Très largement reconstruit après l’incendie de 1871, ce niveau de la tour avait été aménagé à l’origine comme vestiaire de la Chambre criminelle. En 1963, les armoires de chêne ont été démontées et la pièce a été aménagée en salon d’attente pour les visiteurs.


Cette tour flanquait l’ancienne salle sur l’eau ou "salle Saint-Louis", dans laquelle siégeaient les "réformateurs du royaume" chargés dès le 14e siècle d’enquêter sur les officiers du roi. Plus tard, cette salle, connue sous le nom de "Tournelle" sera le siège des procès criminels du Parlement, tandis que la tour, surtout dans ses étages inférieurs, a sans doute servi de salle de torture où les prévenus finissaient par passer aux aveux. Le rapprochement n’est pas certain, mais avoir bon bec, c’était sans doute crier de douleur ou passer aux aveux.


Aujourd’hui, les membres de la Cour viennent au "club" lors des suspensions d’audience pour se rafraîchir. Le Premier président y organise des déjeuners pour recevoir des visiteurs de marque.