Arrêt n° 216 du 22 février 2017 (15-14.915) - Cour de cassation - Chambre commerciale, financière et économique - ECLI:FR:CCASS:2017:CO00216

Cautionnement

Rejet


Demandeur(s) : les époux X...

Défendeur(s) : la société Banque populaire Bourgogne Franche-Comté, société coopérative de banque à forme anonyme et capital variable


Attendu, selon l’arrêt attaqué (Besançon, 6 janvier 2015), que par un acte du 1er mars 2007, la société Banque populaire Bourgogne Franche-Comté (la banque) a consenti à la société Luxeuil primeurs (la société) un prêt destiné à financer l’acquisition d’un fonds de commerce ; que M. et Mme X… se sont rendus cautions solidaires de ce prêt par un acte du même jour ; que par un acte du 24 novembre 2010, la banque a encore consenti à la société un prêt d’équipement, garanti par le cautionnement de M. X…, l’épouse de ce dernier donnant son consentement exprès à l’acte en application de l’article 1415 du code civil ; que la société ayant été mise en redressement puis liquidation judiciaires, la banque a assigné les cautions en exécution de leurs engagements ;

 

 Sur le premier moyen :

 

 Attendu que M. et Mme X… font grief à l’arrêt de les condamner à payer à la banque la somme de 3 840, 91 euros en leur qualité de cautions de la société au titre du prêt souscrit le 1er mars 2007 alors, selon le moyen, que la banque est tenue d’un devoir de mise en garde à l’égard de la caution, indépendamment du caractère disproportionné ou non de son engagement, en considération de ses capacités financières et des risques de l’endettement né de ses engagements ; qu’en ne recherchant pas, comme elle y était invitée, si la banque n’aurait pas dû, pour apprécier la nécessité d’exercer son devoir de mise en garde, vérifier la rentabilité de l’opération financée par le prêt du 1er mars 2007 au regard des documents comptables des précédents propriétaires du fonds, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard de l’article 1147 du code civil  ; 

 

 Mais attendu qu’ayant retenu qu’en s’appuyant sur un dossier prévisionnel basé sur trois exercices (2007-2008-2009) dressé par un cabinet d’expertise comptable renommé, la banque avait pu se fonder sur les prévisions d’activité de l’entreprise, en l’absence d’autres éléments de nature à mettre en cause ce document, et en relevant que les mensualités du prêt avaient été honorées jusqu’au début de l’année 2012 ce qui induisait le caractère réaliste des projections de viabilité de l’entreprise à la date du prêt, et que les cautions n’alléguaient pas que les documents comptables des précédents propriétaires du fonds, qu’ils ne versaient pas aux débats, attestaient de prévisions irréalistes, la cour d’appel, qui n’avait pas à effectuer d’autre recherche, a légalement justifié sa décision ; que le moyen n’est pas fondé ; 

 

 Et sur le second moyen :

 

 Attendu que M. et Mme X… font grief à l’arrêt de condamner M. X… à payer à la banque la somme de 36 753, 41 euros en sa qualité de caution de la société au titre du prêt souscrit le 24 novembre 2010 alors, selon le moyen, qu’un créancier professionnel ne peut se prévaloir d’un contrat de cautionnement conclu par une personne physique dont l’engagement était, lors de sa conclusion, manifestement disproportionné à ses biens et revenus, à moins que le patrimoine de cette caution, au moment où celle-ci est appelée, ne lui permette de faire face à son obligation ; que le consentement exprès au cautionnement contracté par un époux, qui permet d’étendre l’assiette du droit de gage du créancier aux biens communs et aux revenus de l’autre époux, n’autorise pas pour autant le créancier professionnel à se prévaloir d’un engagement manifestement disproportionné aux biens et revenus de la caution ; qu’en prenant en considération, pour apprécier le caractère disproportionné du cautionnement contracté par M. X… seul, les biens communs et les revenus de Mme X…, au motif inopérant que cette dernière avait donné son consentement exprès au cautionnement contracté par son époux, la cour d’appel a violé l’article L. 341-4 du code de la consommation, ensemble l’article 1415 du code civil ;  

 

 Mais attendu que le consentement exprès donné en application de l’article 1415 du code civil par un époux au cautionnement consenti par son conjoint ayant pour effet d’étendre l’assiette du gage du créancier aux biens communs, c’est à bon droit que la cour d’appel a apprécié la proportionnalité de l’engagement contracté par M. X…, seul, tant au regard de ses biens et revenus propres que de ceux de la communauté, incluant les salaires de son épouse ; que le moyen n’est pas fondé ; 

 

 PAR CES MOTIFS :

 

 REJETTE le pourvoi ;

 


 Président : Mme Mouillard

Rapporteur : Mme Graff-Daudret, conseiller

Avocat(s) : SCP Waquet, Farge et Hazan ; SCP Célice, Soltner, Texidor et Périer