de son licenciement, M. X… a saisi la juridiction prud’homale d’une demande en paiement de sommes à titre d’indemnités de rupture, de rappel de salaire et de dommages-intérêts ;

 

Sur le premier moyen, pris sa deuxième branche :

 

Vu l’article L. 1226-8 du code du travail ;

 

Attendu que, pour rejeter la demande de M. X… tendant à voir juger que son licenciement était intervenu en violation des dispositions de l’article L. 1226-8 du code du travail, et à obtenir le paiement de dommages-intérêts et d’indemnités de rupture, l’arrêt retient que M. X… effectuait des tournées dans la région "PACA" pour le compte du client Novoferm à partir d’Aubagne, que ce client dans une lettre du 17 mai 2005 avisait l’employeur qu’à compter du 29 août 2005 la tournée des clients de la région PACA aurait pour point de départ Bavilliers, que le 23 juin 2005 la société LTS Lovefrance informait M. X… que la tournée des clients de la région "PACA" confiée par la société Novoferm s’effectuerait selon les modalités suivantes : chargement le vendredi dans le courant de la journée, démarrage de la tournée dés le lundi matin au départ de l’agence de Bavilliers, et retour à Bavilliers après la livraison des clients le vendredi ; que le 7 juillet 2005 le salarié refusait la modification de l’organisation de cette tournée, et réitérait ce refus le 3 septembre 2005, l’employeur maintenant sa position dans un courrier du 6 septembre 2005, que le 8 novembre 2005 le salarié rappelait son refus de ce changement ; que le seul changement du point de départ d’une tournée qui n’est pas modifiée en ce qui concerne les clients desservis ne constitue pas une modification du contrat de travail, que l’employeur n’imposait pas au salarié la fixation de son domicile au nouveau lieu de départ de la tournée, qu’un déménagement éventuel n’apparaissait alors que comme la conséquence d’un choix personnel du salarié, qu’au demeurant les fonctions de chauffeur routier impliquent nécessairement des changements d’itinéraires sans que cela entraîne une modification du contrat de travail, qu’ainsi l’employeur proposait bien un emploi similaire ;

 

Attendu, cependant, qu’en vertu du texte susvisé lorsque, à l’issue des périodes de suspension définies à l’article L. 1226-7 du code du travail, le salarié est déclaré apte par le médecin du travail, il retrouve son emploi ou un emploi similaire assorti d’une rémunération au moins équivalente ;

 

Qu’en statuant comme elle a fait, alors qu’elle avait constaté qu’avant la suspension de son contrat de travail pour accident du travail, le salarié prenait son service à Aubagne (département des Bouches-du-Rhône) près du lieu où il résidait pour effectuer des tournées dans la région PACA et qu’à l’issue de la suspension de son contrat de travail, il lui était demandé pour effectuer la même tournée de prendre désormais son service le lundi matin au départ de Bavilliers (département du Territoire de Belfort) avec retour le vendredi après la livraison des clients à Bavilliers, ce dont il résultait que l’emploi proposé n’était pas un emploi similaire, la cour d’appel a violé le texte susvisé ;

 

Et sur le premier moyen, pris en sa cinquième branche :

 

Vu l’article L. 1226-8 du code du travail ;

 

Attendu que, pour rejeter la demande de M. X… tendant à voir juger que son licenciement était intervenu en violation des dispositions de l’article L. 1226-8 du code du travail, l’arrêt retient également que le salarié a refusé des propositions sur les secteurs d’Ile-de-France ou des Pays de la Loire, que dans une lettre du 19 novembre 2005 M. X… expliquait qu’il ne pouvait accepter ces postes n’envisageant pas de déménager de … où il avait fixé son domicile, que le contrat de travail de M. X… prévoyait une affectation du salarié dans ces deux régions et qu’ainsi les propositions d’affectation dans ces secteurs géographiques ne constituent pas des modifications, que dès lors cette proposition conforme aux prévisions contractuelles constitue bien un emploi similaire, qu’à plusieurs reprises l’employeur a offert au salarié des emplois similaires à celui qu’il occupait avant son arrêt de travail, de sorte que les refus de ce dernier justifiait son licenciement ;

 

Attendu, cependant, qu’est un emploi similaire au sens de l’article L. 1226-8 du code du travail, l’emploi comportant le même niveau de rémunération, la même qualification, et les mêmes perspectives de carrière que l’emploi initial ;

 

Qu’en se déterminant comme elle a fait, sans rechercher si les postes proposés dans les régions Ile-de-France ou Pays de Loire comportaient le même niveau de rémunération, la même qualification, et les mêmes perspectives de carrière que l’emploi initial, la cour d’appel n’a pas donné de base légale à sa décision ;

 

Et attendu que la cassation du chef de la rupture du contrat de travail entraîne par voie de conséquence la cassation du chef de l’arrêt rejetant la demande du salarié en rappel de salaire qui s’y rattache par un lien de dépendance nécessaire ;

 

PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur les autres branches du premier moyen :

 

CASSE ET ANNULE, sauf en ce qui ce qu’il a condamné la société à payer à M. X…une somme à titre de dommages-intérêts pour exécution fautive du contrat de travail, l’arrêt rendu le 23 octobre 2008, entre les parties, par la cour d’appel d’Aix-en-Provence ; remet, en conséquence, sur les autres points, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence, autrement composée ;

 


 

Président : Mme Collomp

Rapporteur : M. Frouin, conseiller

Avocat général : M Lalande

Avocat(s) : SCP Masse-Dessen et Thouvenin ; Me Ricard