Arrêt n° 927 du 25 septembre 2012 (11-21.981) - Cour de cassation - Chambre commerciale, financière et économique - ECLI:FR:CCASS:2012:CO00927

Impôts et taxes

Rejet


Demandeur(s) : l’entreprise Aurion André, entreprise individuelle profession libérale, et autres

Défendeur(s) : le directeur général des finances publiques


Sur le moyen unique :

 

 Attendu, selon l’ordonnance attaquée rendue par le premier président d’une cour d’appel statuant en référé (Paris, 7 juin 2011), que, par deux ordonnances du 8 avril 2011, le juge des libertés et de la détention du tribunal de grande instance de Paris a, sur le fondement de l’article L. 16 B du livre des procédures fiscales, autorisé des agents des impôts à procéder à une visite avec saisies dans des locaux sis …à Paris, susceptibles d’être occupés notamment par M. X…, le Cabinet Aurion, les sociétés LCBA SA, SARL La Braille enseigne LCBG, SCI Saint-Vincent-de-Paul, Société de gestion et de vente de biens immobiliers (SARL SGVBI), SNC Eolia et SARL Urco, afin de rechercher la preuve des fraudes fiscales des sociétés de droit luxembourgeois SA CA Animation et LCBA SA, au titre de l’impôt sur les sociétés et de la taxe sur la valeur ajoutée ; que ces opérations ont eu lieu le 12 avril 2011 et que, le 28 avril suivant, le juge des libertés et de la détention a prorogé au 31 mai 2011 le délai d’ouverture des scellés ; qu’après avoir formé un appel contre les autorisations de visite et un recours contre leur déroulement, M. X…, les sociétés LCBA SA, SARL SGVBI, SARL La Braille LCBG, SARL Urco, SNC Eolia, SCI Saint-Vincent-de-Paul et Mme X… ont saisi en référé le premier président de la cour d’appel, conformément aux dispositions de l’article 956 du code de procédure civile, afin qu’il ordonne que l’intégralité des documents saisis soit placée sous scellés et que l’ouverture des scellés soit réalisée en présence du juge des libertés et de la détention ;

 

 Attendu que l’entreprise André Aurion, les sociétés LCBA SA, SARL SGVBI, SARL La Braille LCBG, SARL Urco, SNC Eolia, SCI Saint-Vincent-de-Paul, M. et Mme X… font grief au premier président d’avoir rejeté leur demande de placement sous scellés de l’intégralité des documents saisis, alors, selon le moyen :

 

 1°/ que saisi en référé d’une demande relative à l’exécution d’une décision du juge des libertés et de la détention, le premier président de la cour d’appel n’a pas le pouvoir de modifier les ordonnances du juge des libertés et de la détention dont il n’est pas saisi de la réformation ; qu’au cas présent, il ressort des faits constatés par le premier président de la cour d’appel que le juge des libertés et de la détention avait demandé le placement sous scellés de tous les documents saisis sans distinction ; que, par suite, le premier président de la cour d’appel, saisi en référé, et non de l’appel de la décision du juge des libertés et de la détention de placer les biens saisis sous scellés, n’avait pas le pouvoir de réformer cette décision et d’apprécier l’opportunité du placement sous scellés décidé par le juge des libertés et de la détention ; qu’en écartant la demande de placement sous scellés des documents qui ne l’avaient pas initialement été au motif que les demandeurs “ne précisent pas en quoi l’absence de placement sous scellés leur fait grief alors que les opérations de visite et de saisie remontent au 12 avril 2011 et qu’ils indiquent par ailleurs avoir formé un recours contre le déroulement de ces opérations”, la déléguée du premier président de la cour d’appel a excédé ses pouvoirs et violé l’article 956 du code de procédure civile ;

 

 2°/ que dans leur assignation en référé devant le premier président, les consorts X… faisaient valoir qu’une partie des documents saisis par l’administration fiscale, concernaient d’autres clients du Cabinet X…, non concernés par les procédures diligentées par l’administration, et étaient couverts par le secret professionnel ; qu’en rejetant la demande de mise des documents en question sous scellés au motif que les consorts X… n’auraient pas précisé en quoi l’absence de placement sous scellés leur faisait grief, la déléguée du premier président de la cour d’appel a dénaturé ladite assignation, en violation des articles 4 et 5 du code de procédure civile ;

 

 3°/ que l’absence de placement sous scellés de documents couverts, ou susceptibles d’être couverts par le secret professionnel cause grief au professionnel tenu audit secret dans la mesure où elle permet à l’administration de porter atteinte audit secret ; qu’en rejetant la demande de mise des documents en question sous scellés au motif que les consorts X… n’auraient pas précisé en quoi l’absence de placement sous scellés leur faisait grief, cependant que le grief résultait de la raison même pour laquelle le placement sous scellés des autres documents avait été ordonné par le juge des libertés et de la détention, à savoir préserver le secret professionnel, la déléguée du premier président de la cour d’appel a violé l’article 956 du code de procédure civile ;

 

 Mais attendu qu’ayant constaté qu’il avait été procédé le 12 mai 2011 à l’ouverture du scellé constitué lors du déroulement de la visite, que les demandeurs n’apportaient aucune précision sur les documents qui n’avaient pas été placés sous scellés au cours de celle-ci et qu’il était par ailleurs saisi d’un recours contre le déroulement des opérations de visite, le premier président a pu en déduire, abstraction faite du motif surabondant critiqué par le moyen, que la demande de placement sous scellés de l’intégralité des documents saisis était sans objet ; que le moyen n’est pas fondé ;

 

 PAR CES MOTIFS :

 

 REJETTE le pourvoi ;

 


Président : M. Espel

Rapporteur : Mme Bregeon, conseiller

Avocat général : M. Carre-Pierrat

Avocat(s) : SCP Nicolaÿ de Lanouvelle et Hannotin ; Me Foussard