Arrêt n°550 du 26 juin 2019 (18-16.859) - Cour de cassation - Chambre commerciale, financière et économique
- ECLI:FR:CCASS:2019:CO00550

Prescription civile

Rejet

Sommaire :
Il résulte de l’article 2241, alinéa 2, du code civil que l’acte de saisine de la juridiction, même entaché d’un vice de procédure, interrompt le délai de prescription. En conséquence, doit être approuvée la cour d’appel qui, ayant relevé qu’une décision de justice antérieure a annulé, pour vice de forme, la signification d’une assignation saisissant une juridiction, en déduit que seul le texte précité doit recevoir application, à l’exclusion de l’article 2243 du même code, selon lequel l’interruption est non avenue si la demande est définitivement rejetée par un moyen de fond ou une fin de non-recevoir.


Demandeur(s) : Mme T... ; et autre (s)
Défendeur(s) : Société Crédit foncier de France , société anonyme


Sur le moyen unique :

Attendu, selon l’arrêt attaqué (Nîmes, 22 mars 2018), que par un acte notarié du 26 octobre 2005, la société Crédit foncier de France (la banque) a consenti à M. R... et Mme T... un prêt immobilier dont la déchéance du terme a été prononcée le 30 septembre 2009, en raison d’incidents de paiement ; que par un acte du 25 novembre 2010, publié le 17 janvier 2011, la banque a fait délivrer aux emprunteurs un commandement de payer valant saisie de l’immeuble, puis les a assignés, le 21 février 2011, à l’audience d’orientation du juge de l’exécution ; qu’un jugement de ce juge, rendu le 13 septembre 2013, a fixé la créance de la banque et ordonné la vente forcée de l’immeuble ; que sur l’appel relevé contre ce jugement, un arrêt du 26 juin 2014 a prononcé la nullité de la signification de l’assignation du 21 février 2011 et, en conséquence, constaté la nullité de tous les actes subséquents et du jugement du 13 septembre 2013 ; que le 26 novembre 2015, Mme T... a été mise en redressement judiciaire, M. H... étant nommé mandataire judiciaire ; que la banque a déclaré, au titre du prêt en cause, une créance qui a été contestée par le mandataire judiciaire, au motif qu’elle était prescrite ;

Attendu que Mme T... et son mandataire judiciaire font grief à l’arrêt d’admettre la créance de la banque alors, selon le moyen, que selon l’article 2243 du code civil, l’interruption de la prescription résultant de la demande en justice est non avenue si la demande est définitivement rejetée par le juge saisi ; que cette disposition ne comporte aucune distinction selon que la demande est définitivement rejetée par un moyen de fond, par un moyen de forme ou par une fin de non-recevoir ; qu’en l’espèce, pour déclarer prescrite l’action de la banque et rejeter la créance déclarée au passif de Mme T... , le juge-commissaire a retenu que par son arrêt du 26 juin 2014, la cour d’appel de Montpellier avait définitivement rejeté la demande en justice formée par la banque par assignation du 21 février 2011 tendant à voir ordonner la vente forcée de l’immeuble appartenant à la débitrice sur la base du commandement de payer délivré le 25 novembre 2010, ce en prononçant l’annulation de l’ensemble de la procédure de saisie immobilière et notamment dudit commandement de payer, désormais radié, de sorte que le créancier ne pouvait plus saisir le juge de l’exécution d’une demande de vente forcée formée sur le même commandement ; que les demanderesses ont fait leurs ces motifs, expressément cités et repris dans leurs conclusions d’appel ; que d’ailleurs l’arrêt attaqué constate que les demandes de la banque ont bien été rejetées par l’arrêt du 26 juin 2014 ; que dès lors, en retenant à tort pour refuser de dire non avenu l’effet interruptif de prescription de l’assignation du 21 février 2011, que « les demandes de la banque n’ont pas été rejetées par un moyen de fond ni en conséquence d’une fin de non-recevoir mais en raison de l’annulation de la signification de l’acte de saisine du tribunal de grande instance de sorte que la référence à l’article 2243 est inopérante et que l’article 2241 précité doit recevoir pleine application en présence d’une annulation de l’assignation pour vice de forme », la cour d’appel a violé, par refus d’application, l’article 2243 du code civil susvisé ;

Mais attendu qu’il résulte de l’article 2241, alinéa 2, du code civil que l’acte de saisine de la juridiction, même entaché d’un vice de procédure, interrompt le délai de prescription ; qu’ayant relevé que l’arrêt du 26 juin 2014 avait annulé la signification de l’assignation délivrée le 21 février 2011 par procès-verbal de recherches infructueuses, ainsi que le jugement subséquent, la cour d’appel en a exactement déduit que les demandes de la banque ayant été rejetées en raison de l’annulation de la signification de l’acte de saisine de la juridiction pour vice de forme, seul le texte précité devait recevoir application ; que le moyen n’est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi ;


Président : Mme Mouillard
Rapporteur : Mme Barbot, conseiller référendaire
Avocat général : M. Richard de la Tour, premier avocat général
Avocat (s) : SCP de Chaisemartin, Doumic-Seiller - SCP Célice, Soltner, Texidor et Périer