Deuxième étage

A l’origine, ce second étage hébergeait essentiellement les services du Parquet général, dans les bâtiments donnant sur le quai de l’Horloge. Il comprenait aussi, le long de la galerie, les bureaux de trois avocats généraux.

Les plans de décembre 1875 montrent une distribution des portes plus régulière, le long de la galerie et l’existence d’une plinthe, à hauteur d’appui et de lambris, qui devaient donner à la galerie l’impression d’ampleur qui lui fait défaut. La création de la Chambre sociale fit murer l’une des portes et donner à la suivante des proportions sans commune mesure avec ce qui l’entourait. On supprima en conséquence l’ensemble des moulures, laissant les murs uniformément lisses s’étendre jusqu’à l’entrée du Parquet refaite dans le même esprit, en chêne massif, dans le style de l’après-guerre.


La rénovation entreprise en 1989 sous la direction de l’architecte Mario Montulic, est allée dans le sens inverse, écrasant par de lourds encadrements, disposés irrégulièrement, des oeuvres d’art d’inégale valeur. En partant de l’escalier, à droite :

  • portrait de Louis-Bernard Bonjean, président de la chambre des requêtes, de 1865 à 1871
  • buste de Jacques-Guillaume Thouret (1746-1794), juge au Tribunal de cassation de 1791 à 1794, quatre fois président de l’Assemblée constituante, (notamment le 12 septembre 1791 quand le roi vint prêter serment à l’acte constitutionnel), président de la Section de cassation en 1793, guillotiné le 22 avril 1794
    par Jules-Constant Destreez (1831-1894), signé et daté 1879
  • buste de Philippe-Antoine Merlin (1754-1838), dit Merlin de Douai, ministre de la justice en 1795, commissaire du Gouvernement puis procureur général de 1800 à 1815
    par Gustave Guillon dit Gaston-Guitton (1825-1891)

    puis, côté portes :

  • portrait de Félix-Nicolas de Merville (1818-1892), président de la Chambre civile de 1899 à 1892
    par Marcel Baschet (1862-1941), signé
  • portrait d’Abel-Antoine Ronjat (1827-1892), procureur général de 1886 à 1892
    par Étienne-Antoine-Eugène Ronjat (1822-1912), signé et daté 1891
  • portrait d’Adrien-Marie Devienne (1802-1883), premier président de 1869 à 1877
    par Claudius Barriot (l 846-1908), signé
  • portrait de Jean-Pierre Manau (1822-1908), procureur général de 1893 à 1900
    par Hippolyte Berteaux (né en 1843), daté de 1898
  • portrait d’Auguste-Charles Renouard (1794-1878), procureur général de 1871 à 1877
    donné par sa famille
  • portrait de Jules-Claude Barbier (1815-1901), procureur général de 1882 à 1884, puis premier président jusqu’en 1890
    par Jean-Georges Ferry (1851-1926), signé et daté 1886
  • portrait de Claude-Alphonse Delangle (1797-1869), procureur général de 1852 à 1853, puis de 1865 à 1870
    par Alphonse Carrière (né en 1808) sur commande de 1876 

    De chaque côté de la double porte accédant à l’antichambre du parquet général :

  • buste de Louis Sarrut (1850-1927), procureur général de 1911 à 1917, puis premier président jusqu’en 1925
  • buste de Charles Mazeau (1825-1905), garde des sceaux en 1887 et premier président de 1890 à 1900
    par Paul Gasq (1860-1944)

    En revenant sur l’autre face, côté fenêtres :

  • portrait de Louis Servin, décédé subitement en 1626 au Palais tandis qu’il adressait des remontrances à Louis XIII, venu tenir un lit de justice
  • portrait de Jean de La Vacquerie (mort en 1497), premier président du Parlement sous Louis XI auquel il sut résister à de nombreuses occasions alors qu’il lui devait cette place
    par Théophile-Auguste Vauchelet (1802-1873)
  • portrait de Charles Du Moulin (1500-1566), célèbre jurisconsulte dont les ouvrages furent mis à l’index et qui s’attira beaucoup d’antipathie à cause de sa droiture et de la rigueur de ses opinions
    par Théophile-Auguste Vauchelet
  • portrait de Jacques Cujas (1522-1590), célèbre juriste dont la carrière universitaire donna lieu à de précieuses publications conservées à la bibliothéque
    par Théophile-Auguste Vauchelet
  • portrait de Michel de l’Hospital (1505-1573), chancelier de France
    par Théophile-Auguste Vauchelet
  • portrait d’Antoine-Louis Séguier (1726-1792), dernier titulaire du poste d’avocat général au Parlement de Paris, obtenu avec l’appui de Louis XV, (poste particulièrement difficile à tenir à une époque de lutte ouverte entre le trône et les parlements) et dont la dernière mercuriale, en 1788, défendait la stabilité de la magistrature
    par Théophile-Auguste Vauchelet
  • portrait d’Omer Talon (1595-1652), avocat général au Parlement de Paris pendant la Fronde, et qui influença fortement les prises de position de la Compagnie
  • portrait d’Olivier Patru (1604-1681), avocat au Parlement, élu à l’Académie française en 1640, à l’origine des discours de réception