15 mai 2024
Cour de cassation
Pourvoi n° 22-12.546

Chambre sociale - Formation de section

Publié au Bulletin

ECLI:FR:CCASS:2024:SO00496

Titres et sommaires

CONTRAT DE TRAVAIL, RUPTURE

Texte de la décision

SOC.

ZB1



COUR DE CASSATION
______________________


Audience publique du 15 mai 2024




Rejet


M. SOMMER, président



Arrêt n° 496 FS-B


Pourvois n°
S 22-12.546 à R 22-12.729 JONCTION





R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E

_________________________

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS
_________________________


ARRÊT DE LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, DU 15 MAI 2024

1°/ La société Stora Enso [Localité 182], société par actions simplifiée, dont le siège est [Adresse 145],

2°/ La société Stora Enso OYJ, dont le siège est [Adresse 184], Finlande,

ont formé respectivement les pourvois n° S 22-12.546 à R 22-12.729 contre cent quatre-vingt-quatre arrêts rendus le 3 septembre 2021 et contre cent quatre-vingt-quatre arrêts rendus le 17 décembre 2021 par la cour d'appel de Douai (chambre sociale, prud'hommes), dans les litiges les opposant :

1°/ à M. [ZK] [Z], domicilié [Adresse 129],

2°/ à M. [YU] [D], domicilié [Adresse 77],

3°/ à M. [B] [K], domicilié [Adresse 82],

4°/ à M. [BS] [K], domicilié [Adresse 6],

5°/ à M. [FI] [I], domicilié [Adresse 76],

6°/ à M. [FM] [A], domicilié [Adresse 116],

7°/ à M. [MA] [R], domicilié [Adresse 110],

8°/ à M. [UT] [U], domicilié [Adresse 166],

9°/ à M. [MH] [Y], domicilié [Adresse 46],

10°/ à M. [EW] [Y], domicilié [Adresse 152],

11°/ à Mme [ZO] [M], domiciliée [Adresse 187],

12°/ à M. [FL] [T], domicilié [Adresse 39],

13°/ à M. [YM] [S], domicilié [Adresse 179],

14°/ à M. [PX] [L], domicilié [Adresse 57],

15°/ à M. [EW] [F], domicilié [Adresse 9],

16°/ à M. [RE] [P], domicilié [Adresse 103],

17°/ à M. [UT] [E], domicilié [Adresse 61],

18°/ à M. [CW] [LN], domicilié [Adresse 130],

19°/ à M. [LS] [PK], domicilié [Adresse 73],

20°/ à M. [RZ] [UH], domicilié [Adresse 62],

21°/ à M. [WD] [YA], domicilié [Adresse 53],

22°/ à M. [NG] [CN], domicilié [Adresse 70],

23°/ à M. [GX] [FE], domicilié [Adresse 43],

24°/ à M. [ST] [ZG], domicilié [Adresse 155],

25°/ à M. [C] [RR], domicilié [Adresse 121],

26°/ à M. [DN] [AH], domicilié [Adresse 54],

27°/ à M. [UO] [KH], domicilié [Adresse 143],

28°/ à M. [EW] [OE], domicilié [Adresse 48],

29°/ à M. [YY] [SX], domicilié [Adresse 15],

30°/ à M. [UT] [SX], domicilié [Adresse 15],

31°/ à M. [WD] [SX], domicilié [Adresse 189],

32°/ à M. [GC] [WY], domicilié [Adresse 124],

33°/ à M. [HB] [WU], domicilié [Adresse 81],

34°/ à M. [EW] [HR], domicilié [Adresse 64],

35°/ à M. [UX] [DY], domicilié [Adresse 36],

36°/ à M. [OI] [BJ], domicilié [Adresse 162],

37°/ à M. [XC] [OA], domicilié [Adresse 13],

38°/ à M. [LG] [MY], domicilié [Adresse 138],

39°/ à M. [RE] [VN], domicilié [Adresse 86],

40°/ à M. [LG] [BE], domicilié [Adresse 106],

41°/ à M. [WD] [CL], domicilié [Adresse 108],

42°/ à M. [AK] [IX], domicilié [Adresse 153],

43°/ à M. [ST] [CS], domicilié [Adresse 176],

44°/ à Mme [IC] [GO], domiciliée [Adresse 170],

45°/ à M. [N] [UD], domicilié [Adresse 8],

46°/ à M. [CC] [PG], domicilié [Adresse 161],

47°/ à M. [OZ] [LJ], domicilié [Adresse 140],

48°/ à M. [AK] [HM] [XF], domicilié [Adresse 65],

49°/ à M. [YY] [PO], domicilié [Adresse 177],

50°/ à M. [WD] [NW], domicilié [Adresse 52],

51°/ à Mme [FI] [YE], domiciliée [Adresse 154],

52°/ à M. [TM] [GG], domicilié [Adresse 75],

53°/ à M. [YY] [CJ], domicilié [Adresse 16],

54°/ à M. [NO] [CJ], domicilié [Adresse 91],

55°/ à M. [PT] [CU], domicilié [Adresse 147],

56°/ à M. [O] [RM], domicilié [Adresse 109],

57°/ à M. [UO] [MP], domicilié [Adresse 127],

58°/ à M. [FP] [KL], domicilié [Adresse 12],

59°/ à M. [YY] [TF], domicilié [Adresse 69],

60°/ à M. [HV] [TB], domicilié [Adresse 163],

61°/ à M. [RZ] [DP], domicilié [Adresse 104],

62°/ à M. [X] [EC], domicilié [Adresse 92],

63°/ à M. [YM] [AX], domicilié [Adresse 101],

64°/ à M. [GT] [AG], domicilié [Adresse 122],

65°/ à M. [TR] [WL], domicilié [Adresse 159],

66°/ à M. [LW] [SO], domicilié [Adresse 87],

67°/ à M. [KD] [SO], domicilié [Adresse 51],

68°/ à M. [LS] [JZ], domicilié [Adresse 83],

69°/ à M. [LG] [JF], domicilié [Adresse 99],

70°/ à M. [AK] [RV], domicilié [Adresse 67],

71°/ à M. [FP] [VS], ayant été domicilié [Adresse 102], décédé le 8 mars 2022,

72°/ à Mme [EK] [V], veuve [VS], domiciliée [Adresse 7],

73°/ à M. [OR] [VS], domicilié [Adresse 133],

74°/ à M. [PD] [VS], domicilié [Adresse 17],

tous les trois pris en qualité d'ayants droit de [FP] [VS],

75°/ à M. [YY] [VS], domicilié [Adresse 29],

76°/ à M. [UO] [ZT], domicilié [Adresse 158],

77°/ à M. [MH] [CH], domicilié [Adresse 58],

78°/ à M. [YV] [TZ], domicilié [Adresse 97],

79°/ à Mme [FA] [PC], domiciliée [Adresse 56],

80°/ à M. [GT] [LF], domicilié [Adresse 41],

81°/ à M. [XW] [HZ], domicilié [Adresse 175],

82°/ à M. [UO] [AZ], domicilié [Adresse 78],

83°/ à M. [YV] [UL], domicilié [Adresse 114],

84°/ à M. [RE] [YI], domicilié [Adresse 148],

85°/ à M. [FI] [YI], domicilié [Adresse 183],

86°/ à M. [N] [NC], domicilié [Adresse 118],

87°/ à M. [FI] [NC], domicilié [Adresse 100],

88°/ à M. [ST] [VF], domicilié [Adresse 79],

89°/ à M. [YV] [RI], domicilié [Adresse 113],

90°/ à M. [JB] [ML], domicilié [Adresse 186],

91°/ à M. [EW] [IO], domicilié [Adresse 1],

92°/ à M. [EW] [KP], domicilié [Adresse 117],

93°/ à M. [WD] [KP], domicilié [Adresse 150],

94°/ à M. [UO] [OM], domicilié [Adresse 50],

95°/ à M. [DA] [CF], domicilié [Adresse 14],

96°/ à M. [CP] [DL], domicilié [Adresse 35],

97°/ à M. [PS] [WH], domicilié [Adresse 32],

98°/ à M. [MA] [NS], domicilié [Adresse 135],

99°/ à M. [MU] [JJ], domicilié [Adresse 167],

100°/ à M. [TR] [WA], domicilié [Adresse 33],

101°/ à M. [FU] [EG], domicilié [Adresse 123],

102°/ à M. [FP] [CD], domicilié [Adresse 98],

103°/ à M. [ZC] [ES], domicilié [Adresse 59],

104°/ à M. [FL] [ES], domicilié [Adresse 96],

105°/ à M. [GK] [XS], domicilié [Adresse 174],

106°/ à M. [HJ] [XS], domicilié [Adresse 27],

107°/ à M. [YY] [TV], domicilié [Adresse 142],

108°/ à M. [JW] [OY], domicilié [Adresse 173],

109°/ à Mme [J] [KU], domiciliée [Adresse 151],

110°/ à M. [MH] [KU], domicilié [Adresse 49],

111°/ à M. [KO] [KU], domicilié [Adresse 151],

tous les trois pris en qualité d'ayants droit de [FP] [KU], décédé le 25 novembre 2014,

112°/ à M. [VJ] [CB], domicilié [Adresse 45],

113°/ à M. [HI] [TN], domicilié [Adresse 20],

114°/ à M. [MA] [XG], domicilié [Adresse 134],

115°/ à M. [YV] [FR], domicilié [Adresse 137],

116°/ à M. [ST] [LB], domicilié [Adresse 164],

117°/ à M. [KT] [DC], domicilié [Adresse 125],

118°/ à M. [FP] [WD], domicilié [Adresse 139],

119°/ à M. [X] [SK], domicilié [Adresse 37],

120°/ à M. [DK] [NN], domicilié [Adresse 94],

121°/ à M. [UP] [NN], domicilié [Adresse 131],

122°/ à M. [MD] [JN], domicilié [Adresse 11],

123°/ à M. [G] [NK], domicilié [Adresse 126],

124°/ à M. [ST] [DH], domicilié [Adresse 5],

125°/ à M. [UO] [SD], domicilié [Adresse 132],

126°/ à M. [VW] [WE], domicilié [Adresse 4],

127°/ à M. [EW] [ZX], domicilié [Adresse 18],

128°/ à M. [OL] [DE], domicilié [Adresse 172],

129°/ à M. [FI] [XJ], domicilié [Adresse 44],

130°/ à M. [ST] [XN], domicilié [Adresse 171],

131°/ à M. [JV] [OU], domicilié [Adresse 112],

132°/ à M. [EW] [KX], domicilié [Adresse 144],

133°/ à M. [NO] [IH], domicilié [Adresse 19],

134°/ à M. [WP] [RB], domicilié [Adresse 10],

135°/ à M. [JV] [RB], domicilié [Adresse 156],

136°/ à M. [YY] [UU], domicilié [Adresse 165],

137°/ à Mme [IP] [EN], veuve [DF], domiciliée [Adresse 31],

138°/ à M. [JR] [DF], domicilié [Adresse 31],

139°/ à M. [HA] [DF], domicilié [Adresse 180],

tous les trois pris en qualité d'ayants droit de [OL] [DF], décédé le 14 février 2016,

140°/ à M. [VZ] [BY], domicilié [Adresse 3],

141°/ à M. [ST] [RA], domicilié [Adresse 30],

142°/ à M. [DU] [KY], domicilié [Adresse 107],

143°/ à Mme [OV] [BX], domiciliée [Adresse 24],

144°/ à M. [FU] [XK], domicilié [Adresse 157],

145°/ à M. [FI] [ZW], domicilié [Adresse 2],

146°/ à M. [EW] [ME], domicilié [Adresse 68],

147°/ à M. [DJ] [NJ], domicilié [Adresse 88],

148°/ à M. [ST] [FV], domicilié [Adresse 128],

149°/ à M. [XO] [JS], domicilié [Adresse 169],

150°/ à M. [YP] [DD] [SH], domicilié [Adresse 55],

151°/ à M. [WP] [SL], domicilié [Adresse 185],

152°/ à M. [GT] [EO], domicilié [Adresse 188],

153°/ à M. [YR] [IG], domicilié [Adresse 47],

154°/ à M. [EW] [OP], domicilié [Adresse 28],

155°/ à M. [DU] [IL], domicilié [Adresse 85],

156°/ à M. [SG] [EJ], domicilié [Adresse 74],

157°/ à M. [EW] [UY], domicilié [Adresse 80],

158°/ à M. [AD] [DB], domicilié [Adresse 84],

159°/ à M. [IK] [JM], domicilié [Adresse 120],

160°/ à M. [XC] [PW], domicilié [Adresse 168],

161°/ à M. [FI] [LZ], domicilié [Adresse 40],

162°/ à M. [XC] [HF], domicilié [Adresse 25],

163°/ à M. [SG] [BT], domicilié [Adresse 178],

164°/ à M. [YY] [TS], domicilié [Adresse 66],

165°/ à M. [ID] [FZ], domicilié [Adresse 42],

166°/ à M. [WD] [GW], domicilié [Adresse 141],

167°/ à M. [S] [MI], domicilié [Adresse 22],

168°/ à M. [W] [SC], domicilié [Adresse 21],

169°/ à M. [VB] [JI], domicilié [Adresse 105],

170°/ à M. [YV] [CZ], domicilié [Adresse 90],

171°/ à M. [VJ] [SP], domicilié [Adresse 63],

172°/ à M. [XC] [WI], domicilié [Adresse 60],

173°/ à M. [ST] [EF], domicilié [Adresse 149],

174°/ à M. [X] [XB], domicilié [Adresse 38],

175°/ à M. [H] [TI], domicilié [Adresse 190],

176°/ à M. [FM] [ET], domicilié [Adresse 95],

177°/ à M. [N] [BR], domicilié [Adresse 111],

178°/ à M. [YM] [MM], domicilié [Adresse 160],

179°/ à M. [FY] [RF], domicilié [Adresse 23],

180°/ à M. [YY] [VC], domicilié [Adresse 93],

181°/ à M. [LS] [DM], domicilié [Adresse 71],

182°/ à M. [IT] [DM], domicilié [Adresse 146],

183°/ à M. [DG] [DM], domicilié [Adresse 71],

184°/ à M. [WP] [YZ], domicilié [Adresse 115],

185°/ à M. [TJ] [NF], domicilié [Adresse 119],

186°/ à M. [YY] [YH], domicilié [Adresse 181],

187°/ à M. [ZS] [NT], domicilié [Adresse 136],

188°/ à M. [OL] [YL], domicilié [Adresse 89],

189°/ à M. [WD] [UK], domicilié [Adresse 26],

190°/ à M. [HE] [AB], domicilié [Adresse 72],

191°/ à M. [LC] [AB], domicilié [Adresse 34],

défendeurs à la cassation.

Les demanderesses invoquent, à l'appui de leurs pourvois, un moyen de cassation commun.

Les dossiers ont été communiqués au procureur général.

Sur le rapport de Mme Prieur, conseiller référendaire, les observations de la SAS Hannotin Avocats, avocat des sociétés Stora Enso [Localité 182], et Stora Enso OYJ, de la SCP Sevaux et Mathonnet, avocat de Mme [M] et des autres salariés ou ayants droit, et l'avis de M. Gambert, avocat général, après débats en l'audience publique du 2 avril 2024 où étaient présents M. Sommer, président, Mme Prieur, conseiller référendaire rapporteur, Mme Mariette, conseiller doyen, MM. Pietton, Barincou, Seguy, Mmes Panetta, Brinet, conseillers, M. Carillon, Mme Maitral, M. Redon, conseillers référendaires, M. Gambert, avocat général, et Mme Dumont, greffier de chambre,

la chambre sociale de la Cour de cassation, composée, en application de l'article R. 431-5 du code de l'organisation judiciaire, des président et conseillers précités, après en avoir délibéré conformément à la loi, a rendu le présent arrêt.

Jonction

1. En raison de leur connexité, les pourvois n°S 22-12.546 à R 22-12.729 sont joints.

Reprise d'instance

2. Il est donné acte à Mme [VS] et MM. [OR] et [PD] [VS] de leur reprise d'instance à la suite du décès de [FP] [VS] survenu le 8 mars 2022.

Faits et procédure

3. Selon les arrêts attaqués (Douai, 3 septembre 2021 et Douai, 17 décembre 2021), la société Stora Enso [Localité 182] (la société), filiale française de la société finlandaise Stora Enso OYJ, et les organisations syndicales représentatives ont signé, le 19 mai 2014, un accord collectif fixant le contenu du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), lequel a été validé le 10 juin 2014 par la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte) du Nord-Pas-de-Calais.

4. M. [Z] et les cent quatre-vingt trois autres salariés, engagés par la société, ont été licenciés le 3 septembre 2014 pour motif économique, en raison de la cessation totale et définitive d'activité entraînant la fermeture de son usine de [Localité 182].

5. Ayant saisi la juridiction prud'homale, en contestation des licenciements, ils ont relevé appel des jugements rendus le 31 mai 2017.

Examen des moyens

Sur le premier moyen, dirigé contre les arrêts rendus sur déféré le 3 septembre 2021

Enoncé du moyen

6. Les sociétés Stora Enso [Localité 182] et Stora Enso OYJ font grief aux arrêts sur déféré de les débouter de leur demande tendant à prononcer la caducité de la déclaration d'appel, alors « que l'étendue des prétentions dont est saisie la cour d'appel étant déterminée dans les conditions fixées par l'article 954 du code de procédure civile, le respect de la diligence impartie par l'article 908 du même code s'apprécie nécessairement en considération des prescriptions de l'article 954 ; qu'il s'ensuit que, lorsque les conclusions de l'appelant, prises dans le délai prévu par l'article 908, comportent un dispositif qui ne conclut pas à l'infirmation ou l'annulation du jugement, la caducité de l'appel est encourue ; que ce principe prévisible découle des exigences énoncées par les articles 908 et 954 dès avant la réforme intervenue le 6 mai 2017 et il n'y a donc pas lieu de différer son application ; qu'au cas présent, la cour d'appel a constaté que les conclusions d'appelant de M. [Z], qui ne concluaient pas dans leur dispositif à l'infirmation totale ou partielle du jugement déféré, ne constituaient pas les conclusions d'appelant au sens de l'article 908 et que la caducité de l'appel était encourue ; qu'elle écarte cependant toute caducité au motif que la sanction de l'absence de mention de la demande d'infirmation ou d'annulation du jugement dans le dispositif des conclusions de l'appelant avait été affirmée pour la première fois par la Cour de cassation le 17 septembre 2020, qui en avait exclu l'application immédiate dans les instances introduites par une déclaration d'appel antérieure à sa date; qu'en statuant ainsi, la cour d'appel, qui a différé l'application d'un principe prévisible dès avant la réforme du 6 mai 2017, sur le fondement d'une jurisprudence non transposable, a violé les articles 908 et 954 du code de procédure civile, ensemble l'article 6, § 1, de la Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales. »

Réponse de la Cour

7. Il résulte des articles 542 et 954 du code de procédure civile que lorsque l'appelant ne demande dans le dispositif de ses conclusions, ni l'infirmation des chefs du dispositif du jugement dont il recherche l'anéantissement ni l'annulation du jugement, la cour d'appel ne peut que confirmer le jugement, sauf la faculté qui lui est reconnue de relever d'office la caducité de l'appel. Lorsque l'incident est soulevé par une partie, ou relevé d'office par le conseiller de la mise en état, ce dernier, ou le cas échéant la cour d'appel statuant sur déféré, prononce la caducité de la déclaration d'appel si les conditions en sont réunies.

8. Cette obligation de mentionner expressément la demande d'infirmation ou d'annulation du jugement, affirmée pour la première fois par un arrêt publié (2e Civ., 17 septembre 2020, pourvoi n° 18-23.626, publié), fait peser sur les parties une charge procédurale nouvelle. Son application immédiate dans les instances introduites par une déclaration d'appel antérieure à la date de cet arrêt, aboutirait à priver les appelants du droit à un procès équitable.

9. C'est dès lors à juste titre que la cour d'appel, statuant sur déféré d'une ordonnance du conseiller de la mise en état qui avait rejeté l'incident de caducité dont il était saisi et après avoir constaté que les conclusions des salariés ne mentionnaient pas dans leur dispositif qu'ils demandaient l'infirmation totale ou partielle du jugement déféré, a écarté l'application des articles 542, 908 et 954, instaurant la nouvelle charge procédurale, qui n'était pas prévisible pour les parties à la date à laquelle il a été relevé appel, le 31 mai 2017.

10. Le moyen n'est donc pas fondé.

Sur le deuxième moyen, dirigé contre les arrêts rendus le 17 décembre 2021

Enoncé du moyen

11. La société Stora Enso [Localité 182] fait grief aux arrêts de la condamner à payer aux salariés une somme à titre d'indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse et d'ordonner le remboursement par la société des indemnités de chômage versées aux salariés dans la limite de six mois d'indemnités, alors « que la cassation entraîne, sans qu'il y ait lieu à une nouvelle décision, l'annulation par voie de conséquence de toute décision qui est la suite, l'application ou l'exécution du jugement cassé ou qui s'y rattache par un lien de dépendance nécessaire ; que l'arrêt du 17 décembre 2021 étant la suite de l'arrêt du 3 septembre 2021, la cassation de l'arrêt rendu le 3 septembre 2021, sur le fondement du premier moyen, entraînera la cassation, par voie de conséquence, de l'arrêt rendu le 17 décembre 2021, par application de l'article 625, alinéa 2, du code de procédure civile. »

Réponse de la Cour

12. Le rejet du premier moyen prive de portée le deuxième moyen, qui invoque une cassation par voie de conséquence.

13. Le moyen n'est donc pas fondé.

Sur le troisième moyen, dirigé contre les arrêts rendus le 17 décembre 2021

Enoncé du moyen

14. La société Stora Enso [Localité 182] fait grief aux arrêts de la condamner à payer aux salariés une somme à titre d'indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse et d'ordonner le remboursement par la société des indemnités de chômage versées aux salariés dans la limite de six mois d'indemnités, alors :

« 1°/ que si le juge judiciaire demeure compétent pour apprécier le respect par l'employeur de l'obligation individuelle de reclassement, cette appréciation ne peut méconnaître l'autorité de la chose décidée par l'autorité administrative ayant homologué le document élaboré par l'employeur par lequel a été fixé le contenu du plan de reclassement intégré au plan de sauvegarde de l'emploi ; que pour que le juge judiciaire soit compétent, il faut que le salarié articule des faits précis, le concernant personnellement, au soutien de sa contestation du respect par l'employeur de l'obligation individuelle de reclassement ; qu'au cas présent, un plan de sauvegarde de l'emploi, comprenant un plan de reclassement interne, décrivant le périmètre et les modalités de reclassement interne et comprenant une liste des offres de reclassement régulièrement mise à jour et portée à la connaissance des salariés, avait été établi et validé par la Direccte le 10 juin 2014 ; qu'à l'instar des cent quatre-vingt-trois autres salariés qui avaient saisi la juridiction prud'homale pour contester leur licenciement, M. [Z] soutenait, au terme d'une argumentation strictement identique, que l'employeur n'avait pas respecté son obligation de reclassement, en ce qu'il n'avait pas recherché activement les possibilités de reclassement dans le groupe auquel il appartenait, que les offres de reclassement n'étaient pas individualisées et que la procédure de reclassement dans les entités du groupe à l'étranger n'avait pas été respectée; qu'en jugeant que la société Stora Enso [Localité 182] ne rapportait pas la preuve du respect de ses obligations au titre du reclassement, faute de justifier de recherches de reclassement personnelles et individualisées pour chacun des salariés, la cour d'appel, sous couvert d'un prétendu manquement à l'obligation individuelle de reclassement, a apprécié le contenu du plan de reclassement interne prévu dans le plan de sauvegarde de l'emploi, dont le contrôle du contenu relève de la compétence exclusive de la juridiction administrative, violant ainsi l'article L. 1235-7-1 du code du travail, ensemble la loi des16-24 août 1790, le décret du 16 fructidor an III et le principe de la séparation des pouvoirs ;

2°/ que lorsque l'entreprise ou le groupe auquel elle appartient est implanté hors du territoire national, l'employeur demande au salarié, préalablement au licenciement, s'il accepte de recevoir des offres de reclassement hors de ce territoire, dans chacune des implantations en cause, et sous quelles restrictions éventuelles quant aux caractéristiques des emplois offerts, notamment en matière de rémunération et de localisation ; qu'au cas présent, la cour d'appel a retenu que la société Stora Enso [Localité 182] ne rapportait pas la preuve du respect de ses obligations au titre du reclassement à l'étranger, pour cela que le questionnaire de reclassement adressé aux salariés ne visait pas toutes les implantations du groupe à l'étranger, mais vingtcinq postes situés dans certaines des implantations du groupe Stora Enso à l'étranger, dont l'employeur soutenait qu'ils étaient seuls disponibles, sans le démontrer ; qu'en statuant ainsi, quand il n'est pas requis que ce courrier mentionne de façon exhaustive toutes les implantations de l'entreprise ou du groupe à l'étranger et cependant que le plan de sauvegarde de l'emploi porté à la connaissance de tous les salariés mentionnait toutes les implantations du groupe à l'étranger, la cour d'appel a violé l'article L. 1233-4-1 du code du travail, dans sa version issue de la loi du 18 mai 2010, applicable au litige ;

3°/ que lorsque l'entreprise ou le groupe auquel elle appartient est implanté hors du territoire national, l'employeur demande au salarié, préalablement au licenciement, s'il accepte de recevoir des offres de reclassement hors de ce territoire, dans chacune des implantations en cause, et sous quelles restrictions éventuelles quant aux caractéristiques des emplois offerts, notamment en matière de rémunération et de localisation ; que les offres de reclassement hors du territoire national, qui sont écrites et précises, ne sont adressées qu'au salarié ayant accepté d'en recevoir et compte tenu des restrictions qu'il a pu exprimer ; qu'au cas présent, la cour d'appel a reproché à la société Stora Enso [Localité 182] de ne pas justifier de recherches de reclassement personnelles et individualisées ; qu'en statuant ainsi, sans avoir préalablement constaté que le salarié avait accepté de recevoir des offres de reclassement, la cour d'appel n'a pas légalement justifié sa décision au regard de l'article L. 1233-4-1 du code du travail, dans sa version issue de la loi du 18 mai 2010, applicable au litige ;

4°/ que l'employeur est libéré de l'obligation de faire des offres de reclassement au salarié dont il envisage le licenciement pour motif économique lorsque l'entreprise ou le groupe auquel il appartient ne comporte aucun emploi disponible en rapport avec ses compétences, au besoin en le faisant bénéficier d'une formation d'adaptation ; que la société Stora Enso [Localité 182] soutenait qu'il n'existait aucun poste disponible pour un reclassement du salarié à l'étranger, correspondant à ses compétences, compte tenu de la nécessité de maîtriser une langue étrangère; qu'en ne s'expliquant pas sur l'absence alléguée de postes disponibles à l'étranger, en considération notamment de la nécessité de maîtriser une langue étrangère, la cour d'appel n'a pas légalement justifié sa décision au regard des articles L. 1233-4 et l'article L. 1233-4-1 du code du travail, dans leur version issue de la loi du 18 mai 2010, applicable au litige. »

Réponse de la Cour

15. D'abord, aux termes de l'article L. 1233-4 du code du travail, dans sa rédaction en vigueur du 20 mai 2010 au 8 août 2015, le licenciement pour motif économique d'un salarié ne peut intervenir que lorsque tous les efforts de formation et d'adaptation ont été réalisés et que le reclassement de l'intéressé ne peut être opéré dans l'entreprise ou dans les entreprises du groupe auquel l'entreprise appartient. Le reclassement du salarié s'effectue sur un emploi relevant de la même catégorie que celui qu'il occupe ou sur un emploi équivalent assorti d'une rémunération équivalente. A défaut, et sous réserve de l'accord exprès du salarié, le reclassement s'effectue sur un emploi d'une catégorie inférieure. Les offres de reclassement proposées au salarié sont écrites et précises.

16. Il en résulte qu'il appartient à l'employeur, même quand un plan de sauvegarde de l'emploi a été établi, de rechercher s'il existe des possibilités de reclassement prévues ou non dans ce plan et de faire des offres précises, concrètes et personnalisées à chacun des salariés dont le licenciement est envisagé, de chacun des emplois disponibles, correspondant à leur qualification.

17. Ensuite, selon l'article L. 1233-4-1 du code du travail, dans sa rédaction en vigueur du 20 mai 2010 au 8 août 2015, lorsque l'entreprise ou le groupe auquel elle appartient est implanté hors du territoire national, l'employeur demande au salarié, préalablement au licenciement, s'il accepte de recevoir des offres de reclassement hors de ce territoire, dans chacune des implantations en cause, et sous quelles restrictions éventuelles quant aux caractéristiques des emplois offerts, notamment en matière de rémunération et de localisation. Le salarié manifeste son accord, assorti le cas échéant des restrictions susmentionnées, pour recevoir de telles offres dans un délai de six jours ouvrables à compter de la réception de la proposition de l'employeur. L'absence de réponse vaut refus. Les offres de reclassement hors du territoire national, qui sont écrites et précises, ne sont adressées qu'au salarié ayant accepté d'en recevoir et compte tenu des restrictions qu'il a pu exprimer. Le salarié reste libre de refuser ces offres. Le salarié auquel aucune offre n'est adressée est informé de l'absence d'offres correspondant à celles qu'il a accepté de recevoir.

18. Il en résulte que l'employeur, qui n'a pas adressé aux salariés un questionnaire de reclassement faisant mention de toutes les implantations situées hors du territoire national, ne peut se prévaloir du silence des salariés et reste tenu de formuler des offres de reclassement précises et personnalisées hors du territoire national.

19. Contrairement à ce que soutient le moyen, les salariés ne contestaient pas l'insuffisance du PSE ou la dimension collective des mesures de reclassement, laquelle relève de la compétence exclusive du juge administratif, mais faisaient valoir que l'employeur s'était borné à annexer au questionnaire de mobilité une liste très imprécise de 26 postes situés à l'étranger, alors que le PSE prévoyait plus d'une quarantaine de sites ouverts au reclassement à l'étranger.

20. C'est donc à juste titre que la cour d'appel a retenu qu'il lui appartenait d'examiner le moyen invoqué par les salariés relatif au respect par l'employeur de l'obligation individuelle de reclassement les concernant.

21. Elle a ensuite constaté, après avoir relevé que la société Stora Enso [Localité 182] exposait elle-même que le groupe Stora Enso disposait d'environ 88 unités de production réparties en Europe, Amérique du Nord, Amérique Latine et Asie, d'une part, que le questionnaire de reclassement adressé aux salariés ne mentionnait que 25 postes situés dans certaines implantations du groupe à l'étranger sans viser toutes les implantations de manière exhaustive (88 unités dans 35 pays) et, d'autre part, que la société ne rapportait pas la preuve qu'elle n'avait visé, selon elle, que des implantations géographiques dans lesquelles des postes étaient disponibles.

22. De ces constatations et énonciations, dont il résultait que la société qui ne pouvait se prévaloir du silence des salariés n'avait soumis aux salariés, alors que des postes étaient disponibles, aucune offre de reclassement précise et personnalisée hors du territoire national, la cour d'appel a pu déduire, sans être tenue de procéder à une recherche que ses constations rendaient inopérante, que l'employeur avait manqué à son obligation de reclassement.

23. Le moyen n'est donc pas fondé.

PAR CES MOTIFS, la Cour :

REJETTE les pourvois ;

Condamne la société Stora Enso [Localité 182] aux dépens ;

En application de l'article 700 du code de procédure civile, rejette la demande de la société Stora Enso [Localité 182] et la condamne à payer la somme globale de 3 000 euros aux salariés ou ayants droit ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, chambre sociale, et prononcé par le président en son audience publique du quinze mai deux mille vingt-quatre.

Vous devez être connecté pour gérer vos abonnements.

Vous devez être connecté pour ajouter cette page à vos favoris.

Vous devez être connecté pour ajouter une note.