Le cabinet du Premier président

Les travaux d’aménagement de ce cabinet datent de 1874 et 1875. L’ameublement complet dans le style de l’époque, dont il ne reste que le bureau et les bibliothèques basses à la marque de l’ébéniste Auguste Godin (1816-1883), fut exécuté dans les années suivantes. Les sièges ont été dispersés ainsi que divers portraits qui ornaient les murs. Ce n’est qu’à une époque très récente qu’a été composé le décor actuel.

Les meubles les plus remarquables du cabinet du Premier Président sont trois fauteuils curules ou "Dagobert" qui portent l’étiquette du Tribunal de cassation et, pour deux d’entre eux l’estampille de Georges Jacob (1739-1814).


La taille inaccoutumée de ces meubles semble confirmer qu’ils étaient destinés à une salle de représentation, sans doute une salle d’audience, ce qui tend à prouver qu’ils ont sans doute été fabriqués sur commande pour le Tribunal, dans les années 1791-1796. Ils reposent sur un tapis moderne de la Savonnerie fabriqué en 1982.


De part et d’autre de la cheminée, deux portraits non signés : à droite, Mathieu MOLE (1584-1656), Procureur général puis Premier Président du Parlement de Paris de 1614 à 1651 avant de devenir Garde des Sceaux ; à gauche,Henri-françois d’Aguesseau (1668-1751), Procureur général en 1700, puis Chancellier et Garde des Sceaux en 1717.

Sur le mur Ouest, est tendue une tapisserie des Gobelins sur l’histoire de Psyché, dont la version initiale aurait été tissée à Bruxelles pour François 1er. C’est l’une des nombreuses copies réalisées sur ce modèle du 17ème siècle et tissée dans l’atelier de la rue de la Harpe.


Au plafond, un lustre d’époque Restauration qui se trouvait autrefois dans le grand escalier d’honneur d’où il a été transféré en 1983.

Des biscuits de Sèvres, disposés sur les meubles, complètent la décoration :

La Charité allaitant ses enfants
d’après Paul Dubois (1859-1905)

Henri-François d’Aguesseau (1658-1751), chancelier de France
Sur un modèle de Pierre-François Berruer (1733-1794), premier prix de Rome en 1756

Pierre Corneille
d’après Jean-Jacques Caffieri (1725-1792)

Nausikaa sur la plage


Le passage séparant le cabinet du Premier président du bureau du secrétaire général

Dans ce court passage, ouvert sur la galerie des bustes par deux double portes, on trouve quelques tableaux, meubles et objets.

Portrait de Jacques Maleville(1741-1824), Président de Section au Tribunal de cassation, l’un des rédacteurs du Code civil, par Auguste Boucher-desnoyer (1799-1857), en copie.

Portrait d’Emmanuel-Gustave Bédarrides (1817-1899), Premier avocat général en 1875, puis Président de la Chambre des requêtes de 1877 à 1892.

Une console restauration faisant partie d’un ensemble se trouvant dans le bureau du Premier président.

Sur la console deux biscuits et une vasque de Sèvres


Le bureau du Secrétaire général de la première présidence

Le mobilier de ce bureau comprend un curieux meuble d’appui en acajou du début du 19ème siècle, longtemps utilisé pour contenir les fichiers de la bibliothèque et y consulter les revues de grand format, mais qui avait été conçu, à l’origine, pour recevoir les importants volumes contenant les planches rapportées par l’expédition de Bonaparte en Egypte de 1798.





Aux murs, à droite de la fenêtre un cartel de bronze doré du 18ème siècle, et parmi les peintures, deux vues du Palais, commandées en 1876, et différents portraits méritent l’attention :


 

Vue de la cour du May avant l’incendie de 1776 
par Emmanuel Lansyer (1835-1893)



 

Vue de la grand’salle du palais avant l’incendie de 1618 (Extrait )
par Charles Giraud (1819-1892)

Portrait de Pierre Séguier (1588-1672), Garde des Sceaux et Chancelier de France qui mena les poursuites contre Nicolas Fouquet
par Alfred Loudet (1836-1898)

Portrait de Marc-Antoine-Henri-Marius Vaisse (1805-1874), Président de la Chambre criminelle de 1857 à 1868
par Gustave Ricard (1823-1872)