Arrêt n° 264 du 22 mars 2016 (14-16.592) - Cour de cassation - Chambre commerciale, financière et économique - ECLI:FR:CCASS:2016:CO00264

Transports routiers

Rejet


Demandeur(s) : la société Technologies avancées et membranes industrielles (TAMI), société par actions simplifiée

Défendeur(s) : la société Ceva Freight Management


Attendu, selon l’arrêt attaqué (Grenoble, 27 mars 2014), que par un contrat du 12 septembre 2002, la société Technologies avancées et membranes industrielles (la société TAMI) a vendu à la société Beijing Mensep technologies des carters et membranes céramiques ; qu’après la livraison, effectuée le 9 décembre 2002, la société Beijing Mensep technologies a demandé une expertise ; que la société Mory EGL, devenue la société CEVA Freight Management France (la société CEVA), a réalisé en qualité de commissionnaire en douane les opérations de dédouanement des matériels sous le régime d’une importation temporaire ; qu’en raison du non-respect des modalités de l’importation temporaire, la valeur et le nombre des pièces ainsi que le destinataire n’étant pas les mêmes à l’importation et à l’exportation, l’administration des douanes a facturé à la société CEVA des frais de douane supplémentaires ; que le 25 juin 2008, la société CEVA a assigné en remboursement de ces frais la société TAMI qui a opposé la prescription annale de l’article L. 133-6 du code de commerce et a contesté sa qualité de mandant de la société CEVA pour les opérations douanières ;

 

 Sur le premier moyen :

 

 Attendu que la société TAMI fait grief à l’arrêt d’écarter la prescription, de déclarer recevable la demande de la société CEVA et de la condamner à payer à cette dernière la somme de 27 976 euros alors, selon le moyen, que, à supposer que la société TAMI ait contracté avec la société CEVA, la question était posée, de savoir si l’accomplissement des formalités douanières s’insérait dans une relation plus large, révélant un contrat de transport, dont l’accomplissement des formalités en douane n’était que l’accessoire ; qu’en se bornant à affirmer que les formalités douanières avaient été accomplies dans le cadre d’un contrat de mandat indépendamment du contrat de transport, sans s’expliquer, factuellement et concrètement sur les circonstances dans lesquelles le mandat avait pu être donné, et ses liens avec le contrat de transport, à l’effet de déterminer si le mandat n’était pas un accessoire du contrat de transport, les juges du fond ont privé leur décision de base légale au regard de l’article L. 133-6 du code de commerce ;

 

 Mais attendu que la prescription prévue par l’article L. 133-6 du code de commerce n’est pas applicable aux actions nées de l’exécution d’un mandat donné pour l’accomplissement de formalités de douane ; qu’ayant énoncé que la demande de remboursement des frais de douane par le commissionnaire en douane avait pour fondement le mandat donné pour l’accomplissement des formalités douanières, soit un contrat indépendant du contrat de commission de transport, la cour d’appel en a déduit à bon droit que la prescription annale de l’article L. 133-6 du code de commerce n’était pas applicable aux actions nées de son exécution ; que le moyen n’est pas fondé ;

 

 Et sur le second moyen :

 

 Attendu que la société TAMI fait le même grief à l’arrêt, alors, selon le moyen :

 

 1°/ que pour établir que le donneur d’ordres, s’agissant du transport et des opérations douanières, était la société Beijing Mensep technologies, et non pas la société TAMI industries, celle-ci faisait valoir, d’une part, que plusieurs documents (télécopie du 30 janvier 2004, facture du 3 février 2004, courriels des 2 février 2004 et 19 février 2004, courriel du 24 mars 2004) établissaient que les ordres concernant le transport et les opérations douanières émanaient de la société Beijing Mensep technologies ; qu’en outre, l’expédition était faite « ex works 26110 Nyons France », ce qui révélait que l’enlèvement de la marchandise par l’acquéreur était faite dans les locaux de la société TAMI ; qu’enfin, l’enlèvement des marchandises a été effectué par une entreprise mandatée par la société Beijing Mensep technologies ; qu’en s’abstenant de s’expliquer sur ces diverses circonstances était de nature à établir que la société TAMI ne pouvait être le mandataire de la société CEVA, les juges du fond ont privé leur décision de base légale au regard de l’article 1134 du code civil ;

 

 2°/ que la société TAMI faisait valoir que la facture du 3 février 2004 pour un montant de 513,07 euros, dont il est relevé qu’elle a été payée par la société TAMI, mentionnait comme expéditeur la société Beijing Mensep technologies ; qu’en s’abstenant de rechercher si ce paiement, qui constitue le fondement essentiel de la condamnation, n’était pas équivoque et était insusceptible de caractériser de ce fait la volonté tacite de mandater la société CEVA, les juges du fond ont privé leur décision de base légale au regard de l’article 1134 du code civil ;

 

 3°/ que dès lors que les marchandises étaient destinées à une expertise dans les locaux de la société TAMI, les juges du fond devaient rechercher si le fait que la liste des marchandises ait été remise par la société TAMI à la société CEVA n’était pas équivoque, cette remise s’expliquant par le fait que l’expertise se déroule chez la société TAMI et la circonstance étant indifférente au point de savoir qui assumait le transport et les opérations de douane ; que de ce chef, l’arrêt est privé de base légale au regard de l’article 1134 du code civil ;

 

 4°/ que l’expédition d’un formulaire par le fait de la société CEVA, le libellé du formulaire ou encore le libellé de l’acte par lequel l’administration a liquidé les droits, ne pouvaient fonder la constatation d’un acte de volonté émanant de la société TAMI puisqu’aussi bien, ces éléments émanaient de tiers ; qu’à cet égard, l’arrêt manque de base légale au regard de l’article 1134 du code civil ;

 

 Mais attendu que, sous le couvert de griefs non fondés de manque de base légale, le moyen ne tend qu’à remettre en cause l’appréciation par la cour d’appel des éléments de preuve dont elle a souverainement déduit que la société TAMI avait donné mandat à la société CEVA de procéder au dédouanement de la marchandise ; que le moyen n’est pas fondé ;

 

 PAR CES MOTIFS :

 

 REJETTE le pourvoi ;


 Président : Mme Mouillard

Rapporteur : M. Lecaroz, conseiller référendaire

Avocat général : Mme Beaudonnet

Avocat(s) : SCP Foussard et Froger ; SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray