Arrêt n°322 du 01 juillet 2020 (18-24.979) - Cour de cassation - Chambre commerciale, financière et économique - ECLI:FR:CCASS:2020:CO00322

Rejet

Demandeur(s) : Le Fonds commun de titrisation Hugo créances I, représenté par la société GTI Asset Management

Défendeur(s) : La société 53 boulevard John F. Kennedy, société civile immobilière


1. Selon l’arrêt attaqué (Rouen, 20 septembre 2018), la société Caisse de crédit agricole du Nord-Est, qui avait, le 20 septembre 2009, consenti deux prêts à la société World marine assistance, garantis par l’affectation hypothécaire d’un immeuble par la SCI 53 boulevard JF Kennedy, a, le 4 juin 2009, déclaré ses créances au passif de la liquidation judiciaire de la société World Marine Assistance, puis les a cédées le 22 décembre 2010 au Fonds commun de titrisation Hugo créances I (le Fonds commun de titrisation).

2. La clôture pour insuffisance d’actif de la liquidation judiciaire de la société World marine assistance a été prononcée par un jugement du 30 novembre 2012.

3.Par un acte du 22 décembre 2017, le Fonds commun de titrisation a délivré à la SCI un commandement de saisie-vente.

Examen du moyen unique

Enoncé du moyen


4. Le Fonds commun de titrisation, représenté par la société GTI Asset Management, fait grief à l’arrêt d’annuler le commandement valant saisie du 22 décembre 2017et d’ordonner la radiation de l’inscription d’hypothèque, alors « que la force de chose jugée attachée à une décision judiciaire dès son prononcé ne peut avoir pour effet de priver une partie d’un droit tant que cette décision ne lui a pas été notifiée ; que, par ailleurs, l’interruption résultant de la demande en justice produit ses effets jusqu’à l’extinction de l’instance ; qu’il suit de là que l’interruption du délai de la prescription résultant de la déclaration d’une créance au passif du débiteur assujetti à une procédure de liquidation judiciaire, produit ses effets jusqu’à la publication du jugement de clôture pour insuffisance d’actif au Bodacc, puisque, ce jugement étant signifié au seul débiteur, le créancier déclarant n’en est averti que par la publicité à laquelle il donne légalement lieu ; qu’en décidant le contraire, la cour d’appel a violé les articles 503 du code de procédure civile, 2234 et 2242 du code civil, ensemble les articles L. 643-9 et R. 643-18 du code de commerce. »

Réponse de la Cour

5. La déclaration de créance au passif du débiteur principal en liquidation judiciaire interrompt la prescription à l’égard du garant hypothécaire, sans qu’il y ait lieu à notification de la déclaration à l’égard de ce dernier, et cet effet interruptif se prolonge jusqu’au jugement prononçant la clôture de la procédure.

6. Le créancier, qui n’était pas empêché d’agir contre le garant hypothécaire pendant le cours de la liquidation judiciaire, ne s’est vu privé d’aucun droit par le jugement de clôture pour insuffisance d’actif qui a seulement eu pour effet à son égard, et dès son prononcé, de mettre fin à l’interruption du délai de prescription et de faire courir un nouveau délai de prescription de cinq ans.

7. Après avoir constaté que le jugement prononçant la clôture pour insuffisance d’actif avait été rendu le 30 novembre 2012, l’arrêt retient exactement, peu important la date de sa publication au BODACC, que la prescription de cinq ans était acquise lorsque le créancier a délivré le commandement aux fins de saisie-vente le 22 décembre 2017.

8. Le moyen n’est donc pas fondé.

PAR CES MOTIFS, la Cour :

REJETTE le pourvoi ;


Président : Mme Mouillard
Rapporteur : Mme Vaissette
Avocat général : Mme Guinamant

Avocat(s) : SCP Yves et Blaise Capron - SARL Corlay